Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 18:26

Michel Servet – Sept Livres sur les erreurs de la Trinité, traduit en français par Mme Rolande-Michelle Bénin et Marie-Louise Gicquel, édition bilingue, latin / français. Introduction et annotations par R.-M. Bénin, 634 p., format 14x22 cm, 115 euros, " Textes de la Renaissance " n° 142.

à commander à la Librairie Honoré Champion, 3 rue Corneille, F–75006 Paris,
librairie@honorechampion.com, www.honorechampion.com
pour les frais de port, ajouter 6,50 E (8 E pour deux ouvrages et plus) ; cartes de crédit acceptés : Visa, Eurocard/Mastercard / American Express

Une traduction rigoureuse mettant en miroir le texte en latin et la traduction proposée, un travail de qualité de niveau universitaire, un très beau livre : enfin Michel Servet en français ! Un grand merci aux auteurs.

Présentation du livre par l’éditeur :

" Dans son traité De Trinitatis erroribus, Michel Servet se propose de mettre en lumière l’enseignement originel de la Bible sur le Christ. Grâce à sa connaissance de l’hébreu et du grec, il lit et cite le Livre saint dans le texte, et confronte les dogmes de la religion et les spéculations de la scolastique aux textes fondateurs du christianisme. Le dogme de la Trinité, établi au IVè siècle, lui paraît devoir être révisé à la lumière de la critique textuelle, de l’histoire et du relativisme scientifique. Il s’inspire de Tertullien, d’Irénée, et des Pères proches des Apôtres pour faire une satire plaisante des abus de la gnose et des non-sens auxquels la scolastique est amenée par la passion de " philosopher ". Il analyse l’évolution sémantique à laquelle est dû le glissement qui fait de persona, masque de l’acteur, rôle, personnage, l’équivalent de res, être. Ainsi démontre-t-il que la Trinité véritable est une " disposition " temporaire de l’économie divine par laquelle le Dieu un, loin de ressembler au dieu tripartite du dogme, se révèle sous trois aspects de son unité pour actualiser son dessein".

Nous ajouterons que ce livre fut un brulôt pour la Réforme protestante laquelle ne voulait pas remettre en cause ce dogme sous prétexte qu'il était secondaire et non d'importance pour la foi (sic !). Catholiques bien sûr et surtout protestants luthériens et calvinistes firent chorus. A Genève, Jean Calvin se fit inquisiteur contre l'auteur en 1553, ce qui valut à Michel Servet de périr sur le bûcher en y proclamant sa conviction : "Jésus, Fils du Dieu Eternel, ait pitié de moi" (et non pas Jésus, Fils éternel de Dieu)

Mme Rolande-Michel Bénin est agrégée de l’Université et docteur en Etudes grecques. Elle est membre conseillère de l’Instituto de estudios Sijenenses Miguel Servet, à Villanueva de Sijena depuis octobre 2006.

Pour une autre présentation du livre par l’éditeur, cette fois-ci dans le cadre de la web librairie Amazon.fr, voir le site Liberté de croyance en date du 9 août 08
http://libertedecroyance.blogspot.com:80

Repost 0
Published by d'après une présentation par les éditions Honoré Champion - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 10:28

à Bâle, à un moment inopportun

Lorsque Michel Servet arrive à Bâle, il est bien jeune (19 ans), qui plus est étranger et catholique. Il lui faudra insister avant d’être reçu par le grand réformateur de la ville, Oecolampade (Johannes Husschin, dit en latin Oecolampadius). Michel Servet indispose. L’aîné fut scandalisé par l’audace et irrité par la vanité du jeune réformateur en herbe et perdit patience devant son obstination à traiter de la Trinité. Il lui écrira plus tard : " J'ai plus de raison de me plaindre que vous. Vous vous êtes jetés sur moi comme si je n'avais rien à faire, juste répondre à vos questions. ".

Le célèbre Erasme, de son côté, ne daigna répondre aux sollicitations du nouveau venu. Il faut dire que cette année là (1530), à Bâle, Conradin Bassen, qui avait nié la déité du Christ fut décapité et sa tête posée sur un poteau pour avoir osé nier la déité du Christ (il serait intéressant de savoir si cet événement tragique fut antérieur ou postérieur à l’arrivée de notre jeune héros en cette ville).

L’ambiance n’était donc pas du tout aux innovations religieuses, mais à la défense des acquis de la Réforme.

L’heure était aussi à la répression féroce des anabaptistes considérés comme trop remuants et trop radicaux. Outre Conradin Bassen que nous venons d’évoquer, Jacob Kautz, un jeune prédicateur de Bockenheim (village au sud-ouest de Worms ou devenu quartier de Francfort-sur-le-Main ?), qui avait nié la doctrine de la punition éternelle et avec zèle défendu les vues de Hans Denck*, fut emprisonné à Strasbourg en 1528, puis banni. Pour des " erreurs " semblables Michael Sattler, qui avaient été chef des Eglises anabaptistes en Suisse, eut la langue coupée et des morceaux de chair déchirés de son corps, puis il fut mis sur le bûcher en 1527 ; ceci se passa à Rottenburg, au sud ouest de Tübingen, dans la vallée du Neckar.

* Né en Bavière dans les environs de 1495, Hans Denck devint célèbre pour sa maîtrise de l’hébreu. Recteur d'une école réputée de Nuremberg, il fut privé de son poste en 1523, lorsqu’il fut soupçonné de sympathie anabaptiste, et dût quitter la ville l’année suivante. Il vécu la vie d'un prédicateur itinérant, persécuté pour sa foi, allant de ville en ville, jusqu'à ce qu’il trouva un bref refuge à Bâle, où il fut emporté par la peste en 1527.

à Strasbourg

Dépité, notre jeune homme partit alors pour Strasbourg où dominait la figure du luthérien Martin Bucer, secondé par Wolfgang Capiton. Il y est mieux accueilli.

Durant ce séjour à Strasbourg, M. Servet a-t-il rencontré les Réformateurs allemands Caspar Schwenkfeld, à Strasbourg de 1529 à 1533, et Sébastien Franck, qui vint en cette ville en 1531 pour y éditer sa " Chronica " (chez quel imprimeur ? )  ? Ces deux derniers en tout cas sympathisent ensemble et, plus tard, se retrouveront ensemble dans la ville d’Ulm.

Mais, bien que Strasbourg soit une ville un peu plus ouverte que bien d’autres, elle est dominée par les luthériens qui y font la loi. Nous avons déjà vu que J. Kautz fut banni de la ville en 1528 pour ses sympathies anabaptistes. Le séjour de S. Franck, en 1531, est écourté par la prison et l’expulsion.

Quant à C. Schwenkfeld, M. Luther lui reprocha ses positions sur la communion chrétienne à l’heure où il ferraillait avec U. Zwingli sur cette question. Il le fait si vertement qu’il en déforme le nom de son adversaire en le désignant sous le nom de " Stenchfeld " , soit " un champ de puanteur ". Les injures volent rapidement et tous les coups bas sont permis de la part de certains Réformateurs ! Bref, il est pris pour cible dans les écrits de M. Luther en 1527 contre les sacramentaires et sa position devient intenable lorsque U. Zwingli publie son traité sur la question.
Le doux et spiritualiste C. Schwenkfeld se voit priver de la protection du duc de Liegnitz et se retire à Strasbourg en 1529. Mais là, bien qu’il s’abstienne de répondre aux sollicitations des anabaptistes et ne fréquente pas leur communauté (ce qui lui vaut d’ailleurs leur hostilité), M. Bucer lui reproche de sous estimer les sacrements et l’efficacité de la parole prêchée. Sur ce, il devra quitter Strasbourg en 1533.

Lui et son ami Sébastien Franck seront encore poursuivis par la vindicte luthérienne lorsque l’assemblée des théologiens protestants réunie à Schmalkalde en 1540, les condamnera sur la base d’un traité rédigé par Mélanchthon.

à Haguenau

W. Capiton, étant né à Haguenau, aurait-il fait connaître 
Johann Setzer, imprimeur en cette ville, à M. Servet ? En effet, ce dernier, venant d’arriver à Strasbourg, n’aurait pas pu établir des relations de confiance en si peu de temps. Mais rien n'indique en fait une telle entremise. Selon l'abbé d'Artigny (1749), qui étudia les archives du procès de M. Servet à Vienne, ce dernier avait laissé son manuscrit aux mains d'un imprimeur bâlois appelé Conrad Rouss, lequel n'osant l'imprimer l'envoya à son collègue d'Haguenau. De Strasbourg, M. Servet alla donc à Haguenau pour en accélérer l'impression.

L’imprimeur connaissait tout l’enjeu du texte puisqu’il ne mit pas son nom ni son adresse ! Quant à M. Servet, pleinement confiant dans la justesse de ses idées, il apposa son vrai nom - en latin - et indiqua sa nationalité espagnole.

Le livre sort en été 1531 (1). L’imprimerie rééditera l’exploit l’année suivante, en 1532, avec (2a) et (2b), mais J. Setzer lui-même mourut auparavant. La littérature du jeune Servet avait déjà un tel succès (malgré son latin un peu frustre) que cela valait le coup de prendre des risques commerciaux ! Diffusée dans les villes du Rhin, elle gagna en effet rapidement l’Allemagne, la Suisse et l’Italie du Nord, ne laissant personne indifférent.
(1) - De Trinitatis erroribus, libri septem. Per Michaelem Serveto, alias Reves ab Aragonia Hispanum. Anno M.D. XXXI. [Haguenau, 1531].
(2a) et (2b) Dialogorum de Trinitate libri duo. De Iustitia regni Christi, capitula quatuor. per Michaelem Serveto, alias Reves, ab Aragonia Hispanu. [Haguenau, 1532].


M. Servet s’aperçoit rapidement que Strasbourg n’est pas le refuge libéral qu’il pensait.

P. Melanchthon et Oecolampade s’accordèrent pour trouver des choses intéressantes dans le " De Trinitatis erroribus ", même s’ils n’étaient pas d’accord sur l’ensemble, mais U. Zwingli, le fondateur et le chef de la Réforme helvétique, ayant ameuté les uns et les autres contre le jeune loup qui venait d’arriver, ce fut bientôt le tollé général. M. Luther déclara péremptoirement que c’était " un livre abominablement mauvais ". M. Bucer aurait déclaré du haut de sa chaire que l’auteur méritait d’être écartelé jusqu’à rupture des membres (mais certains mettent en doute cette déclaration qui fut rapporté par J. Calvin en 1553). A la demande expresse d’Oecolampade, il écrivit une réfutation du livre, mais qu’il n’essaya cependant pas d'éditer. Il prévint l’auteur que le magistrat de la ville ne souffrira plus de le voir resté dans la ville.

panique à bord de l'Empire !

La vente du livre est interdite à Strasbourg et à Bâle. Cette interdiction s’étendra à tout l’Empire lorsque Juan de Quintana tomba de haut en prenant connaissance du livre de son ex protégé (" le plus pestilent livre " dit-il !). Les inquisitions, tant catholiques que protestantes furent d’ailleurs si vigilantes que, lors du procès de M. Servet à Genève en 1553, il fut impossible de mettre la main sur un exemplaire.

Tous, craignant les foudres de la puissance impériale et prédisaient les conséquences néfastes d’un tel livre sur le destin de la Réforme. Dans l’entourage impérial, Juan de Quintana perdit d’ailleurs son poste de confesseur et fut renvoyé en Espagne.

On soupçonna l’auteur d’avoir été chercher sa doctrine auprès des Maures, ce qui en faisait un traître à l’Europe chrétienne à l’heure où celle-ci était sérieusement menacée par les Turcs. Le 29 août 1526, en effet, le roi de Hongrie avait été tué à la bataille de Mohacs (non loin de Pecs, sur la rive droite du Danube). Les Turcs s’ingérèrent dès lors dans le conflit de succession et vassalisent la partie orientale de la Hongrie, dont la Transylvanie. En 1529, ils arrivent sous les murs de Vienne afin de faire pression sur Ferdinand 1er, nouveau roi de Hongrie, pour que ce dernier accepte cette emprise. Or, Ferdinand 1er est lui aussi de la maison des Habsbourg et frère de l’empereur Charles Quint.

M. Servet revint, sans doute tout penaud, à Bâle et écrivit à Oecolampade en indiquant qu’il était prêt à quitter la ville si tel en était le souhait, qu’il était également prêt à écrire un second libre afin de se rétracter. Oecolampade lui accorda son indulgence, puis mourut avant la fin de l’année 1531 âgé de 49 ans (il était né à Weinsberg en 1482).

Heureusement pour le patriarche car, au lieu d’une marche en arrière, M. Servet persista et signa de nouveau, publiant au printemps 1532 les 2a et 2b. La forme était différente (un dialogue fictif à la mode de l'époque), moins abrupte par rapport à l’enseignement existant de l’Eglise et le texte plus concis, mais le contenu était bel et bien le même ! L’accueil fut donc en conséquence le même.

la fuite à Paris

En pénurie d’amis et d’argent, handicapé par sa non connaissance de la langue locale, l’allemand , craignant un procès pour hérésie, M. Servet quitte la ville sans bruit. On le retrouvera à Paris la même année, enseignant les mathématiques, sous un autre nom - Michel de Villeneuve, du nom toponymique de sa ville natale -, et pour d’autres aventures ...

L’inquisition espagnole enverra le frère de M. Servet, qui était prêtre, à Bâle, afin que l’hérétique revienne au bercail, mais le frère revint bredouille.

Les gens de Bâle et ceux de Strasbourg n’entendirent plus parler de cet Espagnol qui fut comme une étoile filante dans leur ciel qu’ils ne regardèrent pas ... jusqu’en 1553 lorsque Jean Calvin s’acharna contre M. Servet.
Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 10:12

La situation de l’Alsace au XVIème siècle

Au XVIème siècle la prospérité est grande. L'Alsace connaît une grande expansion démographique et son siècle d'or en matière d'architecture urbaine. Ses villes, de statut impérial, constituent une Décapole* et jouissent de libertés.

* A noter que Mulhouse/Mülhausen quitte cette ensemble en 1515 pour rejoindre la Confédération helvétique.


L'Alsace est alors terre d'humanisme par excellence. Des écoles alsaciennes, réputées parmi les meilleures d'Europe, sortirons des humanistes célèbres : Wimpheling, Sturm, Brant, Geiler von Kaysersberg, Beatus Rhenanus, Murner, Fischart .... Avec Bâle/Basel, Strasbourg/Straßburg devient la capitale européenne de l'imprimerie.

L’arrivée du protestantisme

Le 31 octobre 1520, Martin Luther placarde ses 95 thèses sur la porte de l'église de Wittenberg, déclenchant une Réforme ouverte contre Rome. Excommunié en 1520, il vécut caché au château de la Wartbur de 1521 à 1522. En 1525, il épouse Catherine de Bora, ex religieuse.

En 1525, l'arrivée du protestantisme ainsi que de lourdes taxes sur les produits agricoles mettent le monde rural en effervescence. Le lundi de Pâques 1525 se produit un soulèvement général d'environ 40 000 paysans menés par Erasme Gerber. Les villes et monastères sont attaqués et tombent un à un. Prétextant la défense de son titre de coseigneur de l'abbaye de Marmoutier, le duc de Lorraine envahit l'Alsace et massacre 18 000 paysans à Saverne et Lupstein et 5 000 à Scherviller.

Le protestantisme connaît toutefois un important succès. Wissembourg, Munster, Colmar, Landau, Mulhouse et Strasbourg se rallient à la Réforme avec nombre de seigneurs alsaciens (surtout au nord).

La fin du XVIème siècle voit toutefois un succès franc de la Contre-Réforme notamment grâce aux Jésuites et à leurs collèges de Molsheim, Sélestat et Haguenau.
http://fers.elsass.free.fr/alsace/histoire/avant_1648.htm 

Charles Quint en Allemagne en 1530

Charles Quint
(1500-1558), de la maison de Habsbourg gouverne les Pays-Bas depuis 1515 et hérite, l’année suivante, des couronnes de Castille, d’Aragon, de Naples et de Sicile (et des vastes colonies d’Amérique latine). Il est élu à la tête du Saint Empire romain germanique en 1519, succédant à Maximilien 1er de la même dynastie et contre la candidature du Français François Ier. Le soleil, dira-t-on, ne se couche pas sur son empire. Mais ce n’est que le 24 février 1530 qu’il en recevra la couronne. Ce jour, il est à Bologne en Italie pour y recevoir, des mains du pape Clément VII (qui règne de 1523 à 1534) la couronne de fer de la Lombardie et la couronne du Saint Empire Romain.

L’empereur couronné poursuit en Allemagne où il préside la diète d’Augsbourg en juin 1530, devant laquelle Philipp Schwarzerd dit Mélanchthon lut les 28 articles de la " Confession d’Ausgbourg ". Les luthériens espèrent la reconnaissance de leur confession, mais ils sont déçus.

Michel Servet dans la suite de Charles Quint


En 1528-1529, le jeune Michel Servet (né en 1511) a obtenu un congé de son protecteur, Juan de Quintana, moine franciscain et confesseur de l’empereur Charles Quint, afin de faire des études de Droit à Toulouse. Avec d’autres étudiants, il s’enflamme à la lecture directe de la Bible désormais largement diffusée grâce à l’imprimerie.

M. Servet se retrouve aux premières loges de l’actualité en 1530 puisque Juan de Quintana l’a récupéré pour le voyage de l’empereur en Italie et en Allemagne. Mais à Bologne, il n’apprécie pas le spectacle et, plus tard dans ses écrits, il traitera le pape, qui s’était exhibé sur une chaise à porter d’apparat, de catin et d’Anti-Christ.

Suite à l’échec des luthériens à Ausgbourg et devant ce blocage de la part des catholiques, M. Servet se décide à quitter le service de son protecteur et il arrive à Bâle en automne 1530 pour prendre contact avec des ténors de la Réforme.
  C'est un jeune loup qui débarque dans les milieux réformés. Il a des idées à leur proposer !

le pape Pie V (1566-1572) porté sur la Sedia Gestatoria, gravure allemande de 1568

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 20:23

Michel-Servet-par-Antonio-Martinez-Tomas-1940--en-arrivant---ce-lieu-fun-bre.jpg "en arrivant à ce lieu funèbre ...". 


C'était le 27 octobre 1553, vers midi, au flanc de la colline au lieu dit Champel, alors à l'extérieur de l'enceinte de Genève.

Repost 0
Published by transmis par Fabien Girard - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 20:20
Michel-Servet-par-Antonio-Martinez-Tomas--1940---Ne-me-condamnez-pas---la-mort-cruelle.jpg Michel Servet supplie l'Inquisition : "ne me condamnez pas à la mort cruelle ... "
Repost 0
Published by transmis par Fabien Girard - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 20:14
Michel-Servet-par-Antonio-Martinez-Tomas--1940----connait-la-voix-de-son-ennemi.jpg "Servet connaît la voix de son ennemi ..."


Michel Servet croyait pouvoir discuter de théologie avec Jean Calvin ; il tomba sur un dictateur soucieux de protéger son autorité religieuse.
Repost 0
Published by transmis par Fabien Girard - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 20:06
Michel-Servet-par-Antonio-Martinez-Tomas--1940---Au-nom-de-Monseigneur-Calvin.jpgl'arrestation de Michel Servet à Genève, le dimanche 13 août 1553, où il avait été écouter un sermon de Jean Calvin : "Au nom de Monseigneur Calvin ...".
Repost 0
Published by transmis par Fabien Girard - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 19:56
Michel-Servet-par-Antonio-Martinez-Tomas--1940---Avec-des-mots-pr-cieux-il-d-crivait-son-g-nie.jpg "avec des mots précieux, il décrivait son génie !"


évocation des activités médicales de Michel Servet à Paris, dans les années 1532-1538.
Repost 0
Published by transmis par Fabien Girard - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 19:45
Michel-Servet-par-Antonio-Martinez-Tomas--1940---Servet-et-Montalvo-sont-entr--chacun.jpg "Servet et Montalvo entrèrent chacun ..."


image vue dans le livre d'Antonio Martinez Tomas, " Miguel Servet, un martir de la ciencia "  (Araluce, Barcelone, 1940), scannée et envoyée à La Besace des unitariens par Fabien Girard.


Les années d'étudiant, sans doute en 1528-1529 à Toulouse. Michel Servet a alors 17-18 ans. Avec d'autres étudiants, il s'enthousiasme à la lecture des Ecritures que la Réforme luthérienne encourage.


Repost 0
Published by transmis par Fabien Girard - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 08:37

Buvard-Servet-portrait.jpg 
portrait de Michel Servet (1511-1553) sur un buvard distribué aux écoliers (après l'assassinat de Jean Jaurès le 31 juillet 1914) 

remarquer la tâche d'encre sur le front de Michel Servet : le buvard a (un peu) servi !

Repost 0
Published by transmis par Fabien Girard - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article