Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 19:10

« Traîné à son corps défendant au paradis », prédication dite le 17 octobre 2009 à la Fraternité Unitarienne-Universaliste de Paris (Unitarian Universalist Fellowship of Paris, UUFP) (lien), par Mark D. Morrison-Reed, un pasteur afro-américain de théologie chrétienne universaliste. Traduction Pascal Acker (chrétien unitarien et universaliste, France).

L'apôtre Paul s'est converti sur la route de Damas, et moi je me suis converti un jour en arrivant en retard à Buffalo dans l'Etat de New-York. Conversion : à savoir un moment précis, parfois subjuguant, qui vous amène à embrasser une foi religieuse. Qu'apporte une conversion à votre avis ?


Est-ce une prédication hors de propos dans un environnement unitarien-universaliste ? Avez-vous jamais entendu un unitarien-universaliste qui avoue avoir eu une expérience de conversion ? Avez-vous vécu une telle expérience ? Un moment que divise votre vie en un avant et un après ; un moment durant lequel il y a une transformation spirituelle ; un changement dans votre intériorité qui change votre façon de voir le monde. Un tel moment m'a saisi et, d'unitarien, je suis devenu universaliste.


J'étais à Buffalo (N.Y), à la Convention des universalistes de l'État de New York. Donna et moi sommes arrivés en retard et nous avons pris place, puis nous avons accordé toute notre attention au message d'ouverture que prononçait le révérend Gordon McKeeman sur "La persistance de l'universalisme". C'était le début de notre deuxième année de ministère. Donna et moi étions tous les deux pasteurs de la Première Église universaliste de Rochester, mais nous ne savions pas grand chose de l'universalisme sauf ce que nous apprenions sur le tas. Evidemment, j'en avais étudié l'essentiel à la faculté de théologie : comment le Père de l'Eglise Origène avait défendu le salut universel ; comment George de Benneville, fils d’un réfugié Huguenot avait été l’un des premiers à prêcher l'universalisme dans l'Amérique d'avant l'Indépendance et pourquoi certains ont appelé l'ultra-universalisme l'école de "la mort et la gloire". Cependant, ayant été élevé chez les unitariens à Chicago, les valeurs unitariennes, plutôt qu'universalistes, avaient été semées en moi. Du moins, est-ce ce que je pensais.


L'église de Buffalo, avec ses poutres en bois sculptées et ses vitraux, semble être un lieu sacré. J'été assis, regardant et écoutant à moitié jusqu'à ce que G. McKeeman dise ceci : " L'universalisme est venu pour être appelé l'évangile du succès de Dieu, l'évangile des plus grands espoirs. Pour parler de manière pittoresque, on peut s’imaginer un dernier pêcheur non repenti traîné à son corps défendant au paradis, … incapable de résister à la puissance et à l'amour du Tout-puissant." [dans L'Héritage universaliste, discours d'ouverture sur l’Histoire universaliste, Éthique et Théologie, 1976-1991 p. 49]. Quelle image ! J'ai imaginé le dernier pécheur traîné par le col au paradis. Quel dieu peut donc faire cela ?

à suivre ...

Repost 0
Published by Mark D. Morrisson-Reed - dans sur l'universalisme
commenter cet article
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 18:45

suite

 

Soudain, ce que j'avais appris au séminaire et ce que j’avais appris de ma congrégation se sont combinés et j'ai compris enfin ce qu’était l’universalisme : une religion d'amour radicale et subjuguante. Le salut universel dit que peu importe ce que nous faisons, Dieu nous aime tellement qu'Il ne condamnera pas un seul humain à la damnation éternelle. Le salut universel est la conséquence de l'amour universel.


Pourquoi utiliser ce vocabulaire de l'amour pour le décrire ? Mais comment décrire autrement Celui qui nous a créés et qui nous soutient ? Comment parler autrement du Parent idéal qui est venu avant chaque parent – l'archétype de notre Mère et de notre Père à tous ?


Nombre d’unitariens-universalistes d’aujourd’hui écartent cette réflexion. Après tout, la plupart d'entre nous croit moins en un Dieu personnel qu'en l'amour de Dieu. Au maximum certains admettent que le divin est synonyme de l'ordre naturel, et qu'il œuvre dans et par nous. Mais le nôtre [ndlr - celui de la plupart des unitariens-universalsites] n'est pas un dieu qui vous parle quand vous êtes dans le doute, qui se réjouit avec vous quand les temps sont bons, ou vous porte secours lors les accidents de la vie.  Notre Dieu est plus abstrait et moins personnel, plus un symbole et moins une présence ressentie, plus dans nos têtes et moins dans nos coeurs, une idée dont nous débattons plutôt qu'une intuition sur laquelle nous comptons. Dans notre compréhension, la compassion ne vient pas de Dieu. L'ancien président de l'Unitarian Universaliste Association (UUA), Gene Pickett remarquait que "[nos buts et nos principes] décrivent un processus pour s'approcher des fondements de la religion, mais ne témoignent d’aucune connaissance intime de ces fondements eux-mêmes. "


Non-seulement un élitisme suffisant détermine une attitude parmi trop d’unitariens-universalistes qui regardent de haut ceux qui croient à Dieu. Ces "cyniques sophistiqués" (Forrest Church) représentent Dieu comme un homme barbu, habillé de blanc, omnipotent, omniscient, trônant au paradis. Et ensuite, bien sûr, ils l'écartent comme étant imaginaire. Mais je me suis lassé de ceux qui dédaignent Dieu.


Qui est vraiment Dieu ? Dieu est le non-commencé et l'inconnaissable, l'insondable et l'inexprimable ; il est proche comme le battement de coeur suivant, aussi ordinaire que la moindre poussière et pourtant précieux comme un nouveau-né. Dieu est le mystère transcendant au cœur de toutes choses. Dieu est le masque que nous plaçons sur l'infini et le costume que nous mettons sur le sacré pour entrer en relation avec Lui. Parce que nous sommes, de toutes les manifestations de la Création, bénis et appelé à nous éveiller, à témoigner sciemment et à savourer ce miracle de vie. Alors en transmettant et en construisant à partir de la Création avec nos propres vies, nous recherchons à nous adresser au mystère divin qui nous est tant parent que partenaire. Nous disons : " Notre Père et Kami. Saluez Marie et Gaïa, Jésus, Abba, Shiva, Allah, Brahma."


La fin d’un des romans d'Elie Wiesel était la suivante : "Dieu a créé l'homme parce qu'Il aime les histoires". Cela veut dire que Dieu est relationnel. Nous le disons de cette façon parce que nous trouvons cela plus croyable quand nous inversons la réalité. Dieu ne nous a pas faits à son image. Nous L'avons fait à la nôtre. Pourquoi ?


Pour que nous puissions nous identifier à elle, à cette l'image tout humaine ; pour que nous puissions nous adresser à elle et lui parler, l'aimer et en être aimé. C'est comme ça que nous sommes fait. Dieu, qui est - comme nous disons - l'expérience du mystère derrière toutes choses, doit être relationnel parce que nous sommes relationnels. La connexion que nous ressentons à un autre être humain, qui est celle que nous apprenons dans les bras de notre mère, est le prototype de toutes nos relations. Quand nous laissons l'intellect tyrannisez notre foi, nous échouons à orienter ce besoin humain vers cette intime connexion.


Je prie. Je prie Dieu qui demeure dans, parmi et au-delà de nous. Je prie Dieu pour la même raison que j'écris dans mon journal, parle à un ami ou passe un moment calme dans la réflexion parce que ce que je connais de Dieu je le trouve dans la communion de moi avec les autres, avec ceux que j'aime et avec le monde dans lequel j'évolue et respire et où est mon être. Je parle avec Dieu parce que je veux me relier au monde qui est dans et au-delà de moi. Je veux éprouver Sa vérité et Sa tendresse ; et les abstractions unitariennes-universalistes de Dieu ne répondent pas à mes besoins émotionnels et ne m'emmènent pas à cette relation sacrée. Même en étant aussi analytique que je puisse l’être en ce moment précis, je ne peux que rester encore loin de l'expérience immédiate de ce mystère divin.


Nous pouvons admirer, avoir confiance, nous représenter et même rire, d'un dieu qui traîne le dernier pêcheur non repenti contre sa volonté - non, en réalité en jurant et en résistant - au paradis. C'est une personnification du Plus Saint enracinée dans un sentiment puissant, parfois accablant, une expérience qui transcende la description, une langueur qui défie l'analyse. Quel soulagement de ressentir qu'il n'y a rien que je puisse faire pour m'aliéner de l'embrassement affectueux de Dieu – des tout-puissants mais bien tendres bras de la force créative qui soutient et supporte toute la vie.


La grande perspicacité de l'universalisme est que vous ne pouvez pas contraindre les gens de s'aimer les uns les autres. Les commandements ne sont pas des menaces. S'ils ne sont pas accomplis, Dieu ne retirera pas Son amour. Personne n'a jamais ou ne tirera jamais
d'une punition le véritable amour du prochain . Dieu donne son amour à tous et est une force pour le Bien, bien plus que ne le ferait jamais une punition. C'est une vérité simple : c'est dans l'amour que nous apprenons à aimer. Ceux qui sont aimés aimeront d'autres à leur tour. Ceux qui sentent l'amour infini de Dieu en eux, se sentiront si bien, si connectés avec la vie et si plein de compassion qu'ils ne pourront pas s'empêcher de communiquer cet amour dont ils débordent.

à suivre ...

Repost 0
Published by Mark D. Morrisson-Reed - dans sur l'universalisme
commenter cet article
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 18:29

suite et fin


Ce fut le sentiment qui m'a capturé il y a environ vingt-neuf ans ; c'est la croyance dont le monde a besoin aujourd'hui plus que jamais. L'image du pécheur traîné malgré lui au paradis a transformé la façon dont je vois le monde parce qu'elle a inconsciemment rencontré mon expérience de l'éducation et de l'amour d'une famille appartenant à une communauté unitarienne - et l'a rendue primordiale. Dorénavant je pourrais dire : même si je fais des erreurs, si j'échoue ; si je fais des choses irréfléchies, blessantes et si je suis dédaigné par le monde, si je suis mauvais et que j'ai le cœur noir, même si je rejette l'amour que l'on m'offre, je serai tout de même le bien-aimé par la Création qui nous a tous fait.


"L'évangile du plus grand espoir" est un évangile d'inclusion qui proclame l'amour éternel et imperturbable de Dieu, Ce qui m'a toujours rendu perplexe est de savoir pourquoi il n'a pas emporté rapidement le Monde ? Pourquoi après que le boom de la première moitié du 19ème siècle il s'est effondré ? Pourquoi est-il devenu un simple courant minoritaire au sein de l’unitarisme-universalisme ? Est-il plus difficile de croire en l'universalisme et la proclamation de l'amour divin inconditionnel, intransigeant, universel et subjuguant que dans la Résurrection et l'Immaculée conception ? Pourquoi est-ce plus facile de croire l'incroyable, plutôt que de croire que nous sommes une seule famille humaine aimée de Dieu ?


Nous espérons cet amour inconditionnel que notre expérience contredit. Au lieu de cela, le message de principe que chacun d'entre nous a reçu à maintes reprises était : comportez-vous bien et vous serez aimés, comportez-vous bien et vous serez aimés. Ce qui implique : ceux qui font le Bien et se comportent correctement seront aimés, les autres non. L'universalisme appelle ça le « partialisme ». Autrement dit, les gens ont pris leur propre expérience de l'amour humain, conditionnel et critique, et l’ont attribuée à Dieu.


Aujourd'hui, alors que les répercussions du 11 septembre façonnent encore la vie politique de l'Amérique, malgré une nouvelle Administration progressiste en ce pays ; aujourd'hui étant donné la guerre en Afghanistan et en Irak, le vieux conflit entre Israéliens et Palestiniens et le génocide au Darfur, l'universalisme est plus important que jamais. Le monde a besoin de savoir que l'amour de Dieu est illimité, mais nous avons oublié cette antique proclamation.


Le théisme offre aux libéraux religieux une langue pour parler au monde. C'est un langage utile parce que c'est le langage vernaculaire des gens ordinaires. Dites, "Dieu est amour et Dieu vous aime" et les gens comprendrons ce que nous voulons dire. Le monde a besoin d'entendre parler de cette foi qui soigne les coeurs blessés et forge des attitudes qui incarnent l'esprit d'amour plutôt que celui de la colère. Face au néo-tribalisme nous avons besoin d'un message qui défie la rhétorique de "l'Axe du mal", contredise la mentalité du « nous » contre « eux » et proclame l'unité de la famille humaine. Il y a seulement un « nous » aimé de Dieu qui écarte le libre arbitre (vous m'avez bien entendu, vous n'avez pas à choisir !) et qui comprend le saint et le pêcheur, Mère Teresa et Saddam Hussein, supporte Sarkozy, Royal et Le Pen, aime autant Bush que Ben Laden et emmène aussi Hitler au paradis. C'est une vérité presque trop choquante pour ne pas être comprise. «  ... Au-delà de nos diversités et de nos différences, il y a une unité qui nous fait Un et nous lie pour toujours malgré le temps et la mort, et l'espace entre les étoiles. » [David Bumbaugh]


Je reconnais comme dieu le « remorqueur » implacable de cette réalité, et je m’y suis volontiers accroché, depuis longtemps, depuis le jour que j’ai évoqué, à Buffalo.


Repost 0
Published by Mark D. Morrisson-Reed - dans sur l'universalisme
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 06:09

Universalist-Herald-logo-copie-1.jpgKen R.Vincent est l'administrateur Web pour le Universalist Herald et l'auteur du "Le fil d'or, la promesse de Dieu de salut universel". Il est membre fondateur du conseil d'administration de l'Association universaliste chrétienne (CUA). Psychologue à la retraite, il étudie les expériences religieuses et le mysticisme. L'article que nous reproduisons a été publié dans le n° de janvier / février 2006 de l'Universalist Herald. Il a été traduit par Pascal Acker, chrétien unitarien français. Il est intitulé "Where Have All the Universalists Gone ?" (lien).

 

Un des grands mystères religieux est comment l'Église universaliste en Amérique – qui a été la 6ème plus grande dénomination aux États-Unis – est devenue actuellement minoritaire au sein de la dénomination unitarienne-universaliste (UU). Dans un article récent de la Revue de recherche religieuse, intitulé  "Des UU sont plus U que U", James Casebolt et Tiffany Niekro mentionnent que seulement 19 % des UU [unitariens-universalistes] se considèrent comme universalistes. Puisque la dénomination UU comprend seulement 0,1 % des Américains, en calculant "19 % de 0,1 %" on obtient un chiffre minuscule. Pire, certains UU ont assimilé le mot "universaliste", mais ont inventé de nouvelles significations qui privent le terme de son histoire.

 

Mais ne désesperez-pas ! Je dois vous dire que l'universalisme prospère, non plus comme une dénomination séparée, mais comme une manière importante de comprendre Dieu qui est plus appropriée que jamais pour le monde complexe et pluraliste d'aujourd'hui.

 

universalist_memorial_church_winchester.JPGéglise universaliste de Winchester

construite après que l'ancienne église ait été détruite par un incendie en 1909

et qui est destinée à devenir un musée de l'universalisme américain

 

Passons en revue les bases de l'universalisme. L'universalisme affirme que Dieu est trop bon pour condamner l'Humanité à l'enfer éternel et que, tôt ou tard, TOUTE l'Humanité sera sauvée. L'enfer est seulement pour la réadaptation et n'est pas éternel. Cette position théologique est soutenue par de nombreux versets tant dans la Bible hébraïque que dans le Nouveau Testament. Bien que cette croyance au salut universel peut être trouvée dans pratiquement toutes les religions majeures du monde, l'universalisme en Occident, pendant les 2 000 dernières années, a été compris pour signifier seulement le christianisme universaliste.

 

Le premier écrit préchant l'universalisme chrétien a été écrit par Clément d'Alexandrie au IIème siècle, mais son élève Origène a été le théoricien le plus influent de cette théologie. Au VIème siècle, l'universalisme a essuyé un revers lorsque les écrits d'Origène ont été condamné par l'Église catholique, bien qu'ils soient restés viable dans les Églises orientales (Nestoriens et Jacobites). En Occident, l'universalisme a été relégué au royaume des mystiques jusqu'à laRéforme qui le ressuscita.

 

Le déclin de l'Eglise universaliste en tant que dénomination indépendante est plus souvent attribué au succès de la doctrine de l'amour de Dieu pour tous ! Quand d'autres dénominations ont commencé à reconnaître le pouvoir de ce message plein d'espoir et inclusif, elles ont été motivé pour modérer leur accent sur le Feu de l'enfer, la souffrance et la prédestination ! Par conséquent, les paroissiens qui ont embrassé la théologie universaliste pouvaient rester dans leurs propres congrégations d'origine plutôt que de déménager dans une Eglise universaliste.

 

Patrick Murfin ajoute que des Eglises universalistes rurales ont beaucoup souffert de l'exode rural et que des Eglises universalistes de l'Ouest américain ont été dévastée par la Grande Dépression. Quand les unitariens et les universalistes "se sont mariés" en 1961 (Les universalistes avaient la plus grande "dot" mais moins de membres). Les écoles de théologie universalistes ont fermé, y compris la plus importante école qui était à l'université de Tufts.

 

Dans ma démarche pour mieux comprendre les universalistes et leur Eglise dans l'histoire américaine, j'ai eu la chance de découvrir les copies du magazine universaliste hebdomadaire Le leader chrétien, puis Le Leader universaliste (le nom a changé) à la bibliothèque de la "Rice University" à Houston où je vis. Cet hebdomadaire urbain, basé à Boston, publiait des articles de théologie, d'histoire, des biographies, des actualités des groupes d'Eglises. En plus des universalistes, le magazine avait des collaborateurs occasionnels qui étaient des unitairiens, des congrégationalistes et des juifs libéraux.

 

En parcourant les exemplaires disponibles du "Leader" de 1922 à 1942, j'ai eu le plaisir de constater que pendant les années 20 les universalistes étaient des chrétiens libéraux dans tous les sens du terme ! Les articles préconisant les droits de la femme, les droits des minorités et le contrôle des naissances étaient courants. Le travail missionnaire en Chine, au Japon, auprès des Eglises noires au Sud rural [des Etats-Unis] et des Etats éloignés comme le Texas étaient aussi annoncé. On a apporté beaucoup d'attention à la construction du bâtiment de l'Église commémorative nationale universaliste, qui devait être "la cathédrale" de l'universalisme dans la capitale nationale.

 

Toutefois, bien que les universalistes ruraux aient souvent été les avocats de la prohibition (de la vente d'alcool), je n'ai trouvé seulement qu'un article pleurant son échec. Quelques articles ont confirmé la présence de littéralistes bibliques au sein de la dénomination, particulièrement dans le Sud et au Texas.

 

L'un des sujets les plus fascinants pour moi fut la réaction de ces universalistes à la bombe théologique qui a changé l'unitarisme pour toujours - le manifeste humaniste - publié par un groupe de pasteurs unitariens en 1933. On se demande si le grand transcendentaliste mystique américain Ralph Waldo Emerson aurait pu le prévoir quand il appelait son église unitarienne "une glacière" et pleurait "le cadavre froid de l'unitarisme de l'université de Harvard et de Brattle Street." La plupart des universalistes ont été choqué, n'ont pas su qu'en faire et ont douté sur la façon d'y répondre.

 

Cependant, le Leader a imprimé des avis tant pour que contre (les contres parlant carrément de "la duperie" à propos de ce sujet) ; mais beaucoup d'auteurs ont supposé que le type d'humanisme que les unitariens préconisaient était la sorte d'humanisme de la Renaissance partagé par pratiquement tous les progressistes. Tandis que les articles des unitariens ont successivement reflété leur introspection en cours, leur rumination obsédante, leur nombrilisme et leur crise d'identité ininterrompue, j'ai été frappé par l'attitude toujours optimiste des universalistes qui poursuivaient béatement leur christianisme libéral.

 

Bien qu'intensément conscient du mal que signifiait la prise du pouvoir par Hitler et sceptique concernant le communisme, le Leader a reflété un optimisme et s'est montré convaincu que les problèmes pourraient être résolus et que le monde pourrait être meilleur ! Particulièrement significative fut l'ouverture des universalistes aux religions mondiales (l'universalisme fut au premier rang du Parlement des religions du Monde à la fin du 19ème siècle).

 

Nos ancêtres universalistes qui ont publié le Leader n'auraient pas été étonné de la fusion des universalistes avec les unitariens en 1961. Les publications que j'ai lues annoncaient souvent des propositions, qui ont été discutées pendant des années, d'une fusion non seulement avec les unitariens, mais aussi avec les congrégationalistes pourformer une "super" dénomination chrétienne libérale !

 

Par contre, je pense vraiment qu'ils seraient choqués que la dénomination ne soit plus aujourd'hui  exclusivement universaliste (TOUS sont sauvés) suite à l'adhésion aujourd'hui de personnes dont les convictions vont de l'annihilation  à la réincarnation de l'âme. De même la dénomination UU n'est plus exclusivement unitarienne (c'est-à-dire, préconisant un Dieu unique en opposition à la Trinité), avec des membres préconisant des croyances allant de l'athéisme au polythéisme. Finalement, je pense que nos ancêtres universalistes trouveraient embarrassant que le christianisme unitarien et le christianisme universaliste soient devenues seulement des positions minoritaires dans ce qui est devenu une Eglise "interfaith".

 

Alors ? Où sont partis les universalistes ? Au XXIe siècle, les universalistes sont partout ! Les partisans de l'universalisme sont dans pratiquement toutes les dénominations chrétiennes, et dans d'autres religions mondiales. Etre universaliste implique un changement d'avis plutôt qu'un changement de dénomination !

 

L'universalisme fait partie de la théologie de l'Église de la science du Christ et de celle de l'Église de l'unité de Christianisme. L'Eglise baptiste américaine est en quelque sorte universaliste, comme une enquête récente l'a constaté : 75 % de ses membres ne croient pas en un enfer éternel.

 

Laissez-nous maintenant explorer la diversité des universalistes aux États-Unis aujourd'hui qui incluent : 1) les universalistes "sur la Toile", 2) les universalistes "potentiels", 3) les universalistes "déjà casés" 4) les universalistes "indépendants" et 5) Les universalistes "expérimentaux".

à suivre ...

Repost 0
Published by traduction de Pascal Acker - dans sur l'universalisme
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 04:26

suite et fin de l'article précédent

 

eglise_universaliste_winchester_vitrail.JPGLes universalistes "de la Toile"  

[ndlr : l'auteur utilise le terme "virtuel", mais il s'agit d'éditeurs indépendants bien réels ]


Cet universalisme est né avec Internet. Pour quelques centaine de dollars par an, une personne ou un petit groupe peut maintenant publier sa théologie sur le Web, et des pages Web universalistes sont apparues préconisant une grande variété d'universalisme. Les points de vue s'étendent des littéralistes bibliques aux chrétiens libéraux, et de l'universalisme chrétien à celui des religions du monde. Il y a deux ou trois ans, je suis devenu l'administrateur Web du Universalist Herald (lien), qui est le plus ancien péridiodique religieux libéral publié en Amérique du Nord.

 

Lorsque j'ai ouvert ce site Web, j'ai exploré d'autres sites Web universalistes dans le but ambitieux d'établir des "liens" avec tous les autres sites universalistes, via le nôtre. Mais j'ai été agréablement surpris de constater que ce n'était pas possible ; bien que je fouille continuellement le web pour trouver de nouveaux liens chrétiens universalistes et concernant l'universalisme des autres religions du monde, il y a toujours plus de sites qui s'ajoutent continuellement et plus rapidement que je ne peux les évaluer !

 

vitrail de l'église universaliste de Winchester (New-Hampshire)


Certains "chrétiens" universalistes  sont assez fondamentalistes et excluent la dénomination unitarienne-universaliste de leur référence ! Inversement, j'ai trouvé un site "unitarien" qui a un article écrit par quelqu'un qui ne croit pas en l'universalisme (du salut). Le site Web du Universalist Herald inclut des liens vers des sites chrétiens conservateurs ; deux de ces sites (Tentmaker et Vrais Ministères de la Grâce) sont plus universalistes que n'importe quel site UU. Vrais Ministères de Grâce inclut même des articles du XIXème siècle du Universalist Herald.


Nos liens Web incluent trois sites quakers universalistes et un site universaliste des religions du monde. C'est satisfaisant de voir que beaucoup de monde en beaucoup d'endroits promeuvent l'universalisme en général et le christianisme universaliste en particulier.


Les universalistes "potentiels"

 

Les universalistes "potentiels" constituent la catégorie suivante. Dans son livre La Psychologie et la Religion, Michael Argyle cite une enquête de 1992 qui établit que 94 % des Américains croient en Dieu, que 86 % croient en Ciel, mais que seulement 71 % croient à l'enfer. Cette non-conformité de 15 % entre la croyance au ciel et l'enfer est une découverte habituelle dans des enquêtes sociologiques ; parfois cette non-conformité s'élève à 20 %.


A partir du recensement démographique américain de 2000, cela signifie qu'il y aurait 43 millions d'universalistes "latents" aux États-Unis ! Beaucoup d'entre eux seraient probablement étonnés d'apprendre qu'il y a une position théologique ancienne qui affirme leurs croyances ! Le Web est une manière de leur faire savoir qu'il y a un nom pour ce qu'ils croient : "l'universalisme". Si nous pouvions rassembler tous ces gens dans une dénomination, nous pourrions rendre aux fondamentalistes la monnaie de leur pièce !


Les universalistes "déjà casés"

[ndlr : pour l'auteur, ils sont "au placard" car appartenant à d'autres dénominations]

 

Ces universalistes sont des gens dont la théologie personnelle est universaliste et qui basent leur croyance sur la Bible (ou dans le cas de non-chrétiens, d'autres livres saints). Ils veulent rester dans leur dénomination traditionnelle - parfois à cause de leurs conjoints, parfois à cause de la tradition et parfois parce que leur ville n'offrent aucune alternative. De temps en temps ils font un "coming-out", mais restent finalement dans leur dénomination. Un sous-ensemble impressionnant de ces universalistes écrivent à propos de l'universalisme, mais veulent maintenir leur appartenance au sein d"autres dénominations chrétiennes.

 

Une bibliographie est disponible sur le site Web du Herald. Par exemple, Philip Gulley et James Mulholland (des pasteurs Quaker ) ont écrit "Si la Grâce Est Vraie" et "Si Dieu Est Amour". Les deux livres se vendent très bien et représentent une percée réelle dans la commercialisation de livres universalistes au grand public. Dennis, Sheila et Matthew Linn (des catholiques romains) ont écrit un merveilleux petit livre qui est même approprié pour des adolescents, intitulé "Bonnes Chèvres". Il a été réimprimé pendant 12 ans et a reçu un Imprimi Potest (l'approbation de l'Église catholique). Cela nous donne l'espérance que les catholiques arriveront finalement à réhabiliter Origène ! D'autres auteurs actuels préconisant la théologie universaliste sont baptistes (American Baptist Church), anglicans, réformés néerlandais, mennonites, méthodistes et presbytériens. Et la liste grandit !


Les universalistes "indépendants"


Les universalistes "indépendants" ont toujours été avec nous. Ces gens sont universalistes dans leur croyance, mais ne sont pas membres d'une Eglise. Un bon exemple est Thomas Talbott qui a écrit "L'Amour Inéluctable de Dieu". Il-y-a quelques temps, j'ai écrit au professeur Talbott pour lui demander sa dénomination. Il m'a répondu qu'il avait appartenu à l'Eglise du Christ jusqu'à ce que son Eglise découvre qu'il était universaliste et ils l'ont expulsé ! Un autre exemple est Gary et Michelle Amirault qui sont les créateurs de Tentmaker.org, un des plus grands sites Web universalistes. Ils ne sont pas affiliés à une dénomination, mais organisent "de temps en temps" des revivals universalistes sur leur propriété. Le plus célèbre universaliste "indépendant" était de loin Abraham Lincoln qui n'a jamais rejoint une Eglise.

 

A son époque ce n'était pas inhabituel. Seulement 16% des Américains étaient membres d'une Eglise en 1850. Le nombre des Américains appartenant à une Eglise a continué à monter jusqu'aux années 1960 où il a atteint son apogée de 63%.


Dans son livre "Le peuple presque élu", plus tard réédité sous le titre "La religion d'Abraham Lincoln",

le professeur William Wolf note que toute sa vie Abraham Lincoln a été universaliste. Il cite trois sources documentées confirmant qu'il était universaliste dans sa jeunesse et qu'il l'est resté toute sa vie. Les trois sources établissent qu'il connaissait la Bible et pouvait justifier l'universalisme en détail. Il aimait l'épitaphe d'un Indien d'Amérique, Johnny Kongapod : "ci-gît le pauvre Johnny Kongapod. Dieu ayez pitié de lui, comme il ferait s'il était Dieu et que vous étiez Johnny Kongapod." Une autre des citations fréquentes de Lincoln était de saint Paul (I Cor. 15,22)


Les universalistes "expérimentaux"


Pour finir, voici un des changements les plus spectaculaires de l'universalisme qui peut être décrit et c'est la catégorie des universalistes "expérimentaux". Ils ont fait l'expérience mystique religieuse personnelle de l'amour inconditionnel de Dieu pour TOUS.


Pendant les 150 ans passés, les médecins et des spécialistes des sciences humaines ont étudié les expériences religieuses. Au XIXème siècle, la Société pour la recherche psychique a été fondée pour étudier ces données d'une façon académique et, au début du XXème siècle, le travail de William James "Les Variétés d'Expérience Religieuse" ont été publiées. Tandis que la recherche dans ce secteur a décliné pendant les âges d'or du marxisme et du freudisme (1930 - 1960), la recherche scientifique sur l'expérience religieuse depuis 1960 a été prolifique et persuasive.


Osis et Haraldsson ont fait des recherches sur les visions de fin de vie [en anglais "de lit de mort"] aux États-Unis et en Inde et ont vérifié une cohérence multiculturelle, bien que les figures religieuses vues dans ces visions divergent selon le contexte religieux de la personne. Indépendamment de leur religion, les mourants voient des parents morts et des figures religieuses venant pour les emporter dans l'au-delà. Dans plus de 1 700 comptes rendus, personne n'a rapporté d'apparition de quelqu'un toujours vivant. Les médecins et les infirmières qui ont relaté ces visions ont noté seulement un cas qui était cauchemardesque.


Peu de temps après, le Centre de recherche d'expérience religieuse fondé par Allister Hardy à Oxford (maintenant à l'Université du Pays de Galles, Lampeter) a fait un rapport sur 3 000 cas d'expériences religieuses mystiques par des gens ordinaires ; seulement 5% d'entre ceux-ci étaient des expériences négatives. Au cours des années, la recherche dans des pays développés a annoncé qu'environ 40% de leurs populations annoncent des expériences religieuses mystiques en répondant à un questionnaire ; cela monte à + de 60 % quand les gens sont questionnés via un entretien personnel. Le nombre semblent augmenter, probablement parce que plus de personnes sortent de leur "case" spirituelle. Rien ne fais plus changer d'avis que d'être personnellement touché par Dieu !


En plus des expériences religieuses mystiques arrivant à un grand nombre de personnes, nous avons aussi appris par la recherche moderne que la majorité de ces gens sont normaux ou sain et que, comme saint  Paul dans le passé, ils changent de vie. Ceux qui ont une expérience religieuse mystique sont plus orientés vers l'aide des autres et l'amélioration de la société. Beaucoup de chercheurs, et  William James le premiers, sont convaincus que des expériences religieuses comme celles-ci ont été à la base des Ecritures des religions du monde. À  plusieurs reprises dans la Bible nous lisons que des prophètes ont eu une expérience mystique qui les fait parler entant qu' inspirés par Dieu (par exemple, Isaïe 6 : 1-8 ; II Corinthiens 12 : 2-4).


Bien qu'à mon avis, en tant que spécialiste des sciences humaines et chercheur religieux, les expériences religieuses mystiques soient vraiment les faits les plus importants, un autre phénomène lié à la religion et la vie de l'au-delà a provoqué l'intérêt du public : l'expérience de mort imminente. De telles expériences ne sont pas nouvelles ; Platon a écrit à propos de celle d'un homme nommé Er dans sa "République". Et les universalistes ont un premier récit du XVIIIème siècle dans l'autobiographie d'un de nos correligionnaires - le docteur George De Beneville. Grâce aux techniques de réanimation modernes, des expériences de mort imminentes sont devenues banales. Tandis que des gens recontent parfois qu'ils allaient en enfer, d'autres racontent avoir été sauvé de l'enfer quand ils appellent Dieu.


Sans aucun doute, la majorité écrasante des expériences de mort imminente sont positives. Cela a eu un effet sur la mentalité de la population générale quant à la vie après la mort. Un sondage récent conduit par Beliefnet a constaté que 84 % de leurs lecteurs ont estimé que l'expérience de mort imminente était la preuve de vie après la mort. Les médecins et les spécialistes des sciences humaines qui font des recherches sur ce phénomène sont plus prudents, mais pratiquement tous reconnaissent que des expériences de mort imminente, des visions de fin de vie et des phénomènes liés indiquent vraiment une  vie après la mort. Comme William James a dit, "la religion, en fait, pour la grande majorité des gens, signifie l'immortalité et rien d'autre."


un universalisme qui ne serait plus exclusivement chrétien [ndlr : sous-titre ajouté]


Du moins, des expériences religieuses mystiques et des expériences de mort imminente infirment les prétentions d'exclusivité chrétienne. L'universalisme a fait partie du christianisme depuis ses débuts. Comme le Zoroastrisme (Zoroastre a prêché le salut universel autour de - 600 ou plus tôt), l'universalisme est maintenant présent dans d'autres dénominations et religions. Est-ce que le nombre croissant d'universalistes est suffisant pour résister aux "démons" de l'exclusivité chrétienne qui continue à revendiquer que Dieu aime seulement les gens d'une "marque" particulière, d'une "secte" spécifique, d'une "religion" spéciale ? Ou est-ce le temps pour une reprise de l'Église Universaliste - réunissant tout ceux qui affirment avec enthousiasme que Dieu est trop bon pour condamner les gens à l'enfer éternel ?


L'universalisme est la clé pour résoudre les conflits dans notre communauté mondiale moderne, pluraliste. Il offre une alternative pour les gens qui sont pris au piège dans les dogmes fondamentalistes. Sur une  base biblique plus essentielle aujourd'hui que jamais, il affirme que Dieu promet que TOUS seront sauvés.


Repost 0
Published by traduction Pascal Acker - dans sur l'universalisme
commenter cet article
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 19:20

ancienne_eglise_universaliste_winchester.JPGA Winchester (New Hampshire N.H.)., l'Eglise universaliste (berceau de la confession de foi universaliste de 1803), l'Eglise methodiste et l'Eglise congrégationaliste se sont fédérées en 1931, puis ont fusionné en 1976 pour former l'Eglise unie de Winchester. Celle-ci adhère aux trois fédérations nationales que sont l'UCC (l'Eglise unie du Christ, congrégationaliste), l'UMC (l'Eglise méthodiste unie) et l'UUA (l'Association unitarienne-universaliste de congrégations). Cette fusion seulement locale témoigne d'un projet plus ambitieux qui est de réunir toutes les Eglises libérales.

 

Voir le site de cette Eglise unie.


Le bâtiment de l'Eglise universaliste n'est plus utilisé. Il  appartient à la Universalist Heritage Foundation qui veut en faire un musée pour ce qui concerne l'histoire universaliste (lien). L'été, des célébrations y sont organisées. Le Universalist Heritage Tour (qui organise des voyages au profit de la Universalist Heritage Foundation) y fera une manifestation du 11 au 17 octobre 2010 qui comprendra une importante célébration (lien).

 

L'illustration est celle de l'ancienne église universaliste de Winchester. Elle fut détruite par un incendie en 1909 et l'église actuelle fut reconstruite sur place.

 

Une déclaration commune "de mission" (qui n'est pas à proprement dite une nouvelle profession de foi) a accompagné la fusion de 1976 : " Renforcés par le Saint Esprit, nous sommes d'accord avec Dieu et entre nous pour proclamer les bonnes nouvelles de l'amour de Dieu ainsi qu'elles ont été révélées par Jésus Christ.  Nous proclamons l'Evangile par nos actes et par nos paroles aux individus, à notre communauté et au Monde, comme nous nous efforçons de devenir une Eglise d'union aussi bien qu'une Eglise unie en accueillant tous ceux qui entrent dans notre Eglise, en cherchant à remplir la mission que Dieu nous aconfié en ce Monde. "

 

Ce cas n'est pas isolé. Suite à l'exode rural, à une certaine déchristianisation, mais aussi à la conviction que les Eglises libérales doivent resserrer les rangs face à une offensive des Eglises évangéliques plus conservatrices, des Eglises multi-confessionnelles apparaissent, issues de tels regroupements locaux.


En Nouvelle Angleterre par exemple, des fédérations ou des fusions d'Eglises locales ont été nombreuses dans les années de 1920 à 1980 et ont concerné des petites villes (de 2 000 à 4 000 habitants) des trois Etats de cette ancienne province : le Massachussets, le New Hampshire et Rhode Island.


Sur les 243 congrégations que l'Association unitarienne-universaliste (UUA) y compte, 15 d'entre elles sont multi-dénominationnelles : 8 adhèrent aussi à l'Eglise unie du Christ (congrégationnalistes), 1 à la Société religieuse des amis (quakers), 3 à l'Eglise baptiste américaine (baptistes du Nord - libéraux -), 2 à l'Eglise méthodiste unie ; je n'ai pas trouvé les adhésions de 6 autres congrégations. Bi-appartenance ou même plus puisque 4 congrégations adhèrent à trois fédérations (comme le cas à Winchester) ; et 1 à quatre.


Fait significatif, ce sont les congrégations de l'Eglise universaliste d'avant 1961 qui sont concernées et les regroupements s'affichent comme des congrégations protestantes libérales.


Sources : listes des congrégations adhérentes de l'UUA (sur le site de l'UUA) et les sites des congrégations concernées

 

Repost 0
Published by Pascal Acker - dans sur l'universalisme
commenter cet article
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 18:53

Les universalistes avaient/ont une confession de foi datées de 1803, celle de Winchester.

 

Nous croyons que les Saintes Ecritures des Ancien et Nouveau Testaments

contiennent une révélation du caractère de Dieu et du devoir, de l'intérêt

et de la destination finale de l'Humanité.

Nous croyons qu'il y a un Dieu, dont la nature est l'amour, révélé dans

Un Seigneur, Jésus Christ, par l'Esprit Saint de Grâce,

qui reconstituera finalement la famille humaine tout entière

en la sainteté et le bonheur.

Nous croyons que la sainteté et le vrai bonheur sont inséparablement connectés,

les croyants doivent maintenir l'ordre et la pratique

des bonnes œuvres; car ces choses sont bonnes et profitables aux hommes.

 

Trouvée sur le trés bon site (en anglais) de David S. Lawyer de la Unitarian Universalist Throop Memorial Church de Pasadena, à la rubrique sur l'histoire de l'universalisme sur la côte pacifique des USA

 

winchester.jpg

Le site de la Convention universaliste de Pennsylvanie (qui préserve l'histoire de l'universalisme et continue à administrer les fonds et les subventions des Eglises unitariennes*universalistes pennsylvaniennes issues de l'Eglise universaliste avant la fusion de 1961) détaille les textes de la convention nationale puis de l'Eglise universaliste (lien), à savoir :

 

winchester_universalist_church.jpg1790 : les articles de Philadelphie

1803 : la profession de Winchester

1899 : Les 5 principes

1935 : La déclaration de Washington

 

clocher de l'Eglise unie de Winchester (image reproduite du site de l'Eglise). Cette Eglise regroupe les congrégationalistes, les méthodistes et les universalistes de la ville.

Repost 0
Published by traduction de Pascal Acker - dans sur l'universalisme
commenter cet article
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 15:19
Cet emblème fut dessiné en 1946 à Akron (Etat Ohio) lors d’une assemblée générale universaliste. Y participaient Albert Ziegler, Richard Knost, Fred Harrison, et Gordon McKeeman. Dans un article du Christian Leader (n° 7, décembre, 1946, p. 558), Albert Ziegler donne le sens de cet emblème.

nmuclogo-copie-1.jpgThe off-center cross (la croix décentrée) vue sur le site de la Convention universaliste du New Massachusetts.

" Le cercle représente l’Univers. Au centre le vide représente le mystère au sein de l’univers, auquel on attribue le nom de " Dieu ". La croix représente le christianisme, la source de l’universalisme, c’est-à-dire le sentier menant à Dieu que la plupart des croyants d’Amérique du Nord ont appris à suivre; mais elle est décentrée, faisant place à d’autres points de vue et reconnaissant ainsi la validité d’autres sentiers menant à Dieu ".

traduction de Pierre A. Godin parue dans le " wiki " du site du Regroupement francophone unitarien universaliste (RFUU), http://wikirfuu.editme.com/ballou

Repost 0
Published by Albert Ziegler traduit par Pierre A. Godin - dans sur l'universalisme
commenter cet article
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 15:11
Confession de foi universaliste élaborée lors des assemblées générales de 1935 et 1953


Nous confessons notre croyance

en Dieu en tant qu’amour éternel et qui triomphe de tout ;

à la prépondérance spirituelle de Jésus ;

à la valeur suprême de toute personnalité humaine ;

au pouvoir de la vérité connue ou à connaître ; 

et à la capacité des personnes de bonne volonté, ayant le sens du sacrifice, à triompher totalement du mal et à instaurer graduellement le Royaume de Dieu.

Ni la présente déclaration, ni aucune autre ne doit être imposée en tant que contrôle de croyance. 


Document traduit par Pierre A. Godin, 
paru dans le " wiki " du site du Regroupement francophone unitarien universaliste (RFUU),  http://wikirfuu.editme.com/ballou


En 1961, l'Eglise universaliste d'Amérique fusionnait avec l'Association unitarienne américaine pour fonder l'Unitarian Universalist Association (UUA) of Congregations

Repost 0
Published by traduction Pierre A. Godin - dans sur l'universalisme
commenter cet article