Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 16:00
Célébrer en liberté, annonce pour un partage du pain et du vin le 5 juin 2004 à Paris ", par Jean-Claude Barbier, chrétien unitarien, fondateur et animateur du réseau francophone " Correspondance unitarienne ", et Pierre Castaner, alter chrétien, Café courant d’air (Marseille), Fédération des réseaux du Parvis, paru dans Cahiers Michel Servet, n° 1, novembre 2004, "Le culte chrétien de maison ; le partage de la parole, du pain et du vin avec des amis et des voisins", 2ème édition septembre 2005, pp. 1-3


Les Eglises confessionnelles, catholique, orthodoxe, puis protestantes ont cru devoir compléter le repas du Jeudi saint – que Jésus nous a demandé de reproduire – par des homélies, des credo, des conditions pastorales et autres, la célébration par un prêtre ou un pasteur, etc. Les chrétiens se sont querellés sur la signification de ce repas cultuel. Nous, chrétiens libres, nous pensons qu’un repas est ouvert à tous, sans discrimination, avec la chaleur du cœur et la conviction que Jésus s’adresse à tous, au delà des religions, des définitions théologiques, des croyances.


Pour nous, Jésus est d’abord un rabbin juif du 1er siècle dont l’enseignement et les actes, rapportés dans les évangiles, nous agréent. Nous sommes, par conviction personnelle et intime, ses disciples. Libre à chacun de " croire " qu’il est plus que cela : un guide qui nous conduit à Dieu, un médiateur parmi d’autres ou au contraire exclusif, le dépositaire de la Parole de Dieu ou encore Dieu lui-même qui se serait incarné en son Fils. Ce sont là des ajouts historiquement légitimes, mais qui doivent restés optionnels et non imposés. Jésus nous a promis d’être au milieu de nous dès lors que nous sommes réunis en son nom. Soyons au rendez-vous !


Nous sommes persuadés que si la religion chrétienne était ainsi présentée, beaucoup de jeunes, qui n’adhèrent plus aux constructions métaphysiques, retrouveraient le sens d’une adhésion simple et concrète à la personne de Jésus. Nous sommes également persuadés que nombre d’agnostiques retrouveraient dans le christianisme un lieu d’accueil, chaleureux, et de recherche spirituelle libre.


Notre intention n’est pas de créer une autre Eglise confessionnelle – il y en a déjà suffisamment ! – , ni de contester d’autres chrétiens qui peuvent ressentir le besoin d’un encadrement clérical, mais nous voulons vivre LIBREMENT notre foi chrétienne, en toute responsabilité, d’une façon adulte, au nom d’un christianisme d’expression plurielle. Cette affirmation de " chrétiens libres " réunit des catholiques qui s’affichent " réformateurs ", notamment au sein de la Fédération des Parvis, des protestants libéraux, des chrétiens unitariens du réseau " Correspondance unitarienne " et d’autres qui se disent " alter-chrétiens ". Qu’importe les étiquettes, qui ne sont que des points de départ, puisque nous nous retrouvons tous, d’une façon ou d’une autre, en Jésus.


Nous vous convions à une première célébration commune en espérant que cette première rencontre sera suivie d’autres à Paris et dans d’autres villes de nos pays francophones.


Cette célébration sera préparée par des représentants des diverses mouvances sus mentionnées. Nous aurons à la perfectionner au fur et à mesure de notre expérience communautaire et des avis des uns et des autres. Mettons nous résolument à un travail liturgique correspondant à notre mentalité moderne. Il est important que lors de ces célébrations chacun puisse s’exprimer librement, avec sa façon de dire sa foi.


Nous pouvons déjà tenir compte de l’expérience de Pierre Castaner, promoteur du Café Courant d’air à Marseille et qui a eu à animer de telles célébrations " libres " lors des deux dernières AG de la Fédération des réseaux du Parvis : " célébrer Jésus avec les signes forts du pain rompu et du vin versé partagés en frères et soeurs ; célébration que nous voulons sans dogmes, sans doctrine, sans pouvoir, sans titre de prêtre ou  pasteurs ! Nous voulons que ces signes forts de Jésus soient mis en valeur hors des prières rabâchées et répétitives, mais retrouvés dans la simplicité et la beauté du geste, du chant, du silence et de la prière ". Un effort liturgique doit être fait " Je souhaiterais que cette liturgie soit souple, libre, respirante, fraternelle, audacieuse mais aussi chargée de beauté : table dressée, bougies, fleurs, de la qualité. Il faudrait, me semble-t-il,  retrouver à la fois la splendeur d’une liturgie cistercienne la sobriété protestante, le partage fraternel ; bref, de nos Eglises respectives, développer la beauté de nos héritages et se débarrasser des lourdeurs et des expressions de la foi qui ne passent plus. ".


Nous sommes pleinement conscients qu’il s’agit bel et bien d’une transgression de normes confessionnelles. C’est ce que fit Jésus en son temps et ce qui lui valu la haine d’une bonne partie du clergé de l’époque.


Il nous reste à trouver un lieu adéquat pour au moins une centaine de personnes. Que les uns et les autres se mettent en quête d’un lieu comme Jésus demanda à ses disciples de le faire, la veille de ses dernières Pâques. Après la célébration, nous partagerons sandwichs et gâteaux pour prolonger nos instants fraternels et envisager l’avenir : améliorer notre liturgie, inviter nos amis et sympathisants, susciter d’autres célébrations, décider d’un rythme, etc. Répercutez cet appel auprès de vos correspondants, tout autour de vous, et soyons nombreux à ce premier rendez-vous. Ce sera la fête !

*
*     *

 

Ce fut la fête. Nous étions une cinquantaine à Paris. Le 16 juin, des chrétiens libres de Nancy se réunissaient à leur tour pour célébrer dans le même esprit. Nous tenons à votre disposition la très belle liturgie qu’ils ont élaboré à cette occasion. Chrétiens libres de toute confession, coordonnez vous localement et osez célébrer en commun votre foi !


Après ce premier culte, un comité d’organisation s’est constitué et a rédigé un manifeste à destination des médias :


" Le samedi 5 juin, à Paris, a eu lieu une célébration du partage de la Parole, du pain et du vin en mémoire de Jésus entre chrétiens libres. Elle a réuni des catholiques de la mouvance de la Fédération des réseaux du Parvis, des protestants libéraux et des chrétiens unitariens, soit au total une cinquantaine de personnes. Elle a été ressentie par les participants comme un moment fort de joie et de partage, ainsi que Jésus nous y invite. La richesse et l’originalité de cette célébration hors norme tenait à la diversité des participants, au climat de grande liberté d’expression et d’écoute réciproque, mais aussi à une libre communion suivie d’un repas convivial. Il s’agissait avant tout de participer à une célébration fidèle au message de l’Evangile, s’adressant à tous ceux et celles que les célébrations actuelles ne satisfont plus. Bien entendu, l’offre en est largement proposée à tous ceux qui cherchent un climat de liberté d’expression et de rite pour partager et vivre l’essentiel de leur prière communautaire. Nous respectons les Eglises mais nous voulons célébrer autrement avec des chrétiens en liberté quelle que soit leur appartenance ou pas à une Eglise. Nous envisageons de nous retrouver ainsi régulièrement pour un partage de la Parole et des agapes telles que Jésus les pratiquait avec ses disciples et que l'Eglise a reprises à son compte "

* comité d'organisation constitué de Paul Abéla, président de la commission liturgique du Parvis " Célébrer autrement ", Pierre Castaner, fondateur du Café Courant d’Air au Vieux Port de Marseille, membre du Parvis, Pierre-Jean Ruff, pasteur de l’Eglise réformée de France (ERF), Jean-Claude Barbier, fondateur du réseau " Correspondance unitarienne ". 

 Ce texte fut envoyé au mois de juin à plusieurs bulletins de mouvement (Correspondance unitarienne, Parvis, Jonas, Quelques nouvelles, etc.) et à des journaux (Témoignage chrétien, La Vie, Golias, etc.). Il a été à la Une du site " Profils de liberté " et à la page d'accueil de celui de la Fédération des réseaux des Parvis. Il a été publié par la lettre électronique n° 89 du 10 mai 2004 de "Jonas sous son ricin", puis par Golias dans son n° 99 de novembre-décembre 2004 (pp. 33-34), accompagné par le discours de Pierre Castaner à l'ouverture de notre célébration du 4 juin … et d'un appel à la transgression de la part de la direction du journal.


Pierre Castaner
: "Retrouvons le beau geste du pain rompu et du vin versé qui circule de main en main, en fraternité. Il est évident que, chargés de nos traditions catholiques, protestantes, unitariennes et d'autres encore, nous n'avons sans doute pas tout à fait la même conception et la même vision de ce que nous allons célébrer et vivre … peu importe, soyons ouverts, soyons généraux, accueillants, disponibles. […] Ce geste porteur n'appartient ni aux prêtres ni aux pasteurs. Il nous est donné en héritage par nos pères, quelles que soient nos traditions, et nous voulons en goûter le sel trop souvent perdu, la saveur, et sa portée au-delà des Eglises. […] Pourquoi s'embarrasser d'une tonne de prières, de formules, de spécialistes du sacré ? Paratger le pain et le vin ? Pas seulement "en mémoire de Jésus". Cela risquerait de faire ancien combattant, mais "en devenir avec Jésus". Le pain et le vin comme signe visible de notre lien, de notre relation, de notre communion à Jésus pour nous rendre présent Celui qui nous inspire et nous anime et pour nous rendre présents les uns aux autres. […] Et notre devenir, mes amis, est prometteur au-delà des Eglises, au-delà des dogmes et des doctrines, osons célébrer comme des disciples en liberté ! Et j'ose croire, au risque de nous étonner, que même des agnostiques peuvent nous retrouver autour de ces gestes simples du pain rompu et du vin versé et partagé. Les évangiles nous invitent à une telle liberté. Mes amis, entrons en liberté !"

 *
*   *

A l’occasion du séjour en France du président de l’Assemblée des chrétiens unitariens du Burundi (ACUB), Fulgence Ndagijimana, les chrétiens unitariens de Bordeaux, dans le cadre d’une série de soirées de partage spirituel avec la communauté baha’ie ont organisé un repas chrétien le 14 octobre 2004 . Une dizaine de personnes y participèrent. 


Pour la troisième fois consécutive, la Fédération des réseaux du Parvis, réunie à Draveil les 27-28 novembre, clôture son assemblée générale par un culte célébré en liberté. Nous savons par ailleurs que nombre de communautés de base osent, sans bruit, presque en clandestinité, répéter les gestes que fit Jésus avec ses disciples en instituant l’eucharistie. 


Ce Cahiers Michel Servet, veut encourager tous ces chrétiens à oser, selon l’exhortation de Pierre Castaner à l’ouverture de notre rencontre à Paris le 4 juin 2004. Michel Servet écrivit la " Restitution du christianisme ", ce qui lui valut, en 1553 le bûcher à Genève. En 2004, nous avons voulu " restituer " le repas chrétien et le faire savoir.
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier et Pierre Castaner - dans CMS articles
commenter cet article

commentaires