Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 11:50

L’exégèse critique allemande et les miracles dans la Bible

Les historiens ont qualifié la théologie des unitariens de "rationalisme surnaturel" ; selon celle-ci, la raison humaine pouvait, par elle-même, découvrir certaines vérités religieuses telles que l'existence de Dieu ; l'ensemble de ces vérités constituait la "religion naturelle". Cette religion devait cependant puiser dans la religion révélée certaines vérités essentielles, telles que le rôle médiateur que jouait le Christ dans la rédemption, vérités qui ne pouvaient être découvertes qu'à travers les révélations miraculeuses de la Bible.

Ceux qui niaient que le christianisme soit miraculeusement révélé étaient des "infidèles" ou des "déistes" indignes de faire partie de la communauté chrétienne. T. Parker au cours des années 1830 en vint à nier que le christianisme soit une vérité miraculeusement révélée, mais insistait sur le fait qu'il était toujours digne de faire partie de la communauté chrétienne. A l'origine, sa foi était basée sur la Bible qui, croyait-il, contenait une révélation miraculeuse. En 1832 il écrivit " Une histoire des Juifs " destinée à devenir un catéchisme pour l'Ecole du dimanche (mais qui ne fut jamais publiée) dans laquelle il soutenait que les histoires miraculeuses de l'Ancien testament étaient des faits établis. Ses idées ont commencé à changer quand le pasteur unitarien de Watertown lui fit connaître les nouvelles critiques sur les faits historiques relatés dans la Bible qui se développaient à l'époque en Allemagne.

En 1834, T. Parker interprétait comme naturelles un certain nombre d'histoires miraculeuses de L'Ancien Testament. En 1836 dans un article à l'Interpreter il nia la croyance traditionnelle ... acceptée par la plupart des unitariens - selon laquelle le prophète Isaïe aurait annoncé la venue du Christ. En 1836 il entreprit un grand travail qui lui prit sept ans : une édition en anglais (élargie et révisée) des résultats d’un séminaire allemand d’exégèse biblique, W. M. L. DewettesCritical and Historical Introduction to the Old Testament ". Dewettes y défendait l'idée qu'il vaudrait mieux considérer les miracles de L'Ancien Testament non comme des faits, ni les rejeter comme légendes, mais les apprécier comme des mythes, lesquels étaient des expressions poétiques qui reflétaient la piété des anciens juifs avec un sens symbolique profond.

En même temps, le critique allemand D. F. Strauss soutenait le même point de vue, dans un contexte de violente polémique, avec son livre "Life of Jesus, critically examined" (1835). En 1840, T. Parker en fit un long compte-rendu, de tonalité généralement favorable, dans l'Examiner. A cette période, il en était arrivé à mettre en doute la réalité de toutes les histoires miraculeuses et à considérer la Bible comme pleine de contradictions et d’erreurs.

être inspiré par Dieu en étant fidèle à ses lois spirituelles

Théodore Parker en 1850 (à remarquer son refus de porter la cravate blanche des pasteurs de l'époque)

T. Parker appuya sa foi sur de nouvelles bases en mettant au point sa propre théorie sur l'inspiration divine. Il soutenait alors que Dieu était "immanent dans la matière et dans l'Homme". Les lois de l'esprit humain étaient analogues à celles de la matière ; les deux étant des aspects de Dieu et donc éternelles et immuables. Mais si la matière devait obéir aux lois, Dieu avait donné à l'homme la liberté de leur désobéir.

La désobéissance était une faute. L'obéissance était d'inspiration divine. Plus on obéissait aux lois spirituelles, plus on était proche de Dieu - plus on devenait sincère, moral, bon, fidèle, plus on était divinement inspiré. L'inspiration divine était naturelle et universelle et la race humaine, à mesure qu'elle progressait de la "sauvagerie" à la "civilisation", était de plus en plus inspirée. La plupart des unitariens pensaient que Jésus avait été miraculeusement inspiré pour donner une révélation qui faisait autorité. A l'époque T. Parker pensait que Jésus avait été inspiré comme chacun en étant fidèle aux lois spirituelles. T. Parker honorait toujours Jésus mais en tant que personne la plus inspirée de l'histoire ; il pensait que Jésus avait prêché la religion absolue. Toutefois, l'autorité de la révélation apportée par Jésus était seulement de l’ordre de l’inspiration. En même temps T. Parker disait que beaucoup de personnes modernes étaient plus divinement inspirées que bien des écrivains de la Bible.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dean Grodzins traduit par Noëlle Colle - dans (hist) PARKER Théodore
commenter cet article

commentaires