Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 14:42
"Coup d’oeil sur le passé" par Charles Howe (paru dans UU World, mai-juin 2005, traduction de Pierre A. Godin), paru dans le " wiki " du site du Regroupement francophone unitarien universaliste (RFUU), http://wikirfuu.editme.com/ballou


ballou-hosea.jpg
Hoséa Ballou (1771-1852)



L’année 2005 marquait le deuxième centenaire de la publication par Hosea Ballou de A Treatise on Atonement ("Traité sur l’expiation "). Cette œuvre devait être, tout au long du dix-neuvième siècle, au cœur même de la théologie du mouvement universaliste. Ballou y affirmait que tous méritent le salut. 


À notre époque, cette thèse est formulée par l’Association Universaliste Américaine (UUA) comme " la valeur et la dignité inhérentes de toute personne"


Ballou, fils d’un pasteur-cultivateur de l’État du New Hampshire, a grandi dans une famille chrétienne traditionnelle. Il ne pouvait réconcilier la croyance en un Dieu aimant, tout-puissant, avec la notion d’un châtiment éternel pour la majeure partie de l’humanité. C’est pourquoi il a procédé à une étude approfondie de la Bible ; ses réflexions l’ont amené à croire au salut pour tous. En 1791, à l’âge de 19 ans, il prononçait des sermons universalistes. Trois ans après, Ballou recevait l’ordination. Au cours des quinze années suivantes, il est devenu pasteur itinérant et pasteur en tournée, principalement dans l’État du Vermont. C’est à cette époque qu’il a publié son ouvrage.


Dans ce traité, Ballou a fixé son attention sur ce qu’était à ses yeux la pire faiblesse des idées officielles : la doctrine de l’expiation par la substitution, la thèse voulant que la mort de Jésus ait payé l’écot du péché pour toute l’humanité. Ballou était déterministe, reconnaissant que ce Dieu omniscient était tout-puissant. Il était aussi rationaliste, s’inspirant largement de la pensée déiste, il rejetait la doctrine de la Trinité – ce qui faisait de Ballou un universaliste unitarien.


Pour mieux comprendre A Treatise on Atonement ("Traité sur l’expiation ") il suffit d’en comparer les principaux éléments et ceux de l’orthodoxie chrétienne calviniste :


Selon cette orthodoxie, le péché était un mal infini, équivalent à un défi infini et absolu de la volonté divine. Par contre, Ballou voyait dans le péché un geste fini, donc beaucoup moins grave " contrevenant à une loi en vigueur dans l’esprit humain, loi constituant la connaissance imparfaite que possède l’homme sur le plan moral." L’être humain peut tout au plus viser à comprendre le mieux possible le bien sur le plan moral et agir en conséquence. C’est le fait d’agir autrement qui constitue le péché.


L’orthodoxie voyait, dans ce châtiment frappant le péché infini de l’humanité, une séparation l’éloignant d’un Dieu vengeur. Selon Ballou, les hommes et les femmes luttaient pour s’orienter vers le bien sur le plan moral, s’éloignant ainsi des péchés les séparant d’un Dieu d’amour.


L’orthodoxie exigeait que le Christ assume le fardeau des péchés de l’humanité en étant sacrifié sur la croix, expiant ainsi le péché et permettant qu’un Dieu apaisé se réconcilie avec l’humanité. Ballou pour sa part, affirmait que la mort du Christ avait libéré en ce monde un immense esprit d’amour, de sorte que les hommes et les femmes réceptifs envers cet esprit soient mieux en mesure d’expier leurs propres péchés et d’être réconciliés avec Dieu.


Ballou soutenait donc que l’orthodoxie voyait les choses de travers : c’est l’humanité qui avait besoin d’être réconciliée avec Dieu, et non pas Dieu, celui de l’être avec l’humanité. En outre, cet esprit d’expiation par l’amour était accessible non seulement aux chrétiens mais aussi à toutes les nations, indépendamment " de leur nom, de leur secte, de leur confession, de leur nationalité ou de leur royaume ". Jamais un Dieu d’amour ne frapperait quiconque d’un châtiment éternel. Aucun péché n’était d’une telle gravité : le salut était universel.


Le " Treatise " a eu des répercussions fortes et immédiates, conférant à tous les universalistes des fondements à partir desquels ils pouvaient diffuser leur message. On a vite reconnu chez Ballou le chef du mouvement universaliste. En 1809, il a mis fin à ses tournées pour accepter sa nomination à titre de pasteur permanent à Portsmouth, dans l’État de New Hampshire et, par la suite, des ministères à Salem et à Boston.


En 1845, après avoir prêché pendant plus de cinquante ans son message d’espérance et de liberté, Ballou, qui se faisait vieux, a renoncé à la direction quotidienne de sa paroisse à Boston. Il a vécu encore six années, au cours desquelles on lui a prodigué honneurs et respect à titre de Father Ballou (" Père Ballou "), de " pasteur chevronné " de l’universalisme. À la suite de son décès, bon nombre d’hommages lui furent rendus, dont l’un des plus justes fut celui du grand prédicateur unitarien Théodore Parker : " Il a parcouru notre pays en proclamant cette grande vérité, en fomentant, sur le plan des idées tout comme dans les esprits, une révolution plus profonde que toutes celles menées à la même époque par tous nos hommes politiques. " 

Ce texte est reproduit sur notre site conformément à l’accord de coopération établi en 2006 entre le réseau international du RFUU et les associations chrétiennes unitariennes francophones (voir le site de l’AFCU, rubrique " RFUU ").


Sur l'Eglise universaliste américaine, voir notre rubrique "sur l'universalisme"

Partager cet article

Repost 0
Published by Charles Howe - dans (hist) BALLOU Hosea
commenter cet article

commentaires