Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 15:41

"Autre mouvance chrétienne à se sentir concernée par un Michel Servet : les témoins de Jéhovah. Ayant adopté une position arienne sur la nature de Jésus, notamment en s’appuyant sur le Prologue de l’évangile de Jean, de la façon fondamentaliste qui est la leur, ceux-ci se trouvent également engagés dans le combat anti-trinitaire. Des articles, bien documentés et illustrés, ont été publiés dans leurs revues, sur l’anti-trinitarisme des réformateurs radicaux du XVIème siècle en 1988, 2000 et 2002."

Jean-Claude Barbier, Qui sont les héritiers spirituels de Michel Servet ? Théolib, n° 24, 4ème trimestre 2003

Les Témoins de Jéhovah ne se disent pas "unitariens" et ne se rattachent pas à la  mouvance chrétienne libérale. Mais ils partagent avec les unitariens l'anti-trinitarisme biblique : le dogme de la Trinité (Dieu qui est à la fois le Père créateur, lequel s'est incarné de toute éternité dans le Fils, et qui se retrouve aussi tout entier dans le Saint-Esprit) est postérieur aux écrits du Nouveau Testament.

Bertrand Taze Russell (1852-1916), fondateur des Etudiants de la Bible en 1874, puis, quelques années plus tard en 1879, de la Watch Tower and Tract Society of Pennsylvania (New-York).

 

Repost 0
Published by Barbier Jean-Claude - dans sur les témoins de Jéhovah
commenter cet article
9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 15:28

A Genève, en Suisse, fut dédié en 1912 un monument avec l’inscription suivante : A la mémoire de Michel Servet – victime de l’intolérance religieuse de son temps et brûlé pour ses convictions à Champel le 27 octobre 1553. Erigé par les disciples de Jean Calvin, 350 ans après, en tant d’expiation pour cet acte et pour rejeter toute contrainte en matière de foi. Les disciples de Jean Calvin ont donc démontrés au monde qu’ils avaient été au-delà des enseignements de leur maître dans l’esprit du vrai christianisme - l’esprit de justice et d’amour. Les calvinistes reçurent des félicitations pour leur progrès de la part de tous chrétiens – catholiques et protestants – de tous ceux qui ont fait de bon progrès similaires durant les quatre derniers siècles. Aucun maintenant ne justifierait la décision de Calvin de condamner Servet à être brûlé.

Les brûlés au poteau avaient normalement le combustible attaché à leurs pieds. Les flammes étaient inhalées avec la fumée et la victime n’était rapidement plus consciente pour souffrir (davantage). Pour Servet, l’ingéniosité satanique fit que les fagots furent disposés à distance. Il rôtit littéralement vivant, dans d’horribles souffrances, après cinq heures – au nom de Dieu, de Jésus, de la droiture, de la vérité, de la justice, de l’amour, du christianisme et de la civilisation. On remarquera que c’est seulement maintenant que nous réalisons qu’un homme rejetant ainsi l’esprit de son Maître pour assassiner son frère, ne serait pas accepté en tant qu’enseignant de la Parole de Dieu et de son esprit. C’est seulement maintenant que les étudiants de la Bible réalisent que Frère Calvin n’était pas l’inventeur de la doctrine de l’élection mais simplement de la doctrine que tous les " non élus " souffriront éternellement [les Témoins de Jéhovah contestent l’existence de l’enfer].

Maintenant nous voyons que les termes " Elu ", " vraiment Elu " sont des termes bibliques ! et que ceux qui auront reçu l’appel et l’élection rendue certaine seront glorifiés durant la Première Résurrection. Maintenant nous voyons que l’Elu sera associé à Jésus dans son Royaume, qu’il bénira le non-élu – " toutes les familles de la terre " - Galates 3 :29

Texte Charles Russell (fondateur des " Etudiants de la Bible ", aujourd’hui " Témoins de Jéhovah "), le Photo-drame de la création (1914), traduit en français par Fabien Girard, message au groupe " Unitariens francophone " du 9 avril 2007 http://fr.groups.yahoo.com/group/unitariens_francophones/

Repost 0
9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 14:55

2007 – " Jean Wessel Gansfort, un réformateur avant la Réforme ", La Tour de garde, 1er mars 2007, pp. 13-16

voir l'article de Didier Le Roux sur le site "Unitariens"

2006 – " Christophe Plantin ; un des premiers imprimeurs de la Bible ", La Tour de garde, 15 novembre, pp. 14-16

Il fut aidé par Arias Montanus. La Polyglotte d’Anvers (ou la Biblia Regia = la Bible royale, du fait qu’elle fut financée par Philippe II, roi d’Espagne) qui contient le texte hébreux, la Vugate latine, la Septante grecque, ainsi que la Peshitta syriaque et un targoum araméen, accompagnés de leur traduction en latin. Elle sera imprimée de 1568 à 1573, en 8 volumes et à 1213 exemplaires. A. Montanus fut soupçonné d’hérésie car il nota que la Peshitta syriaque ne retient pas l’ajout apocryphe " au ciel, le Père, la Parole et le Saint-Esprit, et ces trois ne sont qu’un " (1 Jn 5 :7, Bible de Castellion). Bible de Chouraqui (1 Jn 5 : 7-8) : " 7 - Parce qu’il y a trois témoins : le souffle, l’eau et le sang et les trois sont en l’unique ".

2006 – " La sainte expérience des quakers ", Réveillez-vous !, novembre , pp. 10 – 12

les martyrs, l’installation en Pennsylvanie, la capitale Philadelphie.

2006 – " Méliton de Sardes, défenseur des vérités bibliques ? ", La Tour de garde, 15 avril 2006, pp. 17-19

Evêque de Sardes, en Lydie (Asie mineure), il était partisan de célébrer le Repas du Seigneur à la date qui correspond au 14 Nissan du calendrier hébreu. Les Quartodécimans (dénommés sur le 14 Nissan) se référaient à cette date. Mais à Rome et à Alexandrie la Pâque était célébrée le dimanche suivant : c’était la Pâque de la résurrection.

2006 – " Michel Servet seul dans sa quête de la vérité ", Réveillez-vous !, mai 2006, pp. 18-21

L’article est rédigé par " l’un de nos rédacteurs en Espagne ", gravure du XV°s. représentant le baptême forcé de musulmans en Espagne (Capilla Real, Granada). Gravures de la Biblioteca Nacional de Madrid représentant Michel Servet et Jean Calvin. La bible qu’il étudie est probablement la Polyglotte de Complute, une version où figurent les langues orientales (hébreu et grec) avec, en parallèle, une traduction latine voir l’article " La Polyglotte de Complute : une aide à la traduction qui a fait date ". M.S. assiste au couronnement de l’empereur Charles Quint par le pape Clément VII : assis sur sa chaise à porteur, le pape reçoit le roi, qui lui baise les pieds ; il écrira plus tard " J’ai vu de mes propres yeux que le pape était porté sur les épaules des princes, en grande pompe, et adoré par le peuple le long des rues ". Il a seulement 20 ans lorsqu’il écrit De Trinitatis erroribus (Des erreurs de la Trinité). Declarationis Iesu Christi Filii Dei (Déclaration sur Jésus Christ, Fils de Dieu). " Dans la Bible, il n’est pas fait mention de la Trinité […]. Nous apprenons à connaître Dieu, non grâce à nos conceptions philosophiques orgueilleuses, mais grâce à Christ ". Il aboutit aussi à la conclusion que l’Esprit saint n’est pas une personne, mais la force de Dieu en action. Sébastien Franck : " Servet, l’Espagnol, prétend dans son traité qu’il y a une seule personne en Dieu. L’Eglise romaine soutient qu’il y a trois personnes en une seule essence. Je suis plutôt d’accord avec l’Espagnol ". Un an après De Trinitatis erroribus, il s’adresse en ces termes aux catholiques et aux protestants : " Je ne suis ni en accord ni en désaccord avec l’un ou l’autre des deux camps. Tous deux me semblent avoir quelque vérité et quelque erreur. Chacun remarque les erreurs de l’autre, mais aucun ne discerne les siennes ". En prison, M.S. signera sa dernière lettre ainsi : " Michel Servet, seul, mais confiant en la protection assurée de Christ ". Pour lui, le retour du Christ se fera de son vivant. Il pratique la dissection des cadavres. La circulation pulmonaire du sang (il en parle dans Christianismi restitutio) : ce n’est que 75 ans plus tard que William Harvey expliquera tout le système circulatoire du sang. Traité sur les sirops : " Syruporum universa ratio ". L’historien Will Durant à propos de Calvin à Genève " sa dictature ne reposait pas sur la loi ou la force, mais sur la volonté et le caractère " et qu’il " était aussi consciencieux que n’importe quel pape dans le rejet de l’individualisme de la foi ". Le poète italien Camillo Renato réagit à l’exécution de M.S. : " Ni Dieu ni son esprit n’ont conseillé un tel acte. Christ n’a jamais traité de la sorte ceux qui l’ont renié ". Le monument érigé à Annemasse en 1908 porte l’inscription suivante : " Michel Servet, […] géographe, médecin, physiologiste, a bien mérité de l'humanité par ses découvertes scientifiques, son dévouement aux malades et aux pauvres, l'indomptable indépendance de son intelligence et de sa conscience […]. Ses convictions étaient invincibles et il avait fait à la cause de la vérité le sacrifice de sa vie ". Dans De Trinitatis erroribus, M.S. utilise le mot Jéhovah, quelques mois après que William Tyndale l’a utilisé dans sa traduction du Pentateuque. Il faut remarquer que ce nom ne convient qu’au Père. En 1542, il édite la célèbre traduction latine de la Bible par Sanctes Pagninus ; dans ses notes marginales, il mentionne le nom Jéhovah (par exemple en marge du Ps 83 :18 où figure le mout " Seigneur ". Dans sa dernière œuvre, concernant le nom divin Jéhovah " [Il] est clair […] que nombreux furent ceux qui prononcèrent ce nom dans l’Antiquité ".

2006 – " Une confirmation ancienne du Canon biblique ", La Tour de Garde, 15 février, pp. 13-15

Le Canon de Muratori, du nom de Ludovico Antonio Muratori 1672-1750 qui a découvert un codex de 76 feuilles de parchemin à la bibliothèque ambroisienne de Milan et qui l’a publié en 1740, liste des Ecritures grecques chrétiennes. Ce codex aurait été rédigé en latin au VIIIe siècle dans l’ancien monastère de Bobbio, , les originaux en grec pouvant avoir été rédigés entre 170 et 200 de notre ère. Il met en garde les lecteurs chrétiens contre une Apocalypse de Pierre et autres faux écrits " le fiel […] ne doit pas être mélangé avec le miel ". Le Pasteur d’Hermas, écrit à Rome, n’est pas retenu car postérieur aux temps apostoliques. La Lettre aux Hébreux, les deux lettres de Pierre et celle de Jude ne figurent pas dans la liste).

2006 – " Pèlerins et Puritains. Qui étaient-ils ? ", Réveillez-vous ! février 2006 ; pp. 10-13.

2006 – " Mikael Agricola, ‘le Père de la littérature finnoise’ ", Réveillez-vous ! janvier, 2006, pp. 21-23

En 1523, Gustave Vasa est couronné roi de Suède et rompt l’Union de Kalmar qui rassemblait les pays scandinaves. La Suède et la Finlande deviennent luthériennes. M.A. (vers 1510 – 1557) de catholique devient évêque luthérien de Turku. En 1526 le NT est traduit en suédois, début de la traduction en finnois en 1548 par M.A.. Après sa mort, 1ère bible complète en 1642.

2005 – " La Bible italienne, une histoire mouvementée ", La Tour de garde, 15 décembre, pp. 13-16

2005 - "Le nom divin dans une bible allemande ancienne" (édition de 1558 de la bible catholique d'Eck portant en marge d'Exode 6:3.

2005 - "Des Mennonites à la recherche de la vérité biblique", La Tour de Garde, 1er septembre, pp. 23-26.

2005 - "Une lumière qui illumine" la Bible de la plus ancienne bibliothèque de Russie" [La Tour de Garde, du 15 juillet, pp. 10-13.

Konstantin von Tischendorf et le codex Sinaï, Abraham Firkovich et le Codex de Saint-Pétersbourg des Karaïtes.

2005 - "L'homme qui a "mis la terre en mouvement" [Réveillez-vous, 22 juillet, pp. 14-17

Nicolas Copernic né Mikolaj Kopernik en 1473 en Pologne ; mort en 1543

2004 - " Qui étaient les anabaptistes ? ", La Tour de garde, 15 juin 2004, pp. 11-13.

2003 - " Ils ont recherché la Route resserrée ", La Tour de garde, 15 décembre, pp. 9-13

sur l’Unité des Frères en Tchécoslovaquie.

2003 - " Martin Luther ; l’homme et son legs ", La Tour de garde, 15 septembre 2003, pp. 26-30.

2002 – " Un règne de tolérance en période d’intolérance ; la Transylvanie au milieu du XVIème siècle ", Réveillez-vous ! (bi-mensuel des Témoins de Jéhovah), 22 juin 2002, pp. 11-14, reproduit dans Approches unitariennes, n°51, automne 2002, pp. 9-12

2000 – " Les ‘Frères polonais’, pourquoi furent-ils persécutés ? ", La Tour de garde, 1er janvier, p. 21

1995 - "Les Karaïtes et leur quête de la vérité", La Tour de Garde, 15 juillet, pp.

Les Karaïtes sont des Tartares judaïsés qui s'estiment descendants des Juifs de Babylone et dont certains se sont installés en Lituanie en qualité de mercenaires

1988 – " Les sociniens, pourquoi n’acceptaient-ils pas la Trinité ? ", Réveillez-vous ! (bi-mensuel des Témoins de Jéhovah), 22 novembre, pp. 19-22.

Repost 0
Published by Barbier Jean-Claude - dans sur les témoins de Jéhovah
commenter cet article