Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 10:50

Catéchisme unitarien par Minot Judson Savage, avec une introduction par Edward A. Horton, la traduction en français a été faite par Grégoire Maury, président du Conseil des unitariens et universalistes français (CUUF), en octobre 09.  Pour une présentation de M. J. Savage et l'original en anglais voir notre article précédent sur ce site.  


L’auteur (1841-1918), qui a exercé son ministère pastoral au sein d’Eglises congrégationalistes puis unitariennes et qui a été président de l’Association unitarienne américaine, a écrit ce catéchisme à la fin du XIXème siècle. Ce document reflète les idées ayant cours alors dans les milieux unitariens de l’époque qui étaient alors entièrement chrétiens (nous sommes à la veille du christianisme d’ouverture qui conduira à l’interfaith de l’actuel unitarisme-universalisme). En dehors de passages devenus aujourd’hui par trop naïfs ou encore obsolètes (bien que posés en toute légitimité à leur époque), on remarquera la modernité de nombreux passages et l’adéquation avec les connaissances scientifiques les plus avancées de ce temps.

" Le Monde est sauvé par le souffle de l’éducation donnée aux enfants " Talmud.

INTRODUCTION

La préface de Mr Savage donne les raisons, claires et concises, pour lesquelles un livre tel que celui-ci est nécessaire. Il répond à une demande grandissante et pallie à un vide important.

Ayant eu le privilège de lire rapidement son contenu, je vous assure de ma satisfaction dans la qualité du travail, mon espoir dans son succès et son usage et mon appréciation des motivations de l’auteur dans sa préparation.

Les questions et les réponses permettent une prise en charge personnelle de la réflexion. 
Ce n’est pas un ouvrage laborieux.
Il y a une large liberté de description, d’explication et d’interprétation. Les positions en terme de doctrine sont en accord avec une religion rationnelle et un christianisme libéral ; les jugements critiques sont basés sur des études modernes, et le but à travers cela est d’aider un étudiant ou un quelqu’un en quête d’une foi positive et durable. Si quelqu’un trouve des commentaires ou des critiques qui peuvent paraître inutiles à première vue, rappelez-vous que le catéchisme unitarien doit donner des raisons, souligner les erreurs, chercher les causes : il ne peut pas simplement s’appuyer sur des dogmes. Je suis certain que la bonne utilité des enseignements de ce livre parviendra aux écoles du dimanche et aux chercheurs de Vérité et à notre cause (Edward A. Horton)

PREFACE DE L’AUTEUR


Ce petit ouvrage de catéchisme est né d’un besoin issu mon propre travail. Les pères et mères m’ont dit : " Nos enfants nous posent sans cesse des questions auxquelles nous ne pouvons pas répondre". Parfaitement normal ! Leurs lectures et leurs études ne leurs avaient pas donner les outils nécessaires pour répondre avec facilité aux questions critiques. La grande révolution moderne de la pensée se répand de façon rapide. C’est une tentative de faire un chemin un peu plus précis pour une Vérité remise en question.

C’est un appel à l’aide venu des foyers. A côté de cela, une demande semblable est venue de l’école dominicale. Une multitude d’enseignants n’ont que très peu de temps pour consulter des ouvrages dans les bibliothèques et étudier. Cet essai, donc devrait les aider en leur fournissant un ouvrage simple et concis traitant des principales conceptions et visions des unitariens sur les sujets les plus importants.

La liste de livres de référence qui suit les questions et les réponses permettra à ceux qui souhaiteront approfondir le sujet traité de le faire.

Il est prévu que ce catéchisme soit adaptable à tous les niveaux d’études au dessus des classes infantiles pour peu que l’enseignant ait des connaissances en matière d’interprétation.


I. - RELIGION


01
. Quel âge a la Religion ? - Aussi ancienne que l’Humanité.

02. Qu’est-ce que la religion ? - C’est l’effort de l’homme pour se mettre en bonne relation avec Dieu

03. Comment pourrait-on analyser et définir la religion ? – L’homme se sent entouré de forces mystérieuses et donc il pense et conçoit des idées et théories sur le façon dont il est lié à ces forces. Il a certains sentiments et émotions en accord avec ces pensées comme par exemple la crainte, l’espoir, la révérence, l’amour. Ses pensées et sentiments tendent à s’incarner, à déboucher sur des modes d’expressions, par exemple dans des chants, des temples, des prières, des rituels, des hymnes, des sacrifices. La nature de ces expressions dépend toujours de la nature des pensées et des sentiments. L’homme essaie de faire ce qu’il pense que Dieu attend de lui qu’il fasse ; de manière à ce qu’il soit en bonne relation avec son Dieu. Donc nous voyons (comme il est dit à la réponse n° 2) que la religion est l’effort de l’homme pour avoir une bonne relation avec Dieu.

04. Pourquoi y a t-il tant de religions ? - Parce que les hommes ont beaucoup de manières différentes de réfléchir et d’interpréter le monde et les forces mystérieuses.

05. Est-ce que toutes les religions excepté le christianisme sont fausses ? - Non, aucune d’entre elle n’est totalement fausse.

06. Est-ce que le christianisme est totalement dans la Vérité ? - Non. Même si il est la meilleure et la plus évoluée de toutes les religions, il reste cependant imparfait.

07. Quelle serait la religion parfaite ? - Celle qui serait vraie dans ses enseignements et parfaite dans son application dans la vie.

08. Pour quand pourrait-on espérer une telle religion ? - Seulement quand les hommes deviendront assez sages et bons.

09. Comment toutes les religions du monde sont divisées ? - Elles sont divisées en deux catégories : les polythéistes et les monothéistes.

10. Que signifient ces termes ? - Un polythéiste (mot provenant de deux mots grecs) est quelqu’un qui croit dans plusieurs dieux. Un monothéiste (mot provenant de deux mots grecs) est quelqu’un qui croit en un seul dieu.

11. Y a t-il d’autres religions monothéistes en dehors du christianisme ? - Oui, deux autres : les juifs et les musulmans.

12. Pourquoi certains hommes pensent qu’il y a plusieurs dieux ? - Parce qu’ils pensent que le soleil, la lumière, et plusieurs centaines d’autres forces naturelles sont séparées et sont des pouvoirs surhumains. Ils ont aussi parfois déifié leur héros morts et leurs ancêtres.

13. Pourquoi ont-ils ce genre d’idées ? - Parce qu’ils n’ont jamais appris que toutes les forces sont la manifestation d’un seul pouvoir.

14. Pourquoi sommes-nous monothéistes ? - Parce que nous avons appris l’unité des choses, qu’il n’y a qu’une seule force, qu’une seule loi dans l’univers.

15. Est-ce que l’homme peut aider à devenir religieux ? - Dans un sens, oui : il peut s’arrêter de croire ou s’opposer à la religion. Cependant, il ne peut éviter le fait qu’il est essentiellement un être croyant.

16. Qu’entendons-nous par cela ? - Nous avons vu (dans la réponse 3) qu’un homme peut et doit être d’une certaine façon relié à Dieu, qu’il en soit conscient ou non.

17. Est-ce que la religion est importante alors ? - C’est la plus importante de toutes les choses.

18. Pourquoi ? - Parce que de la connaissance du pouvoir qui se manifeste dans le monde à notre sujet, et sur notre manière d’être en bonne relation avec dépend la vie entière, la santé, la prospérité, le bonheur.

19. Le choix d’une religion spécifique en laquelle l’homme croit fait-il une quelconque différence ? - Oui cela fait toute la différence au monde.

20. Pourquoi ? - Parce que les pratiques du début à la fin dépendent de la théorie. Si quelqu’un a des pensées ou des sentiments négatifs, alors ses actions qui en découleront ne pourront pas être bonnes.

21. Et que se passe t-il si ses actions ne sont pas bonnes ? - Alors il n’aura pas d’existence heureuse et satisfaisante. Par exemple, si un homme tente de naviguer sur les mers, une mauvaise théorie de la navigation va lui faire manquer le port. De même dans chaque domaine de la vie.

22. Quelles sont les choses les plus importantes dans la religion ? - Les choses vraies sur Dieu et l’homme et les sentiments justes.

23. Pourquoi ? - Parce qu’ils mènent à de bonnes actions, et donc, à une bonne relation avec Dieu.

24. Est-ce que les cérémonies religieuses et les institutions sont importantes ? - Elles le sont ; mais elles sont une conséquence de la religion, pas une cause. Elles nécessitent, donc d’être bien utilisées et comprises.

25. Sont-elles parfois le Mal ? - Oui, quand elles se développent au point qu’elles prennent la place de la vraie vie religieuse.

26. Vous pouvez donner un exemple ? - Les cérémonies religieuses ont de la valeur seulement si elles aident à la vie religieuse et à son développement. Si maintenant, une personne se permet d’être mauvaise ou malhonnête et pense compenser ses méfaits par sa présence à l’église, à des prières ou à l’étude de la Bible, alors ces bonnes choses agissent sur lui comme le Mal.

27. Quelles cérémonies religieuses ou institutions sont bonnes alors ? - Toutes celles qui expriment ou aident à la vraie vie religieuse.

28. Quelle est la nature de la vraie religion pour nous aujourd’hui ? - L’amour de Dieu et de l’homme.

29. Pourquoi ? - Parce que si la religion est vraie, les hommes trouveront des cérémonies adéquates, créeront des institutions et délivreront le monde du Mal.

30. Si quelqu’un est réellement religieux, quels seront les effets sur sa vie ? - En politique, dans la société ou à la maison, et partout, il essaiera de faire le bonheur et le bien de tous.

Repost 0
Published by Minot Judson Savage - dans les catéchismes
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 10:08

document à intérêt historique rédigé aux Etats-Unis à la fin du XIXème siècle.

II - DIEU

01
.
Est-ce que les hommes ont toujours cru en Dieu ? - Pas dans le sens où nous croyons aujourd’hui ; mais ils ont toujours cru dans l’existence de certains pouvoirs invisibles ou spirituels.
Il est partout.
02. Quels objets priaient-ils comme dieux ? - Globalement, pratiquement tout : le soleil, la lune, les étoiles, les arbres, différentes sortes d’animaux, etc.
03. Pensaient-ils sincèrement que ces choses pouvaient être des dieux ? - Peut être les ignorants ont cru, mais les plus intelligents ont regardé au delà de ces choses et y ont vu des symboles ou des endroits pour célébrer la divinité.
04. Y a t-il des éléments de vérité dans cela ? - Oui, aujourd’hui nous croyons que toutes les choses sont des manifestations partielles du seul esprit infini de Vie. 
05. Est-ce que tous ces croyants des temps anciens croyaient de la même façon ? - Non, les différents clans et familles avaient des croyances séparées et des dieux différents.
06. Est-ce qu’ils croyaient que ces dieux étaient bon les uns avec les autres ? - Non, les dieux se haïssaient les uns et les autres de la même façon que les gens eux-mêmes se haïssaient.
07. Est-ce qu’ils croyaient que ces dieux étaient bons ? - Non, ils pensaient que les dieux avaient des caractères différents, comme les gens qui les priaient.
08. Qu’est ce que les gens pensaient que les dieux faisaient ? - Ne connaissant rien de l’ordre et des lois de la nature, ils attribuaient toutes les choses qui arrivaient au comportement et à la volonté d’un de leur Dieu. Toutes les bonnes choses étaient supposées avoir été causées par les bons dieux, alors que le Mal était le résultat du travail des mauvais esprits, ou des bons esprits qui étaient en colère.
09. Est-ce que les gens priaient seulement les Dieux bons ? - Non, ils priaient aussi les dieux mauvais par peur, offrant des sacrifices dans le but d’éviter la fureur du dieu.
10. D’où venait cette croyance dans les dieux mauvais ? - C’était leur façon d’expliquer l’existence de la souffrance, de la maladie, de la mort.
11. Est-ce que cela explique l’origine de tous les dieux mauvais ? - Non. Quand un peuple envahissait un autre peuple, les dieux du peuple vaincu étaient aussi supposés être vaincu, mais haïssant les envahisseurs, les vaincus essayaient constamment de leur faire du mal, et donc se tournaient vers les esprits maléfiques.
12
. Est-ce qu’à l’époque les gens pensaient à un pouvoir qui dirigeait tous les esprits maléfiques, au Diable dans son sens actuel ? - Non ; le concept moderne de Diable et du Mal est plus tardif.
13. Comment la croyance en un seul dieu est-elle venue ? - Au début, les gens en sont venus à croire qu’ils ne devaient prier qu’un seul dieu, même si ils ne doutaient pas de l’existence des autres dieux. Puis ils en sont venus à croire que leur dieu était le seul vrai dieu.
14. Qui étaient ceux qui les premiers en tant que peuple ont cru en un seul dieu ? - Les Hébreux, quelques centaines d’années avant le Christ.
15. Est-ce qu’ils avaient la même conception du Dieu unique que celle que nous avons aujourd’hui ? - Non, elle était bien moins spirituelle.
16. Où pensaient-ils que Dieu résidait ? - Au paradis, juste au dessus des nuages.
17. Que pensaient-ils de cet endroit ? - L’Ancien testament parle d’un dôme solide, juste au dessus du ciel, ou dieu était assis sur un trône, entouré d’une court d’anges.
18. Ils pensaient que Dieu était une entité visible alors ? - Oui, et que parfois, il apparaissait aux hommes sur terre.
19. Où pensaient-ils qu’il devait être prié ? - Prioritairement au Temple de Jérusalem, dans le lieu dans lequel ils pensaient qu’il y avait une manifestation particulière de sa présence.
20. Qu’est ce que Jésus a enseigné à ce sujet ? - Il a enseigné que Dieu était esprit, et qu’il ne pouvait être trouvé nulle part, a part par ceux qui le priaient dans l’esprit et la vérité.
21. Qu’est ce que les hommes ont crus au sujet de Dieu depuis l’époque de Jésus ? - Généralement, ils ont pensé à lui sous l’apparence d’un homme, sur un trône dans un endroit particulier.
22. Peut-on penser avoir cette vision de Dieu maintenant ? - Non, à partir du moment où nous avons découvert la nature de l’univers, nous ne pouvons plus penser à Dieu comme étant sous apparence humaine.
23
. Où est-il alors ? -
Il est partout.
24. Que peut-on penser de lui ? - On peut penser à lui en tant que Vie, qu’esprit, qu’âme, qu’univers.
25. Cela n’est pas du panthéisme ? - Non. Le panthéisme enseigne que toutes les choses sont Dieu ; ici on enseigne que Dieu est dans, à travers et vivant dans tout chose.
26. Est-ce que cette vision peut être illustrée afin de rendre les choses plus claires ? - Oui, comme illustration, on peut penser à Dieu comme lié à l’univers de la même manière que notre âme est liée à notre corps.
27. Où est l’âme dans le corps ? - Elle est partout.
28. Pourra t-on voir Dieu un jour ? - Seulement comme nous le voyons aujourd’hui, comme manifesté dans la Vie de l’univers.
29. Est-ce que c’est vraiment le voir ? - Oui, nous le voyons aussi nettement que nous voyons un ami. Personne n’a jamais vu une âme, nous voyons juste sa présence a travers le corps. De la même façon précisément, nous ne voyons la présence de Dieu dans le monde.
30. Est ce que Dieu est personnel ? - Oui, mais pas dans le sens dans lequel nous parlons de quelqu’un comme d’une personne.
31. Pourquoi ? - Parce que nous faisons une relation entre la pensée d’un début et d’une fin de la personnalité humaine et le fait d’être une entité physique définie.
32. En quoi consiste la personnalité ? - Essentiellement dans la conscience de soi, et dans ce sens, qui est le plus important, nous croyons que Dieu est personnel.
33. Peut-on penser à Dieu comme étant notre Père ? - Nous pouvons. Nous, esprits finis, sommes les enfants de l’Esprit infini.
34. Est-il proche de nous ? - Plus proche que le souffle que nous respirons, de sorte qu’ " en lui nous vivons, nous bougeons, et nous existons ".
35. Est-ce qu’il nous aidera ? - Il nous aide toujours. Etant donné que toutes les forces du monde sont son action, tout ce que nous faisons se fait avec l’utilisation de son pouvoir.
36. Y a-t-il encore toujours de l’idolâtrie dans le christianisme ? - Oui, Dieu en tant qu’image peut être dans la pensée aussi bien que dans la pierre ou le bois.
37. Peut-on avoir une pensée parfaite de Dieu ? - Non, parce que le fini ne peut saisir l’infini. Nous devons penser aussi véridiquement et noblement que possible.
38. Où doivent être trouvées les lois de Dieu ? - Il y a les lois de la nature et de la vie.
39. Sont-elles dans un livre ou dans une Eglise ? - Non, et beaucoup de soit disantes lois de Dieu sont seulement des imaginations de l’homme.
40. Qu'elles sont donc ces lois ? - Les vraies lois sont celles de la Vie, de la bonté et de la vérité.

Repost 0
Published by Mignot Judson Savage - dans les catéchismes
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 09:48

document à intérêt historique rédigé aux Etats-Unis à la fin du XIXème siècle


III - HOMME

01
. Depuis combien de temps la terre existe t-elle ? - Probablement des millions d’années.
02. A t-elle toujours été habitée ? - Non: il a fallut longtemps avant que la terre refroidisse suffisamment pour permettre à des formes vivantes d’exister.
03. Est-ce que l’homme est apparu dès le début ? - Non : les premières formes de vie sont apparues d’abord dans l’eau. 
04. Et ensuite ? - Ensuite sont arrivés les poissons, puis les reptiles, ensuite les oiseaux, puis enfin les différentes sortes d’animaux.
05. Depuis combien de temps est apparu l’homme ? - On ne peut pas le dire exactement. Les meilleurs spécialistes pensent que c’est environ il y a 150 000 ans, et peut être même 300 000 ans.
06. Est-ce qu’il était spécialement créé à cette époque ? - Non: il a grandi ou plutôt s’est développé a partir de formes vivantes antérieures.
07. Etait-il parfait quand il est apparu au début ? - Non : il était juste au dessus des animaux.
08. De combien a t-il grandi et changé depuis ? - L’homme actuel est aussi éloigné des animaux que du premier homme.
09. Alors, croyons-nous à la "chute de l’Homme" ? - Non, l’homme ne fut jamais aussi élevé que là ou il est aujourd’hui. Nous croyons dans l’ascension de l’homme.
10. Quelle est donc la différence entre les animaux et l’homme ? - Les différences sont de deux sortes, différence dans le degré et différence dans le type.
11. Que voulons-nous dire par différence dans le degré ? - Les deux dont des animaux, mais l’homme est le plus élevé des animaux.
12. Expliquez pourquoi. - Tout d’abord avec son corps. Il tient debout, et possède des mains au lieu de quatre pieds. Ensuite il a un cerveau plus volumineux.
13. Quelles différences mentales ? - Les animaux pensent, raisonnent, rêvent, et de différentes façons montrent des capacités de pensées remarquables. Mais les hommes sont bien supérieurs à eux dans tous ces domaines.
14. Que signifie de dire qu’ils sont différents par le type ? - Alors que l’homme est un animal, il est aussi bien plus, de sorte qu’il est une créature de type différent (de celui des animaux).
15. Expliquez en quoi il est différent. - Un chien ou un cheval est conscient mais n’a pas de conscience de soi. En effet, il ne pense pas en employant le "je". Il ne pense pas "Je suis un cheval ou un chien, donc je suis différent des autres animaux".
16. Approfondissez. - Quand des animaux peuvent craindre ou aimer un maître, et même ressentir de la honte quand ils le déçoivent, il n’y a pas de raison de penser qu’ils aient une nature morale. Ils ne possèdent pas non plus un sentiment religieux qui leur fasse penser et essayer de trouver Dieu comme l’homme essaie de le faire.
17. Y a t-il d’autres grandes différences ? - Oui ; l’homme a un idéal d’une condition meilleure, d’un niveau de vie plus élevé, et donc il est capable de progrès. Les animaux n’ont pas cela.
18. Quelle autre grande différence y a t-il ? - L’homme a le pouvoir de parler. Et il peut écrire et conserver ses pensées et tout ce qu’il a appris et réaliser. Ainsi le savoir est gardé et transmis de génération en génération.
19. Le langage est-il une invention ? - Il est pour partie une invention et pour partie une évolution.
20. Quelle était la condition des premiers hommes ? - Ils étaient des barbares nus dans les arbres. Il vivaient en mangeant des baies, des noix et fruits, et les animaux et poissons qu’ils pouvaient attraper.
21. Racontez- nous en plus sur eux. - Ils n’avaient pas de maisons, pas de feu, pas d’armes ou d’outils.
22. Comment on t-il pu évoluer de cette condition ? - Ils ont découvert le feu, et puis au fur et a mesure, ils ont appris comment faire eux-mêmes des huttes, des bateaux, des armes et des outils. Quand ils ont découvert les métaux et ont appris à faire des alliages de cuivre et de fer, ils ont fait des progrès rapides.
23. Y a t-il encore des spécimens de ces hommes primitifs vivant de nos jours ? - Non, même les tribus humaines les moins avancées de nos jours sont très au dessus de la condition des premiers hommes.
24. Qui étaient les premiers gens à devenir ce que nous appelons maintenant des gens civilisés ? - Les plus vieilles civilisations que nous connaissons étaient en Egypte et en Assyrie. Mais il y a des vestiges de civilisations sans doute aussi anciennes en Amérique centrale et au Mexique.
25. De quels types étaient les plus anciennes sociétés ? - Elles étaient des tribus de gens supposés être liés par liens familiaux et claniques.
26. Quand les gens ont-ils commencé à s’organiser sur une base territoriale ? Les anciens athéniens, sous Cleisthenes, vers 500 ans avant JC.
27. Comment les peuples anciens écrivaient-ils ? - Ils avaient des écritures par dessins, ou des hiéroglyphes.

28. Qui a utilisé le premier l’alphabet ? - Les Phéniciens.
29. Qu’est-ce qui a aidé le monde moderne a évoluer aussi rapidement comparé aux anciennes civilisations ? - Des découvertes telles que le compas de marine, l’art de l’écriture, la poudre à canon, la machine à vapeur, le télégraphe, etc.
30. Quelles autres avancées ont été faites par l’homme ? - Dans l’évolution mentale et morale, il a gardé la cadence de ses découvertes physiques.
31. A t-il atteint la fin ? - Non, il ne fait que commencer à prendre le contrôle de lui-même et des forces de la terre.
32. Que peut-on espérer dans le futur alors ? - Des conditions dans lesquelles la fin, la maladie, le vice et le crime auront été réduits et mis de côté.
33. Comment cela sera t-il atteint ? - En trouvant les lois de Dieu et en apprenant à leur obéir.
34. Quel est alors notre devoir le plus important ? - Faire tout ce que nous pouvons pour atteindre ces conditions.
35. Est-ce que l’homme à été créer à l’image de Dieu ? - Oui ; si ce n’était pas le cas, il ne pourrait pas nous connaître ou nous aimer ou encore nous ne pourrions pas le servir.
36. Que signifie être à l’image de Dieu ? - Il est l’enfant de dieu et donc comme lui mentalement, moralement et spirituellement.
37. Quelle devrait alors être sa vie ? - Il devrait être comme Dieu, en évoluant de plus en plus vers la Vérité et la noblesse.
38. Ce type de vie est-il naturel pour l’homme ? - C’est la seule vie qui soit naturelle, et si proche des meilleures capacités de l’homme.

Repost 0
Published by Mignot Judson Savage - dans les catéchismes
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 06:16

document à intérêt historique rédigé aux Etats-Unis à la fin du XIXème siècle.

IV - BIBLE


01
. Qu’est-ce que la Bible ? - C’est le nom donné aux livres de l’Ancien et du Nouveau testaments en tant que tout.
02. D’où vient le mot "Bible" ? - Du grec. Les livres étaient d’abord indiqués en tant qu’équivalent pour "livres" et puis finalement pour "Livre".
03. Quels sont ses livres ? - Ils comprennent la partie la plus importante des écrits religieux des Hébreux et ceux du début du christianisme.
04. Pourquoi sont-ils réunis ensemble en un seul volume ? - Pour plus de commodité et parce qu’ils sont supposés faire partie de la même révélation.
05. Comment se fait-il qu’ils soient séparés en chapitres et en versés ? - C’est le travail des éditeurs, et c’est seulement pour plus de commodité dans le repérage.
06. D’où viennent les titres et les entêtes des chapitres ? - C’est le travail des éditeurs, ils ne constituent aucune autorité.
07. D’où vient notre bible ordinaire ? - C’est une traduction en notre langue.
08. De quelles langues à t-elle été traduite ? -  Le Nouveau testament a été traduit du grec et l’Ancien testament à été traduit de l’hébreux à l’exception de certains passages qui sont en araméen.
09. Est-ce que les traducteurs avaient les livres authentiques tels qu’ils avaient été écris à l’origine ? - Non, simplement des copies réalisées plusieurs centaines d’années après.
10. Comment ces copies ont-elles été réalisées ? - Elles ont été écrites à la main, beaucoup d’entre elles par de vieux moines dans des monastères.
11. Comment savons-nous que ce sont des copies correctes ? - Nous savons qu’elles ne l’étaient pas.
12. Quels changements ont été faits ? - Les copistes ont fait plein de changements lors des retranscriptions.
13. Quelle importance ont ces changements ? - Généralement ils sont minces. Mais dans certains cas, ils consistent dans des versets entiers ou des parties de chapitres.
14. Ces changements ont-ils été fait dans un but précis ? - Il y a de bonnes raisons de penser que certains ont été modifiés dans un but précis.
15. Pouvez-vous donner un exemple ?  - I Jean v. 7 et Matthieu 16,18.
16. Sommes-nous certains alors de la véracité verbale de la Bible ? - Non nous ne le sommes pas.
17. Est-ce que ces changements nous font douter de ses principaux enseignements ? - Non, par ce que nous savons assez bien quels changements ont été faits.
18. Combien de livres y a t-il dans la Bible ? - 39 dans l’Ancien Testament et 27 dans le Nouveau.
19. Est-ce que les livres sont dans le même ordre dans la bible en anglais que celui dans lequel ils étaient en hébreu ? - Non ; l’ordre a été modifié.
20. Est-ce que l’ordre dans chacun d’eux est l’ordre précis dans lequel ils ont été écrit ou l’ordre dans lequel les évènements ont été racontés ? - Non, ce n’est pas le cas.
21. Comment les Juifs avaient-ils divisés les livres ? - Dans 3 groupes : la Loi, les Prophètes et les Ecritures.
 22. Qu’est-ce qu’ils inclus ? - La Loi inclue le Pentateuque, Josué et les Juges, les prophètes inclus dans ces livres que nous connaissons par ce nom, et les Ecritures.
23. Que savons-nous des auteurs de ces livres ? - Très peu. Comme pour la plupart d’entre eux, nous ne savons pas qui les a écris, quand et où ils ont été écrits.
24. Quel âge ont-ils ? - Certains fragment datent sans doute d’environ 1300 avant JC, mais le livre complet le plus ancien doit dater d’environ 800 av JC.
25. De quand date la partie la plus récente de l’Ancien Testament ? - Pas plus vieux qu’environ 170 avant JC.
26. Comment les hébreux concevaient-ils ces livres ? - Ils en sont venus à les voir comme une révélation infaillible inspirée par Dieu.
27. Est-ce que ces livres étaient les seuls écrits juifs ? - Non, beaucoup d’autres livres ont été perdus.
28. Y a t-il d’autres livres qui ont été conservés ? - Oui : il y en a 14 autres qui sont appelé les apocryphes.
29. Pourquoi ne sont-ils pas dans la Bible ? - Parce que la nation juive fut éparpillée avant que ces écrits ne deviennent assez anciens pour être considérés comme sacrés.
30. Ont-il déjà été inclus dans la Bible ? - Oui par les catholiques, et ils sont souvent imprimés entre le Nouveau et l’Ancien testament dans nos bibles protestantes.
31. Est-ce que certains de ces livres sont aussi bons que les livres de l’Ancien Testament ? - Oui certains d’entre eux sont mêmes meilleurs que ceux inclus dans la Bible.
32. Y a t-il d’autres livres juifs anciens ? - Oui ; comme le Livre d’Enoch, qui est repris les Epîtres de Jude.
33. Pouvez-vous en nommer certains (d’anciens livres hébraïques) qui sont aussi bons que ceux étant dans l’Ancien Testament ?
L’Ecclésiaste et la Sagesse de Salomon.
34. De quoi est composé le Nouveau Testament ? De quatre biographies de Jésus, d’un livre d’histoire, de 21 lettres, et d’une vision appelée l’Apocalypse, - soit vingt-sept éléments en tout.
35. Quand ont-ils été écrits ? - Probablement entre 55 et 170 après JC.
36. Sont-ils ordonnés chronologiquement ? - Non.
37. Lesquels sont les plus anciens ? - Les cinq ou six lettres originales de Paul.
38. Qui a écrit le reste des lettres ? - A l’exception de Jacques, nous ne le savons pas.
39. Est- ce que les évangiles ont été écrits par ceux dont ils portent les noms ? - N
on, ce n’est pas le cas.
40. Lequel est le plus ancien ? - Celui de Marc.
41. Comment ont été écrits les trois premiers ? - Aux environs des années 70 / 80 après JC, ils ont été écrit à partir de notes, mémoires, etc. Jusqu'à cette époque, l’histoire à simplement été répétée de mémoire.
42. Comment cela a t-il pu se transmettre oralement sur une période aussi longue ? - Il y avait des personnes appelées catéchistes, ou enseignants dont le métier était d’apprendre et d’enseigner l’histoire en la répétant.
43. Est-ce qu’ils s’en rappelaient parfaitement dans la totalité ? - Non, ils divergeaient souvent, et souvent entraient en contradiction les uns avec les autres.
44. Qui a écrit le quatrième évangile ? - Probablement un prêtre du nom de Jean.
45. Est-ce que les 27 livres ont été écrits de cette façon ? - Non, d’autres évangiles, lettres et visions étaient écrites.
46. Que sont-ils devenus ? - Beaucoup ont été perdus, d’autres sont gardés, et sont appelés apocryphes du Nouveau testament.
47. Qui a décidé des livres qui composent le Nouveau testament ? - L’opinion générale et l’approbation des Eglises.
48. Y en a t-il parmi ceux qui ont été mis de côté qui sont aussi bon que ceux qui ont été inclus ? - Oui sans doute un ou deux.
49. Vous pouvez en citer un ? - Le Berger d’Hermas. Il a été inclus dans le Nouveau Testament à une époque.
50. Comment l’Eglise conçoit-elle généralement la Bible dans sa globalité ? - En tant que révélation infaillible inspirée par Dieu.
51. Pouvons-nous toujours la considérer en tant que telle aujourd’hui ? - Non ; car elle contient des erreurs et nous savons que Dieu ne peut pas faire d’erreurs.
52. Quels types d’erreurs contient-elle ? - A certains endroits, elle enseigne des choses que nous considérons aujourd’hui comme immorales. Il y a aussi des erreurs majeures en Histoire et en sciences. Elle se contredit aussi elle-même à plusieurs passages.
53. Que veut-on dire par des erreurs dans la science ? - Des erreurs en astronomie, géologie, etc.
54. Donnez un exemple. - Les Juifs pensaient que la terre était plate, que le ciel était un dôme solide, que le ciel et les étoiles avaient uniquement pour but de nous éclairer.
55. Donner d’autres exemples. - L’histoire de la Création.
56. Qu’est ce qu’est alors la Bible ? - C’est une source d’information sur la vie religieuse et les enseignements des anciens Hébreux et du début des Eglises chrétiennes.
57. Comment se situe t-il par rapport aux livres religieux des autres peuples ? - C’est le plus grand de tous.
58. Est-ce qu’il contient la parole de Dieu ? - Oui mais seulement en partie et mélangée avec beaucoup d’erreurs.
59. Quelle est la vraie parole de Dieu ? - La Vérité entière.

Repost 0
Published by Minot Judson Savage - dans les catéchismes
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 20:03

document à intérêt historique rédigé aux Etats-Unis à la fin du XIXème siècle

V – JESUS

01
. En quelle année Jésus est-il né ? - Vers l’an 5 ou 4 avant JC.
02. Comment le Christ peut-il être né avant le Christ ? - La date n’avait pas été fixée à l’époque , et plusieurs années après l’erreur à été faite.
03. A quelle période de l’année est-il né ? - Nous ne le savons pas.
04. N’est-il pas né à Noël ? - Non: cette date n’a pas été fixée avant quatre ou cinq cent ans après la naissance de Jésus.
05. Pourquoi cette date a t-elle été choisie pour célébrer sa naissance ? - Parce qu’elle était déjà une fête populaire.
06. Quel genre de fête était-elle ? - C’était un peu comme notre Noël d’aujourd’hui. C’était la naissance du Dieu-soleil, et donc de l’année.
07. Que faisaient les gens à cette date ? - Ils échangeaient des cadeaux, et en ont fait un jour d’égalité entre les hommes et de bonté. Les esclaves était fêtés et servis par leur maîtres.
08. Où Jésus est-il né ? - A Nazareth, une petite ville en Galilée.
09. Pourquoi Mathieu et Luc ont dit qu’il était né à Bethléem ? - Les histoires au sujet de sa naissance sont tardives et sans réels fondements. Les Juifs s’attendaient à ce que leur Messie naisse à Bethléem, donc après que les gens aient reconnu en Jésus leur Messie, alors la croyance s’est enracinée.
10. Qui étaient ses parents ? - Joseph et Marie.

11. Quel genre de personne étaient-ils ? - Des gens simples. Son père était charpentier.
12. Avait-il des frères ou des soeurs ? - Oui il était issu d’une famille nombreuse.
13. Que savons-nous de son enfance ? - Pratiquement rien, sauf si l’on se concentre sur ce que l’on sait d’une enfance juive à cette époque.
14. Qu’apprenait un enfant juif à cette époque ? - Il apprenait à la synagogue à réciter les sagesses de l’Ancien testament et des Pères.
15. Quelle langue parlait-il ? - L'araméen.
16. Avait-il appris des sciences ou de la philosophie ? - Non: à son époque, les gens n’avaient pas de connaissances en sciences, et ne pensaient pas que le monde obéissait aux lois de la nature.
17. Ses biographes ne disent rien de son enfance ? - Il y a juste une histoire rapportée par Luc. Elle raconte comment ses parents l’ont amené au Temple de Jérusalem quand il avait 12 ans.
18. Pourquoi l’avaient-ils amené là-bas ? - C’était une coutume juive, un peu comme la confirmation des Eglises actuelles.
19. Que fait Jésus dans cette histoire ? - Il apparaît comme un enfant précoce, aimant et obéissant.
20. Que nous dit Luc sur lui et son retour à la maison ? - Qu’il " avait grandi en sagesse et en stature, en bonté avec Dieu et les hommes ".
21. Quand le voit-on plus tard ? - A l’âge de trente ans, quand il va voir Jean le Baptiste pour se faire baptiser.
22. Pourquoi le fait-il ? - Après l’emprisonnement de Jean, il a commencé à voyager à travers le pays, et a annoncer que le Royaume de Dieu était à portée de main.
23. Que signifait le "Royaume de Dieu" ? - Les Juifs en étaient arrivés à penser que Dieu était sur le point, par un miracle soudain, d’établir l’ordre parfait des choses sur terre.
24. Est-ce que Jésus voyageait seul ? - Non: il a choisi 12 amis, appelés les "apôtres", la plupart étaient avec lui.
25. Comment vivaient-ils ? - Ils étaient hébergés par des amis lors de leur voyage à travers le pays.
26. Pourquoi cette façon étrange de voyager ? - Non : à cette période, dans ce pays et avec ce climat, c’était simple et naturel.
27. Pouvons-nous suivre le déroulement de ces déplacements et de ses enseignements ? - Non, les histoires ne sont pas assez claires.
28. Combien de temps à durer sa période de prédication ? - Probablement un petit peu plus d’un an, même si Jean semble indiquer une durée de 3 ans et demi. Il y a même une tradition plus tardive qui dit qu’il a vécu jusque 50 ans.
29. En combien de parties sa vie publique peut elle être séparée ? - En deux parties, la première son travail en Galilée, et en deuxième son travail en Judée.
30. Où prêchait-il ? - Sur la bordure d’un lac, depuis un bateau, ou d’autres endroits pratiques.
31. Comment prêchait-il ? - Très simplement, sous forme de discussion, tirant ses leçons des fleurs, du travail des fermiers, des Ecritures.
32. Est-ce qu’il faisait de long sermons ? - Probablement pas. Le sermon sur la montagne ne fut pas entièrement dit en une seule foi, ni à un seul endroit.
33. Qu’est-ce qu’il enseignait d’autre ? - Souvent il enseignait par paraboles, en racontant des histoires avec une leçon dont les gens se rappelleraient.
34. Comment était-il reçu ? - Les gens étaient contents de l’entendre.
35. En quoi était-il différent des enseignants usuels ? - Ils étaient en général rigides et formels dans leurs méthodes.
36. Qu’enseignaient-ils ? - La loi de Moïse et les traditions.
37. Qu’enseignait-il ? - L’amour de Dieu et les devoirs des hommes.
38. Qui choisissait-il comme partenaires ? - Les gens du peuple.
39. Quel était son tempérament ? - Il était tendre et aimant, toujours prêt à aider et à réconforter.
40. Il n’était jamais sévère ? - Seulement avec les gens qui étaient durs et fiers, et qui regardaient avec mépris les autres gens.
41. Qui étaient ceux qui étaient dignes du Royaume de Dieu selon lui ? - Ceux qui avaient laissé de côté leurs défauts et étaient devenu aimants et voulaient aider les autres comme lui.
42. Est-ce qu’il a posé d’autres conditions ? - Non ; il ne l’a pas fait.
43. Qui représentaient la religion d’Etat à l’époque ? - Les prêtres, les pharisiens, et les scribes.
44. Est-ce qu’ils l’aimaient ? -
Non
45. Pourquoi ? - Parce qu’il ne respectait pas leur règles et coutumes, et disait que si les gens étaient aimants et voulaient aider les autres, rien d’autre ne comptait.
46. Pourquoi cela les gênaient-ils ? - Parce qu’ils pensaient que Dieu leur avait commandé de garder le Temple, la Loi, et toutes leur cérémonies, et aussi , parce que si Jésus prenait de l’importance, leurs fonctions et leurs commerces seraient menacés.
47. Qu’ont-ils fait alors ? - Ils ont monté le peuple contre lui, et ont fait croire au peuple qu’il était un ennemi de Dieu, et donc leur ennemi.
48. Qu’ont-ils fait d’autres ? - Ils ont fait croire aux autorités romaines qui gouvernaient la région qu’il était en train de préparer une rébellion.
49. Y avait-il eu des rébellions auparavant ? - Oui de nombreuses, de sorte que les romaines était très sensible sur ce sujet.
50. Y avait-il des fondements à ces accusations ? -
Non, à part qu’il prêchait le Royaume de Dieu. Mais ils se rendaient compte que cela réduisait leur pouvoir sur les gens : et donc ils ont rendu les Romains suspicieux.
51. Quand ont-ils conçu leur plan ? - A la grande fête annuelle, quand ils ont su que Jésus serait à Jérusalem.
52. Comment s’y sont-ils pris ? - Ils ont engagé Judas, un des apôtres pour trahir Jésus et le leur livrer.
53. Qu’ont-ils fait par la suite ? Ils l’ont poursuivi devant le Sanhédrin, le tribunal suprême juif.
54. Ont-ils pu prouver leurs accusations ? - Cela leur importait peu de le faire. Ils étaient déterminés à se débarrasser de Jésus.
55. Pouvaient-ils le condamner à mort ? - Non : ils devaient obtenir l’accord de Pilate, l’administrateur romain.
56. Est-ce que Pilate pensait que Jésus était coupable ? - Probablement pas; mais cela l’importait peu, et il voulait satisfaire le peuple.
57. Qu’ont-ils fait à Jésus alors ? - Ils lui ont mis une couronne de ronce sur la tête, une toge pourpre sur ses bras, un roseau dans les mains parce qu’il prétendait être un roi, et que la toge, la couronne et le sceptre étaient les symboles de la royauté.
58. Prétendait-il être un roi ? - Seulement par figure de style, être un roi de la vérité.
59. Et ensuite ? - Ils l’ont crucifié sur une petite colline à l’extérieur de la ville.
60. Où a t-il été enterré ? - Dans une nouvelle tombe, creusée dans un rocher, dans un jardin qui appartenait à Joseph d’Arimathie.
61. Est-ce qu’il est revenu d’entre les morts ? - Il n’y a aucune raison de supposer que son corps a revécu.
62
. Pourquoi alors ses disciples ont dit qu’ils l’avaient revu après sa mort ? - Peut être ont-ils revu son corps spirituel.
63. Quel jour sa supposée résurrection est-elle célébrée ? -
Le jour de Pâques.
64. Pourquoi ? - Parce que comme Noël, Pâques était déjà célébrée de la même façon longtemps auparavant.
65
. Que signifiait ce jour avant qu’il devienne une fête chrétienne ? - Il célébrait l’arrivée du printemps après la fin de l’hiver.
66. Quand ces histoires de naissance miraculeuse et de résurrection de Jésus se sont-elles développées ? - Longtemps après sa mort.
67. Est-ce que Jésus a fait des miracles ? - Pas dans le sens de braver les lois naturelles.
68. Est-ce qu’il avait des pouvoirs spéciaux ? – Probablement, il avait le pouvoir de guérir et de soigner ceux qui souffraient de maladies nerveuses.
69. Est-ce que d’autres ont les mêmes pouvoirs ? - Oui ; beaucoup d’autres.
70. Pourquoi alors ces histoires ce sont-elles développées ? - Comme dans le cas de Gautama, et dans bien d’autres cas. Les gens ont souvent raconté des histoires fantastiques à propos de personnes fantastiques qu’ils admirent et célèbrent.
71. Est-ce que des histoire de naissance virginale et de pouvoirs miraculeux ont déjà été dites à propos d’autres personnes ? - Oui à propos de beaucoup d’autres personnes. Il y en a eut sur Gautama, Platon, Caesar, d’Apollonius et de beaucoup de saints catholiques.
72. Est-ce que les gens de cette époque avaient besoin de preuves ? - Non: ils croyaient facilement aux histoires qui leur plaisaient.
73. Pourquoi ? - Parce qu’ils n’avaient pas étudier les lois et l’ordre naturel du monde.
74. Quel genre d’homme était Jésus ? - Il était un grand réformateur et dirigeant de son époque.
75. Quel était son enseignement ? - Il a enseigné peu de choses réellement nouvelles, mais il a enseigné avec une telle force et une telle simplicité qu’il a fait grande impression.
76. Quel est son rang parmi les hommes ? - Il est le plus grand chef religieux du monde.
77. Quel était son état d’esprit ? - Il était plein de l’esprit et de l’amour de Dieu, et il aimait tellement les hommes qu’il nous semble avoir été très proche de la perfection.
78. A t-il établi une Eglise ? - Non il ne l’a pas fait. Si c’est correctement rapporté, il espérait revenir peu de temps après sa mort, et avec des anges établir le Royaume de Dieu sur terre.
79. Est-ce que Jésus à enseigné les sciences, la politique ou a t-il aider à résoudre de grandes questions sociales ? - Non, il partageait les croyances de son époque et de son peuple sur de tels sujets.
80. Quelles étaient-elles ? - Que "à la fin des temps", Dieu établirai soudainement et miraculeusement son Royaume.
81. A t-il aidé le monde à s’interroger sur un grand problème intellectuel ? - Non : sa grandeur était dans son tempérament et sa spiritualité intérieure.
82. Devons-nous parler de lui comme Jésus ou comme le Christ ? - Comme Jésus. Le Christ ou le Messie est le nom du titre qui lui a été donné, pas son nom à lui.
83. Qu’est ce que Jésus pour nous aujourd’hui ? – Son exemple spirituel dont nous devons nous inspirer.
84. En quel sens est-il notre Sauveur ? - Dans le sens où il nous a aidé à aimer Dieu et l’homme , et donc nous devons essayer de le suivre.
85. Est-ce suffisant de connaître le bon chemin ? - Non, nous devons l’aimer, et être prêt à travailler et même à mourir pour cela.
86. Pourquoi Jésus a dit que la chose la plus important est l’amour ? - Parce que l’amour est le pouvoir le plus important qui mène à faire les choses les meilleures qu’il soit.
87. Doit-on se nommer chrétiens alors ? - Oui, si nous disons que par cela nous sommes les disciples de l’esprit de Jésus dans l’amour de Dieu et de l’Homme.

Repost 0
Published by Minot Judson Savage - dans les catéchismes
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 19:40

document à intérêt historique rédigé aux Etats-Unis à la fin du XIXème siècle

VI - LE MAL ET LE DIABLE
 

01. Que voulons nous dire par le Mal ? - Tout ce qui est mauvais et qui fait souffrir.
02. Quelle est l’ancienne croyance à ce sujet ? - Qu’il n’existait pas au commencement.
03. Comment son origine est-elle expliquée ? - Comme la conséquence de la chute de l’homme.
04. Quelle est cette histoire ? - L’homme à été créé parfait et placé dans le Jardin d’Eden.
05. Comment l’a t-il quitté ? - Il est dit que le diable, sous forme d’un serpent a tenté Eve.
06. Qu’est-il supposé être arrivé ensuite ? - Adam et Eve ont été chassés du paradis. Puis les gens ont commencés à souffrir et à mourir.
07. Qui était ce diable ? - Au début racontent-ils, il était un archange intelligent, un ange en chef.
08. Comment est-il devenu le diable ? - Il est raconté qu’il s’est rebellé contre Dieu au Paradis et a été chassé en Enfer.
09. Pourquoi a t-il tenté Eve ? - Il est dit qu’il l’a fait pour fâcher Dieu et gâcher son nouveau monde.
10. Est-ce que les Juifs croyaient au diable au début ? -
Non.
11. Quand ont-ils commencé à y croire ? - Il semble qu’ils aient emprunté l’idée aux perses durant leur captivité, vers 550 avant JC
12. Pourquoi ont-ils accepté cette idée ? - Parce qu’ils en étaient venu à penser qu’un Dieu bon ne pouvait pas permettre tout ce Mal, et donc qu’il devait y avoir une créature maléfique qui le causait.
13. Est-ce une explication satisfaisante ? - Non; si Dieu ne pouvait pas permettre le Mal , alors il n’aurait pas permis l’existence du Diable.
14. Y a t-il une raison pour croire à l’existence du Diable ? - Non, il n’y en a aucune. Les histoires à son sujet ne prouvent pas du tout son existence, comme le fait que les histoires au sujet d’Hercules ne prouvent pas non plus son existence. 
15. Qu’est ce que les gens ont cru au sujet du diable ? - Que lui et ses anges malfaisants étaient partout, à faire toutes sortes d’actes mauvais.
16. Quels genres d’actes ? - Comme causer la maladie, des tornades.
17. Est-ce qu’il pensaient que les gens puissent entrer en relation avec le Diable ? - Oui, c’est le cas de Faust et des sorcières. Ils pensaient que les hommes et les femmes pouvaient marchander avec lui, et quelques fois, vendre leur âme pour de l’argent ou du pouvoir.
18. Est ce que le Mal est quelque chose qui est venu au monde ? -
Non.
19. C’est quoi ? - C’est simplement le résultat de ne pas connaître et respecter les lois de Dieu.
20. Depuis combien de temps cela existe ? - Depuis que la Vie existe sur terre.
21. Qu’est ce que la souffrance ? - Un sentiment que nous n’aimons pas.
22. Quelle en est sa cause ? - Toute créature qui peu ressentir, peut avoir de la souffrance comme du plaisir. Et la souffrance est le résultat du non respect de la loi de Dieu.
23. Si les gens étaient parfaits, il n’y aurait pas de souffrance ? - Non; ou alors très peu. S’ils connaissaient toutes les lois de Dieu et les respectaient, ils ne souffriraient pas.
24. Est-ce que la souffrance signifie qu’une personne est mauvaise ? - En aucun cas. Par exemple parfois nous ne respectons pas la loi de Dieu, sans le savoir, ou alors d’autres gens font que nous souffrons.
25. Est-ce que la mort est le Mal ? – Non : même si une mort précoce ou cruelle peut l’être.
26. Est-ce que la Mort est causée par le péché ? - Non: il est aussi naturel de mourir que de naître.
27. Quels sont les plus grands maux du monde ? - Ceux que les hommes mauvais se font entre eux.
28. Est-ce que les maux ont besoin d’exister ? - Non: ils existent car les gens sont ignorants, passionnés et égoïstes.
29. Est ce qu’une personne peut devenir meilleure si elle s’en prend à une autre personne ? - Non : l’égoïsme est toujours une folie et un mal.
30. Qu’est ce que l’égoïsme ? - Avoir la volonté d’obtenir ce que nous voulons au détriment du bonheur ou du bien-être de quelqu’un d’autre.
31. Est-il mauvais d’espérer avoir de bonnes choses ? - Non, c’est mauvais seulement lorsque vous êtes prêt à blesser quelqu’un pour les obtenir.
32. Est-ce la volonté de Dieu que l’homme souffre ? -
Non.
33. Pourquoi ne l’empêche t-il pas ? - Nous pouvons apprendre le Bien et le Mal seulement par expérience, donc Dieu doit permettre le Mal, même si nous devons souffrir.
34. Est-ce que les gens doivent tout le temps souffrir ? - Non jusqu'à ce qu’ils apprennent à vivre correctement.
35. Est-ce que la souffrance et la mort, donc, rendent impossible de croire en la bonté de Dieu ? - Non, pas si nous les comprenons ainsi que leur usage.
36. Y a t- il alors, un signe quelconque que Dieu nous en veuille ? - Non, Dieu n’est jamais en colère avec personne.
37. Quelles sont alors les causes du Mal ? - L’ignorance, la passion et la folie.
38. Avons-nous besoin d’un diable quelconque pour les expliquer ? - Non .
39. Dieu, alors ne veut pas que nous souffrions ? - Non , il souhaite que nous connaissions la bonne voie, et que nous évitions le Mal.

Repost 0
Published by Minot Judson Savage - dans les catéchismes
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 19:24

document à intérêt historique rédigé aux Etats-Unis à la fin du XIXème siècle.

VII - SALUT 


0
1. Qu’est-ce que le salut ? - C’est la bonne relation entre Dieu et l’homme.
02. Qu’est ce que les Eglises "orthodoxes" [ndlr : au sens de classiques, non hérétiques] enseignent au sujet de l’homme ? - Qu’il fut perdu et ruiné, sous la malédiction et le courroux de Dieu, et jeté dans un enfer sans fin.
03. Pourquoi selon eux, l’homme est sous la malédiction ? - A cause du péché d’Adam.
04. Comment ? - Selon eux, Dieu a arrangé les choses pour que toute l’espèce naisse dépravée et perdue.
05
. Quelle est cette histoire ? - L’histoire d’Adam et Eve, créés parfaits et placés dans l’Eden. Quand tentés par Satan, ils chutent, et ainsi tous leurs enfants sont nés perdus et mauvais.
06. Qu’enseignent-ils que Dieu ai fait ? - Quand les années passèrent, il choisit un petit groupe de gens, leur enseigna et les prépara à la venue de son Fils, qui était supposé être le Sauveur de ceux qui l’accepteraient.
07. Et ensuite ? - Tout le reste du monde a été laissé dans l’obscurité et la mort pendant 4 000 ans.
08. Et puis ? - Il a envoyé son Fils, la seconde personne de la Trinité, né d’une vierge, pour souffrir et mourir.
09. Quels sont certains des autres enseignements "orthodoxes" ? - Une révélation miraculeuse et infaillible , que Jésus était Dieu ; que l’Eglise était faite seulement de ceux qui acceptaient ses enseignements, et que ceux qui les acceptaient allaient au paradis après la mort, et ceux qui ne les acceptaient pas allaient en enfer.
10. Quelle est la plus importante de ces doctrines ? - La Chute de l’homme ; sans cela le reste n’existerait pas.
11. Que pense t-on de cela aujourd’hui ? - Nous ne croyons pas seulement, nous savons qu’il n’y jamais eu de Chute de l’homme.
12. Que devient le reste des doctrines alors ? - Elles ne sont pas nécessaires.
13. Est-ce que les juifs anciens y croyaient ? - Non, ils ont emprunté l’histoire de l’Eden aux Perses, et ils n’ont jamais cru dans les autres, sauf que l’Ancien Testament était une révélation.
14. Est-ce que Jésus y croyait ? – Non, il n’en a jamais enseigné une seule.
15. N’a t-il pas dit que Dieu était son père ? - Oui et il a aussi dit que Dieu était le père de tous les hommes.
16
. Que savons-nous de l’homme ? - Qu’il s’est développé a partir de formes de vie plus primitives et est sur terre depuis 200 000 ou 300 000 ans et qu’il n’a jamais chuté.
17. A t-il besoin d’être sauvé alors ? - Non, pas dans le sens où il serait sous la malédiction de Dieu, jeté en enfer.
18. De quoi a t-il besoin ? - Il a besoin d’éducation et d’entraînement, de savoir comment vivre.
19. Il n’y a pas d’enfer alors ? - Seulement l’enfer de la souffrance, ou ailleurs, qui est causée par un mauvais comportement.
20. De quoi a t-on besoin d’être sauvé alors ? - De l’ignorance, de la passion et de l’égoïsme.
21. Est-ce que cela nous mènera au paradis ? - Etre délivré de cela fera le paradis.
22. Est-ce qu’une personne mauvaise pourra aller au paradis ? - Non: pas plus qu’un piano cassé ne peut faire de musique.
23. Le paradis est-il un endroit alors ? - Il pourrait y avoir de nombreux endroits qui pourraient être appelés paradis, mais le paradis est surtout en esprit. Etre dans une belle maison ne rend pas forcément l’enfant triste heureux.
24. Qu’est-ce que le salut alors ? - C’est avoir un bon esprit.
25. Mais si quelqu’un a mené une mauvaise vie, que devons-nous faire ? - Arrêter de faire le mal et commencer à faire le bien.
26. Est-ce que Dieu va nous pardonner d’avoir fait des choses mauvaises ? - En un sens, oui, dans un autre, non.
27. Comment cela ? - On peut se réconcilier avec Dieu, mais cela n’efface pas pour autant les conséquences de nos actes.
28. Que peut-on y faire ? - Autant que possible, on peut essayer de réparer ce qu’on a fait de mal.
29. Pourquoi ? - Parce que si j’ai blessé quelqu’un, demander à Dieu de me pardonner n’est pas suffisant. Il faut si possible corriger le mal.
30. Est-ce que quelqu’un peut être sauvé tout seul ? -
Non.
31. Pourquoi pas ? - Parce que le bien-être et le bonheur d’un individu dépend du bien-être et du bonheur de tous.
32. Pourquoi cela ? - Quelqu’un qui aime ses semblables ne peut jamais être entièrement heureux tant que le Mal et la souffrance existent.

Repost 0
Published by Minot Judson Savage - dans les catéchismes
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 18:53

document à intérêt historique rédigé aux Etats-Unis à la fin du XIXème siècle

VIII - EGLISE

01
. Qu’est ce que l’Eglise ? - Cela vient du grec. C’est une congrégation, une assemblée.
02. Quel âge à l’Eglise ? - Elle a été organisée immédiatement après la mort de Jésus.
03. Est-ce que les juifs avaient des organismes comme des Eglises ? - Oui, des synagogues. Il y en avait une dans chaque ville, et dans les grandes villes, il y en avait plusieurs.
04. Qu’y faisaient-ils ? - Ils lisaient et expliquaient la Loi.
05. Sont-elles liées d’une certaine façon aux Eglises ? - Oui les églises ont été copiées sur elles, et sans elles, les églises n’auraient sans doute pas existées.
06. Quelles étaient les Eglises ? - Des associations volontaires d’hommes et de femmes pour étudier, enseigner et pratiquer le christianisme.
07. Au début, y avait-il des évêques, des dirigeants ? - Non, seuls les apôtres étaient naturellement écoutés et suivis.
08. Comment les Eglises se sont-elles développées et changées ? - Comme elles se sont multipliées, elles se sont divisées en groupes avec des superviseurs, qui furent appelés des Anciens et enfin des évêques.
09. Que signifie évêque ? - Seulement superviseur.
10. Comment l’Eglise catholique s’est-elle développée ? - Après que l’empire romain devienne chrétien , les évêques de Rome ( la capitale) avaient naturellement plus de pouvoir que les autres.
11. Quand l’empire romain est-il devenu chrétien ? - Au début du quatrième siècle, sous l’empereur Constantin.
12. Etait-il un homme bon ? - Non.

13. Pourquoi alors se désignait-il comme chrétien ? - Beaucoup de ses sujets étaient devenus chrétiens et pour lui c’était un choix politique de le devenir.
14. Jusqu’où l’église romaine s’est-elle étendue ? - Pratiquement sur tout le monde civilisé.
15. Qui était à la tête de l’Eglise ? - Le pape, un mot latin voulant dire père.
16. Est-ce que l’Eglise garda le mode de vie simple et les enseignements de Jésus ? - Non : c’est devenu un grand empire, avec le pape comme prince. Il a affirmé être le vice régent de Dieu sur terre.
17. Est-ce que les gens étaient libres de penser et d’étudier ? - Non, les hérétiques étaient persécutés et punis.
18. Qui était hérétique ? - Tous ceux qui refusaient d’accepter les enseignements de l’Eglise.
19. Combien de temps cette Eglise a t-elle régnée en Europe ? - jusqu’au 16ème siècle.
20. Qu’est-il arrivé ensuite ? - Ce qui s’est appelé la Réforme
21. Qui l’a menée ? - Un moine qui s’appelait Luther.
22. Quel en fut le résultat ? - Un grand désengagement de nombreuses personnes de l’Eglise catholique et le développement de nombreux groupes religieux appelés protestants.
23. Pourquoi étaient-ils appelés protestants ? - Parce que lors de la seconde diète de Spire, la minorité, au nom de la liberté religieuse a protesté contre la position de la majorité.
24. Quelles sont les principales Eglises protestantes ? - Les luthériens en Allemagne, l’Eglise d’Angleterre en Angleterre, les presbytériens en Ecosse et en Amérique, les méthodistes, les congrégationalistes et beaucoup d’autres.
25. Quel autre nom ont toutes ces Eglises ? - Elles sont appelées "orthodoxes".
26. Que signifie "orthodoxe" ? - C’est un mot grec qui veut dire "la vraie doctrine".
27. Comment sont appelés les autres ? - Les hérétiques
.
28. Qu’est-ce que cela signifie ? - Cela provient d’un mot grec qui veut dire faire un choix. Donc un hérétique est quelqu’un qui pense librement, et qui choisit ses croyances.
29. Est-ce que nous, les unitariens, sommes hérétiques ? - Oui du point de vue des orthodoxes. Mais nous pensons être les orthodoxes au vrai sens du terme, parce que nous pensons détenir et enseigner la vraie doctrine.
30. Comment les Eglises orthodoxes se différencient-elles entre elles ? - Principalement selon les types de cérémonies et les méthodes de gouvernance.
31. Quelles cérémonies et quel type de gouvernance peuvent avoir les unitariens ? - Celles qu’ils souhaitent. Cependant leur type de gouvernance est généralement congrégationaliste ou démocratique.
32. Quel âge à l’unitarisme ? - Les juifs étaient unitariens, de même que Jésus et les apôtres.
33. Que veut-on dire par là ? - Qu’ils croyaient en l’unité de Dieu et pas en la Trinité. Nous ne disons pas qu’ils partageaient toutes nos croyances actuelles.
34. Quel âge à l’unitarisme actuel ? - Il y avait beaucoup d’unitariens à l’époque de la Réforme. En Hongrie, il y a une Eglise unitarienne depuis cette période.
35. Quand le mouvement moderne des unitariens a t-il commencé ? - En Angleterre et en Amérique au début du 18ème siècle.
36. Qui étaient les premiers prédicateurs unitariens en Angleterre ? - Le révérend Dr. Lindsey, Milton, Newton, Locke, et Priestley étaient unitariens.
37. Qui fut le premier unitarien en Amérique ? - le révérend
Dr. James Freeman, de King’s Chapelle, Adams, Franklin, Jefferson, et d’autres, sans doute Washington, étaient de pratique unitarienne.
38. Qui furent les dirigeants unitariens les plus connus en Amérique ? -
Channing et Parker.
39. Quel est le principe fondamental de l’unitarisme ? - La liberté d’étudier et de croire ce qui semble raisonnable.
40. Quelles sont nos principales croyances ? - Dans l’unicité de Dieu, par opposition à la Trinité, dans sa bonté parfaite, dans l’ascension de l’homme par opposition à sa chute, dans l’humanité de Jésus, par opposition à sa divinité, dans la conception de la Bible comme un livre humain et non surnaturel, dans le salut de l’homme à travers l’esprit, par opposition au salut à travers le dogme ou les sacrements, par le salut final de tous les hommes qui seront amenés à voir et obéir à la vérité par opposition à un enfer sans fin …
41. Est-ce que les gens ont besoin d’appartenir à une Eglise ? - Oui, à la meilleure Eglise connue, parce que l’Eglise est une organisation qui aide les gens à trouver et vivre dans la vérité.
42. Y a t-il une seule vraie Eglise ? - Non , l’Eglise la mieux est celle qui trouve et pratique le plus dans la vérité.
43. Pourquoi sommes-nous unitariens ? - Parce que les doctrines unitariennes nous semblent les plus vraies, et parce que nous avons la liberté d’étudier et de trouver de nouvelles vérités.
44. Est-il mauvais de quitter l’Eglise unitarienne pour les anciennes Eglises ? - Nous pensons que ça l’est.
45
. Pourquoi ? - Parce que ça n’est pas suivre Dieu, qui mène le monde vers une vérité nouvelle et plus haute.
46. Est-ce que la majorité n’a pas plus de chance d’avoir raison ? - Non, dans l’éducation, les sciences, la philanthropie, c’est toujours les gens peu nombreux qui mènent, comme dans une armée, l’avant-garde est plus réduite que le reste des troupes.
47. De quoi devons-nous principalement nous préoccuper ? - D’avoir le plus possible de vérité, d’aider à mener et faire progresser le monde. Jésus et d’autres grands visionnaires étaient dans la minorité.

Repost 0
Published by Minot Judson Savage - dans les catéchismes
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 18:32

document à intérêt historique rédigé aux Etats-Unis à la fin du XIXème siècle

IX - LA MORT ET APRES 

01
. Qu’est-ce que la mort ? - C’est la fin de la vie de notre corps.
 
02. Est-ce une punition pour un péché ? - Non, elle existe aussi pour les animaux les plus primitifs, avant même qu’aucun homme ne fasse de péché.
03. Pourquoi est-elle venue dans ce monde ? - C’est la loi de toutes les créatures organisées, elles doivent mourir de la même façon qu’elles sont nées.
04. C’est le Mal ? - Non, telles que les choses sont dans ce monde, cela serait bien pire si il n’y avait pas la mort.
05. Est-ce que cela nous éloigne du bonheur du monde ? - Non, il y a plus de bonheur avec la mort.
06. Comment cela ? - Si il n’y avait pas la mort, le monde serait rempli de toutes sortes de créatures, en même temps qu’avec les hommes.
07. Et ensuite ? - Personne ne pourrait plus naître, et donc personne ne pourrait plus connaître la joie de vivre. La vie est comme une fête. Si la première tablée reste tout le temps assise, personne ne peut plus venir.
08. Qu’est-ce qui fait que les gens ont peur de la mort ? - Principalement les vieilles croyances sur le monde de l’au-delà.
09. Quoi d’autre ? - La maladie et la souffrance qui y sont liées.
10. Y a-t-il d’autres choses encore ? - Oui : la séparation d’avec les amis.
11. Est-ce qu’ils font vraiment partie de la mort ? - Non, les peurs quant à l’avenir sont principalement imaginaires. La maladie et la souffrance n’existent plus lorsque les gens apprennent à vivre correctement, et la séparation n’est que temporaire.
12. Qu’est ce que doit être la mort alors ? - Une joyeuse renaissance dans une autre forme de vie, à partir ce celle-ci (quand elle est correcte).
13. Pourquoi les gens doivent-ils mourir si tôt ? - Non, c’est parce que nous ne connaissons pas et nous ne respectons pas les lois de la santé.
14. Peut-on espérer que tant de maladies, de souffrances et de morts précoces soient évitées ? - Oui, nous le pouvons.
15. Alors que sera la mort ? - Elle sera comme un sommeil qui vient lorsqu’on est fatigué.
16. Est-ce que la mort est la fin ? - Non, nous pensons qu’elle n’est qu’une sorte de nouvelle naissance.
17. Est-ce que la mort change l’esprit de quelqu’un ? - Non : pas plus que l’esprit ne change après une nuit de sommeil.
18. Y a t-il des endroits particuliers appelés Paradis et Enfer ? - Non, chaque âme est heureuse ou malheureuse en fonction de son esprit.
19. Est-ce que quelqu’un peut trouver le bonheur après la mort sans pour autant avoir fait de bonnes choses ? - Non, faire de bonnes choses, c’est la seule possibilité.
20. Où vont ceux qui sont morts ? - Probablement pas très loin.
21. Est-ce qu’il y a une planète particulière qui serait leur domicile ? - Probablement pas. Le monde spirituel doit être très près de nous, et peut être ses habitants peuvent aller d’un endroit à l’autre, selon leur plaisir ou leur devoir.
22. Les esprits ont-ils des formes ou des corps ? - Probablement : seulement sous une forme que nous connaissons très peu, voir pas du tout à l’heure actuelle.
23. Pourquoi ne le savons-nous pas ? - La connaissance est limitée par l’expérience, et comme nous n’avons pas d’expérience par laquelle nous pouvons tirer des enseignements sur ce sujet, nous ne le savons pas.
24. Que font ces esprits spirituels ? - Ils étudient et vivent leurs propres vies comme nous le faisons ici. Ils peuvent aussi nous servir, nous aider, nous influencer de plusieurs façons, même si on ne peut pas les voir.
25
. Devons-nous craindre la mort alors ? - Non, après que nous ayons appris ce que la terre avait à nous enseigner, nous pourrons anticiper pour aller dans cette vie supérieure.

26. Qui trouverons-nous là-bas ? - Tous les grands et nobles esprits des époques anciennes. Et aussi nos proches qui sont morts.
27. La mort alors n’est pas le signe d’une colère de Dieu à notre égard ? - Non, c’est l’un des cadeaux de Dieu à ses enfants.
28. Devons-nous alors ne rien craindre du tout dans la mort ? - Seulement les conséquences naturelles de nos actions, comme ici.
29. Est-ce que la mort sera meilleure avec certains que pour d’autres ? - Oui, cela sera mieux là-bas pour ceux qui ont eut une vie meilleure ici.
30. Pourquoi ? - Simplement il est plus facile et mieux de sortir de la vie si auparavant on s’y est bien préparé.
31. Quelle est alors la vraie finalité de l’homme ? - D’apprendre à vivre de façon correcte, car cela signifie du bonheur dans ce monde et dans tous les mondes.

Repost 0
Published by Minot Judson Savage - dans les catéchismes
commenter cet article
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 19:31

d’après un texte de Michel Jas, publié par Evangile et Liberté.

Les Réformes protestantes expliquent leurs différences théologiques par rapport au catholicisme en publiant des " catéchismes " : Luther avec le Petit et le Grand catéchisme, Calvin avec le catéchisme de Genève, Faust Socin et les unitariens polonais avec le catéchisme de Rakow, etc. Les catholiques répondirent aussitôt avec les catéchismes de Canisisus et de Bellarmin en attendant celui, officiel, du concile de Trente.


Ces catéchismes, avec questions-réponses, se caractérisent par une certaine rigidité du moins formelle. Michel Jas note une première inflexion dans le catéchisme, qu’il qualifie de "pré-libéral", du Nîmois Samuel Vincent en 1817 lequel dissocie le Symbole des apôtres (le Credo), les 10 commandements et l’Oraison dominicale (le Notre Père) des vérités de la religion et des devoirs de la religion en les plaçant en annexe à coté d’une liste de passages bibliques et un recueil de prières.


Egalement qualifié de pré-libéral, celui du pasteur parisien Coquerel (père) (éditions de 1833 ou de 1855), lequel développe la présentation chronologique (religion naturelle, révélation primitive, patriarcale, mosaïque, prophétique, Jésus-Christ) et abandonne la référence au Symbole des apôtres.


le-cat--chisme-du-pasteur-Desmons.jpgUn autre catéchisme aurait pu être pré-libéral : le cours de religion de 1863 * de Frédéric Desmons qui fut un temps chef de file des pasteurs libéraux dans le Gard (Il renoncera en 1881 au pastorat pour se consacrer à la politique et à la direction du Grand Orient ; il finira libre penseur) ; malheureusement le contenu en est bien classique.

* Le manuscrit de 660 pages est déposé actuellement au Fonds protestant de la médiathèque Carré d’Art de Nîmes.

Finalement, la pensée des libéraux qui ont influencé notre protestantisme français au XIXe siècle, se retrouve au sein d’une équipe pastorale du Midi de la France, avec des pasteurs desservant les villes de Mazamet, Nîmes, Montauban et Montpellier. Ceux-ci utilisent le catéchisme dit " de Louis Salles ", manuel d’instruction religieuse refondu et réédité plusieurs fois entre les deux guerres mondiales par les pasteurs Fayot et Genet.


Assurément certaines pages sont aujourd’hui à critiquer, mais le document comporte pour son époque plusieurs hardiesses dogmatiques :

  • toutes les religions peuvent être considérées comme révélations de Dieu,
  • l’idée que l’Univers renferme d’autres humanités que celle de la terre est proposée,
  • la Bible n’est pas exempte de récits légendaires,
  • Jésus-Christ a dans son enseignement changé notre image de Dieu,
  • le Salut universel est évoqué ( nous pouvons espérer qu’en fait…).

Il est classiquement libéral par son souci de faire concilier :

  • la science et la foi (la naïveté du livre de la Genèse est reconnue, la création est comprise de façon évolutive et sans péché originel),
  • le naturel et le spirituel ( Jésus-Christ n’est pas revenu sur terre - c.-à-d. ressuscité- matériellement),
  • l’historique et la recherche critique (est évoqué par exemple-nous le soulignons car la catéchèse est généralement focalisé autour de Bethléem par les fêtes de Noël - que pour certains historiens Jésus serait né à Nazareth),
  • l’humain et le divin (J.-C. est présenté plus par son enseignement que par l’idée d’incarnation).


Puis ce sera la belle génération du protestantisme libéral à l’Oratoire du Louvre avec les pasteurs Wilfred Monod – le père de Théodore, " le saharien " - avec son ouvrage " Viens et vois " (Paris 1928), puis André-Numa Bertrand avec " La vie divine " * (cours d’instruction religieuse 1944-1946).

 * document mis en ligne sur le site de l’Oratoire du Louvre 

Pour en savoir plus : " Ancien catéchisme protestant libéral " par Michel Jas, mis en ligne par Evangile et Liberté dans sa rubrique "Documents", article qui introduit le catéchisme des pasteurs libéraux du Midi (Salles, Fayot, Genet), également mis en ligne en format .pdf

Repost 0
Published by d'après Michel Jas - dans les catéchismes
commenter cet article