Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 19:31

d’après un texte de Michel Jas, publié par Evangile et Liberté.

Les Réformes protestantes expliquent leurs différences théologiques par rapport au catholicisme en publiant des " catéchismes " : Luther avec le Petit et le Grand catéchisme, Calvin avec le catéchisme de Genève, Faust Socin et les unitariens polonais avec le catéchisme de Rakow, etc. Les catholiques répondirent aussitôt avec les catéchismes de Canisisus et de Bellarmin en attendant celui, officiel, du concile de Trente.


Ces catéchismes, avec questions-réponses, se caractérisent par une certaine rigidité du moins formelle. Michel Jas note une première inflexion dans le catéchisme, qu’il qualifie de "pré-libéral", du Nîmois Samuel Vincent en 1817 lequel dissocie le Symbole des apôtres (le Credo), les 10 commandements et l’Oraison dominicale (le Notre Père) des vérités de la religion et des devoirs de la religion en les plaçant en annexe à coté d’une liste de passages bibliques et un recueil de prières.


Egalement qualifié de pré-libéral, celui du pasteur parisien Coquerel (père) (éditions de 1833 ou de 1855), lequel développe la présentation chronologique (religion naturelle, révélation primitive, patriarcale, mosaïque, prophétique, Jésus-Christ) et abandonne la référence au Symbole des apôtres.


le-cat--chisme-du-pasteur-Desmons.jpgUn autre catéchisme aurait pu être pré-libéral : le cours de religion de 1863 * de Frédéric Desmons qui fut un temps chef de file des pasteurs libéraux dans le Gard (Il renoncera en 1881 au pastorat pour se consacrer à la politique et à la direction du Grand Orient ; il finira libre penseur) ; malheureusement le contenu en est bien classique.

* Le manuscrit de 660 pages est déposé actuellement au Fonds protestant de la médiathèque Carré d’Art de Nîmes.

Finalement, la pensée des libéraux qui ont influencé notre protestantisme français au XIXe siècle, se retrouve au sein d’une équipe pastorale du Midi de la France, avec des pasteurs desservant les villes de Mazamet, Nîmes, Montauban et Montpellier. Ceux-ci utilisent le catéchisme dit " de Louis Salles ", manuel d’instruction religieuse refondu et réédité plusieurs fois entre les deux guerres mondiales par les pasteurs Fayot et Genet.


Assurément certaines pages sont aujourd’hui à critiquer, mais le document comporte pour son époque plusieurs hardiesses dogmatiques :

  • toutes les religions peuvent être considérées comme révélations de Dieu,
  • l’idée que l’Univers renferme d’autres humanités que celle de la terre est proposée,
  • la Bible n’est pas exempte de récits légendaires,
  • Jésus-Christ a dans son enseignement changé notre image de Dieu,
  • le Salut universel est évoqué ( nous pouvons espérer qu’en fait…).

Il est classiquement libéral par son souci de faire concilier :

  • la science et la foi (la naïveté du livre de la Genèse est reconnue, la création est comprise de façon évolutive et sans péché originel),
  • le naturel et le spirituel ( Jésus-Christ n’est pas revenu sur terre - c.-à-d. ressuscité- matériellement),
  • l’historique et la recherche critique (est évoqué par exemple-nous le soulignons car la catéchèse est généralement focalisé autour de Bethléem par les fêtes de Noël - que pour certains historiens Jésus serait né à Nazareth),
  • l’humain et le divin (J.-C. est présenté plus par son enseignement que par l’idée d’incarnation).


Puis ce sera la belle génération du protestantisme libéral à l’Oratoire du Louvre avec les pasteurs Wilfred Monod – le père de Théodore, " le saharien " - avec son ouvrage " Viens et vois " (Paris 1928), puis André-Numa Bertrand avec " La vie divine " * (cours d’instruction religieuse 1944-1946).

 * document mis en ligne sur le site de l’Oratoire du Louvre 

Pour en savoir plus : " Ancien catéchisme protestant libéral " par Michel Jas, mis en ligne par Evangile et Liberté dans sa rubrique "Documents", article qui introduit le catéchisme des pasteurs libéraux du Midi (Salles, Fayot, Genet), également mis en ligne en format .pdf

Repost 0
Published by d'après Michel Jas - dans les catéchismes
commenter cet article
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 08:37

Buvard-Servet-portrait.jpg 
portrait de Michel Servet (1511-1553) sur un buvard distribué aux écoliers (après l'assassinat de Jean Jaurès le 31 juillet 1914) 

remarquer la tâche d'encre sur le front de Michel Servet : le buvard a (un peu) servi !

Repost 0
Published by transmis par Fabien Girard - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 07:41
L'Ecole républicaine, du moins celle des IIIème et  IVème, s'occupait de la morale et du civisme. En voici la preuve avec ce buvard consacré à Michel Servet ... et à Jaurès. 


Buvard-Servet-1.jpg




Michel Servet : illustre savant et libre penseur, persécuté par l'Inquisition et brûlé par Calvin, à Genève, où il s'était réfugié (1509-1553). ndlr. plutôt 1511 comme date de naissance, un peu moins savant qu'il n'est dit et plutôt théologien chrétien (ce qui n'est pas dit).


Jean Jaurès : apôtre du socialisme, de la laïcité et de la paix. Assassiné à Paris, le 31 juillet 1914, par un fanatique.


Deux figures de notre histoire nationale réunies par le fait d'avoir été toutes deux victimes du fanatisme.


La Laïcité, c'est la Tolérance, c'est la Fraternité !


Cher petit enfant. Travaille sans répit ! Instruis-toi ! Enrichis ton cerveau !
Petit enfant ! Quand tu seras un homme tu ne mettras rien au-dessus de la RAISON ...
Tu refuseras d'être ignorant, un esprit borné, un fanatique, un paresseux.
Tu voudras être un homme libre, une conscience affranchie.
Et ce sera le meilleur moyen, cher enfant, de bien servir ta famille, ton pays, l'HUMANITE TOUTE ENTIERE - et la noble cause du PROGRES.


Merci à Fabien Girard de nous avoir transmis ce rare document et merci à toux ceux qui ont (pieusement) conservé ce buvard ainsi que les y invitait le ministre de l'Enseignement de l'époque.



Le verso de ce buvard, centré sur la figure de Jules Ferry, est reproduit ce jour dans les Actualités unitariennes (rubrique : "vive l'interconvictionnel !")

Repost 0
Published by document transmis par Fabien Girard - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
12 janvier 2008 6 12 /01 /janvier /2008 12:31

Pierre-Jean Ruff est pasteur de l’Eglise réformée de France (ERF).


Pierre-Jean-Ruff.jpgIl a exercé son ministère pastoral successivement à Saint-Privat de Vallongue-Cassagnas-Barre des Cévennes (Lozère), Clairac (Lot-et-Garonne) Paris-Etoile, Houilles -Sartrouville-Maisons-Laffitte (dans les années 80, il fut président du Consistoire du Nord-Ouest) et finalement à Paris-Bastille (le Foyer de l'âme fondée par Charles Wagner).


Attaché à la tradition théologique libérale, il se revendique des courants spiritualistes, unitariens et dualisants qui ont notamment caractérisé le christianisme gnostique des premiers siècles et la théologie des cathares.


Il fut, durant 8 ans, président du comité d’Evangile et Liberté, puis rédacteur chargé des numéros spéciaux de la revue de cette association. Il participe à l’Association protestante libérale (Paris) devenue l’association Théolib, d’inspiration protestante libérale.


Il a manifesté ouvertement ses convictions unitariennes dans son livre sur le protestantisme libéral paru en 1993. Durant plusieurs années, il anima un jumelage entre le Foyer de l’âme et l’une des deux paroisses de l’Eglise unitarienne d’Odorheiu-Secuiesc, en Transylvanie (district d’Harjita). Il est conseiller honoraire de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) depuis 2004 et, depuis le début de 2008, il représente cette association auprès de la Fédération des réseaux des Parvis.


Convaincu que le protestantisme libéral s’inscrit dans une théologie libérale qui concerne tous les chrétiens, il a été l’un des organisateurs de la célébration libre faite à Paris en juin 2004 avec la Fédération des réseaux des Parvis d’une célébration libre réunissant des catholiques, des protestants et des unitariens, célébration qui s’est accompagnée d’un manifeste qui fut publié par Golias (voir les Cahiers Michel Servet n° 1 – CMS 1 – dans La Besace des unitariens).


Homme engagé, il est président du Comité Justice et Paix pour la Palestine et le Proche-Orient du 5e arrondissement de Paris

Repost 0
10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 11:25

Bibliographie parue dans les Cahiers Michel Servet, n° 7, février 2007, " Des origines du christianisme aux cathares et des cathares à nous ", par Pierre Jean-Ruff, préface de Michel Jas, 16 p. + couv., publié par l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) et le réseau francophone de la Correspondance unitarienne. Complétée en date du 14 novembre 07.


1980 - Être pasteur aujourd’hui ?  Paris, Les Publications universitaires, (en dépôt chez l’auteur) 

1983 - Comment comprendre la Bible ? Carrières-sous-Poissy, La Cause.

1989 - Un seul Dieu ? ou le problème du mal, Lillois (Belgique), Alliance (épuisé).

1993 - " Le dualisme ", revue Vivre, 93/3, Lillois.

1993 - Le protestantisme libéral , vers un christianisme d’ouverture, Paris, Editions Le Foyer de l’âme, Eglise réformée de la Bastille, préface de Laurent Gagnebin, 134 p. ; réédité en 2005 par Théolib (Paris), revue et augmentée, avec une préface de Paul Abéla, 119 p., hors série n° 1, année VIII, juin.

1994 - Souffle des quatre vents, plaidoyer pour l’Esprit et la mystique, Paris, Fernand Lanore, 158 p.

1995 - en collaboration avec Anne Brenon, Le christianisme des Bons Hommes, message des cathares pour aujourd’hui, Paris, Le Foyer de l’âme (en dépôt chez l’auteur).

1996 - Le Dieu Esprit ; méditations à partir de l’évangile de Jean, Rouvray, Le Prieuré, en dépôt chez l’auteur

1999 - Charles Wagner et le Foyer de l’Âme, Paris, Van Dieren.

2004 - Marie de Magdala, figure de proue du christianisme de sensibilité gnostique, Nîmes, C. Lacour (www.editions-lacour.com ou www.livres-regionaux.com en cours de construction, c.lacour@editions -lacour.com), 164 p. 

2007 - " Des origines du christianisme aux cathares et des cathares à nous " par Pierre Jean-Ruff, Cahiers Michel Servet n° 7, février 2007, 16 p. + couv., préface de Michel Jas, articles mis en ligne sur le site Protestants dans la ville à la référence suivante http://castelg.club.fr:80/gl122.htm et dans La Besace des unitariens.

2007 – Tous exorcistes ; notre pouvoir sur le Mal, Nîmes,
éditions Lacour, 143 p., 15 euros (peut être commandé en ligne), présentation faite dans les "Actualités unitariennes" du vendredi 21 décembre 07 "la démocratie de l'exorcisme".

Articles parus dans la revue Théolib 

Jésus-Christ ou Jésus le Christ ?
(n° 17), Jésus est-il mort pour nos péchés ? (n° 17), Libéralisme et cléricalisme (n° 18), L’homme et le vertige de l’infini (n° 19), Défense du polythéisme (n° 20), Le diable (n° 26), Pourquoi je suis en désaccord avec la théologie de Paul (n° 32).
 

Autres articles sur le site Protestants dans la ville 


(page regroupant les articles de l’auteur, le 14 novembre 07,
 http://castelg.club.fr:80/gl122.htm)

 

Repost 0
Published by La Besace des unitariens - dans RUFF Pierre-Jean
commenter cet article
22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 17:39
MARCHAND d’Arvert Paul, 1870 – Jean Hus, sa vie, ses doctrines – Essai historique. Montauban, imprimerie Forestié Neveu (thèse soutenue devant la Faculté protestante de Montauban en juillet 1870, l’auteur est originaire de la Charente Maritime), réédité à Nîmes par les éditions Lacour en 2003 (ventes en ligne, http://editions-lacour.com)
 

Jean Hus (1373- 6 juillet 1415) est un Réformateur de la Bohème considéré comme précurseur, un siècle auparavant, de la Réforme protestante de Luther. Lui et ses partisans restèrent fidèles à l’église de Rome, en dépit des persécutions. L’actuelle Eglise hussite revendique son héritage (voir la rubrique qui lui est consacrée sur le site de l’AFCU).


Tch--coslovaquie-----CCSH---Jan-Hus-sur-le-bucher.gifJean Hus, en bute contre le pape Jean XXIII, fut brûlé sur ordre des évêques réunis au concile de Constance en dépit d’un sauf-conduit de l’empereur Sigismond, roi de Hongrie. 


Cette exécution déclancha une importante révolte armée de la Bohème contre Rome, laquelle fut réduite avec difficulté par des croisades.


L’exposé de ses doctrines portent sur l’Eglise (pp. 33-37), les Ecritures (pp. 37-41), la Cène (pp. 41-44), l’intercession des saints (pp. 44-46), l’adoration des images (pp. 46-48).


Revendiquant la communion sous les deux espèces, l’histoire hussite est à l’origine du calice des unitariens (voir la rubrique concernant ce calice sur le site de l’AFCU).


Notre message antérieur du 30 avril 07 présente une bibliographie sur Jean Hus.

Repost 0
Published by Barbier Jean-Claude - dans (hist) HUS Jan
commenter cet article
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 17:26
en complément de notre message du jeudi 29 novembre 07 dans les Actualités unitariennes, rubrique " vient de sortir ", voici la table des matières des actes du colloque de décembre 2003 à la Sorbonne consacré à Michel Servet et qui viennent d’être publiés aux éditions Honoré Champion " Michel Servet (1511-1553), hérésie et pluralisme du XVI° au XXI° siècle ", textes réunis par Valentine Zuber.


I – Introduction.

Avant-propos par Marie-Françoise Courel, présidente de l’Ecole Pratique des Hautes Ecoles (EPHE), Paris (p. 9-10). Les enjeux d’une commémoration par Valentine Zuber, maître de conférences à l’EPHE (p. 11-23)

II – Revenir à Michel Servet.

Les procès de Michel Servet à Vienne et à Genève (1553) par Marianne Carbonnier-Burkhard, Faculté libre de théologie protestante de Paris (p. 27-52). Michel Servet à Paris (1537-1538) ; questions biographique par Jean Dupèbe, professeur à l’Université de Paris X - Nanterre (p. 53-72). Michel Servet a-t-il effectivement contribué à la découverte de la circulation sanguine ? par Jean-Jacques Dreifuss, Institut d’histoire de la médecine et de la santé et Département de physiologie, Centre médical universitaire de Genève (p. 73-85).

III – Lire Michel Servet

Traduire Servet par Rolande-Michelle Bénin, professeur agrégé de Lettres classiques (p. 89-108). Michel Servet et la Bible par Bernard Roussel, directeur d’études émérite à l’EPHE (p. 109-127). Michel Servet et les pères anté-nicéens par Irena Backus, Institut d’histoire de la Réformation, Genève (p. 129-167)

IV – Michel Servet et son héritage

Un pamphlet bâlois : l’histoire de la mort de Servet (décembre 1553 ?). Introduction et traduction par Bernard Roussel, EPHE (p. 171-183). Après Michel Servet : hérésie et antitrinitarisme par Luisa Simonutti, CNR, Milan (p. 185-212). Deux concepts de tolérance : Sébastien Castellion et Michel de l’Hospital par Maria d’Arienzo, Droit civil et droit canonique de l’Université Feredico II de Naples (p. 213-223). De la tolérance au pluralisme : l’affaire Servet au prisme de l’historien Roland H. Bainton (1894-1984) par Valentine Zuber, EPHE (p. 225-271)

V – Des condamnations aux reconnaissances

Les Eglises luthériennes, réformées et catholiques face aux anabaptistes, de la condamnation à la reconnaissance par Neal Blough, Centre mennonite de Paris, Faculté libre de théologie évangélique (p. 275-291). Excommunications injustes et remise en cause des condamnations du passé par Laurent Mayali, directeur d’études à l’EPHE (p. 293-306). Hérésie et pluralisme dans l’Europe du XXI° siècle par Jean-Paul Willaime, directeur à l’EPHE (p. 307-318). Peut-on encore être trinitaire au XXI° siècle ? par Pierre Gisel, professeur ordinaire à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’université de Lausanne (p. 319-331).

VI – Conclusion

Castellion, ancêtre de la tolérance religieuse ? par Etienne Barilier, écrivain et essayiste, Lausanne (p. 335-348)

VIII – Bibliographie

Bibliographie (p. 349). Textes de référence (p.349-351). La polémique entre Théodore de Bèze et Sébastien Castellion (p. 351-352). Choix de travaux (p. 353-366).

Index des noms propres (p. 367-372). Table des matières (p. 373-374).

 

Repost 0
Published by Barbier Jean-Claude - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 14:22

"Réflexion sur le caractère interdépendant de toutes les formes d'existence", par Joshua Snyder (allocution datant du 20 août 2000, l'auteur est pasteur unitarien américain à la Second Unitarian Church of Omaha. Traduction en français par la Tribune libre unitarienne), extrait de son article.


Le septième principe des unitariens universalistes est "le respect du caractère interdépendant de toutes les formes d’existence qui constituent une trame dont nous faisons partie". […] 
Quand je pense au "caractère interdépendant de toutes les formes d’existence", quelque chose de grand, d’ordre cosmique, me vient à l’esprit. À mon avis, cette idée est au cœur même de la théologie unitarienne universaliste. L’interconnexion de tous les êtres vivants et non vivants m’interpelle.


Cette idée est devenue aujourd’hui en quelque sorte l’idée-force de l’UUisme. Mais son origine remonte au moins à nos ancêtres transcendantalistes du 19e siècle. La surâme (1), d’Emerson, ressemble un peu à la notion "connections cachées" (2) dont fait allusion une vaste série de domaines, tels l’écologie, la physique, l’économie, le mysticisme, le droit, la biologie, la théologie, et la spiritualité. L’existence de connections quelconques qui lient tout, y compris nous mêmes, est un sous-entendu dans tous ces champs d’intérêt, comme dans les diverses théologies auxquelles souscrivent les unitariens et universalistes.

1 - Ralph Waldo Emerson lance le mouvement trancendandaliste avec son essai Nature de 1836. Pour lui les hommes communient dans l’oversoul (l’âme universelle, ou la surâme) dont la nature est l’incarnation. Chaque âme représente une part de la surâme, et l’individu accède à la transcendance grâce à la connaissance de soi et à la foi en la nature. Bronson Alcott, George Ripley, Oreste Brownson, Jones Very, William Ellery Channing et Margaret Fuller joignent leur voix à celle d'Emerson dans la revue The Dial (1840-1844). Le poète Henry David Thoreau applique les idées d'Emerson et vit en ermite dans une cabane, puis relate son expérience dans Walden ou la Vie dans les bois (1854).

2 - Fritjof Capra, The Hidden Connections. A science for sustainable living, Anchor Books, New York, 2004


Le théologien universaliste Clarence Skinner a écrit un essai, intitulé Unity of Universals, dans les 1920. J’adore ce titre parce qu’il contient à la fois " unité " comme dans unitarien et " universel " comme dans universaliste. Dans son essai, Skinner fait valoir que les forces cosmiques universelles de la science, l’astronomie et la cosmologie, d’un commun accord, décrivent l’univers comme étant immense et infini. Comme nous venons de le dire dans le répons de tout à l’heure, nous sommes "des poussières d’étoiles". Tous les éléments de la terre furent créés lors de réactions nucléaires dans la partie centrale des étoiles. Nous vivons et avons évolué sur une grosse boule de poussière, vestige d’une explosion très ancienne d’étoiles. Skinner fait le constat que les observations scientifiques sur l’univers sont comme des observations poétiques ou spirituelles. 

Le Mariage du Ciel et de l’Enfer
(3), de Blake, est un bon exemple de telles observations. Selon Blake, le Ciel et l’Enfer se dévorent mutuellement. Ce ne sont en réalité que deux aspects du monde dans lequel nous vivons. Les anges et les démons sont, à proprement parler, une même chose; ils apparaissent différents dépendant de l’angle d’où on se place pour les voir. Vos démons intérieurs peuvent être des anges bienfaiteurs, et les bienfaits eux-mêmes des malédictions déguisées.

3 - 'Le Mariage du Ciel et de l'Enfer' est un texte mystique à résonances bibliques écrit pour contrer Swedenborg et dont Gide admirait le sublime équivoque. William Blake proclame l'unité humaine, attaque la prudence et le calcul au nom de l'épanouissement de l'être réconciliant désir, sagesse et raison. L'amour comme la haine étant nécessaire à la vie, c'est le choc des contraires qui provoque le surgissement de la force créatrice et la progression de l'être individuel. Il oppose ainsi la raison à la vision intuitive, à laquelle va sa préférence.

Repost 0
Published by Joshua Snyder - dans Tribune libre unitarienne
commenter cet article
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 18:15

Noël sur terre



Du même désert, de la même nuit, mes yeux las, toujours, 
se réveillent à l'étoile qui est d'argent. 
On me dit que c’est là l’Etoile que suivirent les trois mages,
qui pour moi sont les Rois de la vie : 
le coeur, l'âme et l'esprit.


Quand irons-nous, par delà les grèves et les monts, 
saluer la naissance du travail libéré,
la fuite des tyrans et des démons,
la fin de la superstition, l’avènement de la sagesse nouvelle,
adorer - les premiers! - Noël sur terre !


Arthur Rimbaud, est le quatrième des Rois Mages,
celui dont l'histoire ne parle pas.
Par trop impatient à dessiner des étoiles dans le ciel,
il perdit de vue celle pour laquelle il s'était mis en marche.
Dans la nuit, il s’égara.
Moi qui me suis dit mage ou ange,
dispensé de toute morale,
me voici rendu au sol rugueux à étreindre !


Victor Hugo est le journaliste qui était sur les lieux
quand les Rois Mages parcouraient la nuit. 
Il a vu les Mages, il a vu l'Etoile, il a vu l'Enfant. 
Tout au long de sa vie, sans cesse, il a couvert l'événement : 
voici, dit-il, que la puissance des rois
s'incline devant l'innocence de l'enfant
Voici l'heure de paix, que la terre réclame,
où le chant divin donne au coeur humain sa flamme.
La pensée a grandi car le rêve est venu.


" Il est le regard vierge, il est la bouche rose
On ne sait avec quel ange invisible il cause.
N'avoir pas fait de mal, ô Mystère profond.
Tout ce que les meilleurs font sur terre ou défont,
ne vaut pas le sourire ignorant et suprême
de l'enfant qui regarde, et s'étonne et nous aime ".



envoyé au réseau par Pierre Castaner 
(Café du Courant d’air, Marseille)

Repost 0
Published by envoi de Pierre Castaner - dans CU 2007 - articles
commenter cet article
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 18:10

L’unitarien


En quoi un berger est-il bon,
s’il ne rassemble ses brebis pour les conduire au pâturage ?
Le rassembleur !

En quoi l’aimant est-il utile à un couturier,
s’il n’attire pas ses aiguilles ?
Le magnétiseur !

En quoi le vent qui souffle est-il présent,
s’il ne convie les feuilles des arbres à se donner des baisers ?
Le rafraîchisseur !

En quoi le chemin est-il ouvert,
S’il ne mène à la fraternité et à l’égalité entre tous les hommes ?
L’unitarien !



François dit le Vannier, artiste plasticien," rastar chrétien " de Porto-Novo (Bénin) ; poème rédigé pour une veillée transconfessionnelle, le jeudi saint, 28 mars 2002

Repost 0
Published by François dit Le Vannier - dans CU 2007 - articles
commenter cet article