Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 11:49

Statue de Michel Servet à Paris, photo et traitement, Jean-Claude Barbier, samedi 28 mars 2009.
Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 11:28
Les anciennes indications parlent de la place Montrouge. Effectivement c'est dans la direction de la banlieue qu'était Montrouge, encore toute rurale au XIXème siècle, devenue depuis commune. Cette ancienne place, qui fait face à la mairie du XVIème arrondissement, est dénommée aujourd'hui "place Ferdinand Brunot" et elle divisée en deux squares dédiés, celui plus au nord à Ferdinand Brunot, et celui plus au sud à l'aspirant Dunant.

La statue de Michel Servet, érigée en juillet 1908, "à la garde du peuple" ainsi que c'est gravé sur son socle, se trouve dans le second square, juste au bord de la rue Mouton-Duvernet. Libres-penseurs et unitariens vont lui rendre hommage.

Pour y accéder, nous vous conseillons les stations de métro "Gaïté" (plus au nord-ouest, ligne 14 , descendre alors l'avenue du Maine) et de "Mouton Duvernet (plus au sud-est, ligne 4, emprunter alors la rue du même nom).

Repost 0
Published by La Besace des unitariens - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 09:47
A l'occasion du passage à Paris du président de l'International Council of Unitarians and Universalists (ICUU), Brian Kiely et de son épouse, ce samedi 28 mars 09, la statue de Michel Servet à Paris a été une nouvelle fois fleurie (les Actualités unitariennes en ont rendu compte, lien). C'est la troisième fois que les unitariens français font un tel geste (déjà en mars 2006, puis en octobre 2007).

Ce samedi 28 mars, le ciel était couvert et les parapluies déployés. Le contrejour s'en est trouvé atténué, rendant les photos moins contrastées. En voici quelques unes (de Jean-Claude Barbier) :




Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 07:17

d'après l'article "Anniversaire : Michel Servet, une figure illustre, Un penseur libre sacrifié", publié le jeudi 30 octobre 2008 sur le site du Forum social Haute-Savoie (FSD 74). 

 


Deux conférences à l’Hôtel de Ville d’Annemasse, ont eu lieu le 19 novembre 2008 de 18h à 20h : Guy Gavard , ancien maire d’Annemasse "Un exemple des conflits de la tolérance : la statue de Michel Servet d’Annemasse, 1908, 1960, 1988" et José Goemans , président départemental de la Libre Pensée : "Michel Servet, grande figure de la pensée Libre".

Ce monument d’Annemasse, érigé en 1908, est dû à l’initiative d’un comité local "Michel Servet" qui bénéficia du soutien de personnalités radicales et franc-maçonnes : Edouard Herriot, maire de Lyon, Fernand David, député de Haute-Savoie, etc. Ce comité acheta la sculpture d’une artiste genevoise, Clotilde Roch, dont Genève avait refusé. Ce fut, au dire de la municipalité d’Annemasse, le "premier ornement laïque de la Ville". 470 convives participèrent au banquet d’inauguration.

Statue de Michel Servet à Annemasse en 1908, carte postale éditée par le libraire Richard (Annemasse), vue sur le site de La Salésienne.

Le régime collaborationniste de Vichy envoya la statue en Allemagne en 1942 pour y être fondue. La Résistance locale déposera sur le socle du monument détruit, une couronne dont le nœud portait l’inscription : "À Michel Servet, la première victime du fascisme". Après guerre, le frère de l’artiste ayant conservé le moule en plâtre, un nouveau comité Michel Servet souhaita en 1956 la réinstallation de la statue : elle le fut le 4 septembre 1960 à l’entrée du parc municipal, puis, en 1988, lors de l’aménagement de la place de la mairie, à son premier emplacement, en plein centre ville. Informations lues sur 
le site de La Salésienne.

A l’initiative d’Albert Blanchard-Gaillard, président de l’Association française francophone (AUF), une rencontre unitarienne eut lieu à Annemasse du 30-31 octobre 1993, pour le 440 ème anniversaire de l’exécution de Michel Servet (le programme en fut annoncé dans les Approches unitariennes le bulletin interne de l’association, dans son n° 18, août, octobre 1993). En 2001, dans le cadre d’un avant-projet d’association nationale "Michel Servet", Jean-Claude Barbier prit contact avec la mairie d’Annemasse (novembre 2001, correspondance avec Robert Borrel, maire d’Annemasse et conseiller régional Rhône-Alpes), mais le projet ne vit pas le jour.

En plus des libres-penseurs dont les efforts sont à l’origine de l’érection de cette statue, puis de sa réinstallation, les chrétiens unitariens sont mentionnés. Les sources documentaires indiquent le site de La Besace des unitariens (voir notre rubrique consacrée à Michel Servet
) et un article de Jean-Claude Barbier paru dans Profils de liberté sur l’histoire du christianisme unitarien.


Nous remercions Fabien Girard de nous avoir signalé cette manifestation d'Annemasse.

Repost 0
Published by d'après le Forum social de Haute-Savoie - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 15:50

n° 90, avril 09 – Un espace de prière alternatif


Article à la UneL’Eglise unitarienne francophone (EUfr) offre à tous son espace de prière ", par Jean-Claude Barbier, mis en ligne le vendredi 3 avril 09 dans les Actualités unitariennes.

Informations : Eglise unitarienne francophone (EUfr), Conseil des unitariens et universalistes français (CUUF), Bibliothèque nationale de France (BNF).

Libres propos :
La Trinité " par Roger Parmentier, mis en ligne le vendredi 3 avril dans La Besace des unitariens ,
Ne touche pas à l’Eglise de mon pote " par Jean-Claude Barbier, mis en ligne le jeudi 12 février dans les Actualités unitariennes ,
La goutte d’eau qui fait déborder le vase " par Hervé Le Duc, mis en ligne dans La Besace des unitariens du vendredi 3 avril 2009,

Au nom de l’Evangile, crions, supplions ! " par Philippe de Briey, mis en ligne le vendredi 3 avril 2009 dans La Besace des unitariens.

Message d'envoi, le vendredi 3 avril, par Jean-Claude Barbier

Benjamin des réformes protestantes du XVIème siècle, introduit tardivement en France en 1986 (avec l’appui moral de Théodore Monod), le mouvement unitarien de langue française s’est maintenant suffisamment organisé pour pouvoir offrir à tous un espace de prière alternatif sur le site de son Eglise. Il s’est suffisamment organisé tant sur le plan national, avec la fondation récente d’un Conseil des unitariens et universalistes français (CUUF), que sur le plan de la Francophonie (avec une Eglise linguistique sur la Toile, l’Eglise unitarienne francophone EUfr), qu’au niveau international (reconnaissance par l’International Council of Unitarians and Universalists en avril 2006 de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) comme groupe émergent), pour être en mesure de faire cette proposition.
Cette proposition " alternative " tombe à point dans un paysage religieux français en pleine évolution à la suite des prises de position du Vatican.
Prenez en connaissance ; parlez-en autour de vous.

n° 91, mai 09 – La Pentecôte en nous

Article à la Une : " La Pentecôte : et si le Souffle était en nous ? " par Charles Nicol (prédication du dimanche 18 mai 2008 au temple de Saint-Brévin l’Océan, secteur ERF de Saint-Nazaire), mis en ligne dans les Actualités unitariennes du vendredi 24 avril 09, à la rubrique "le temps des évangiles".

Informations :
 

La Deuxième semaine unitarienne de Nantes ; voir la rubrique "les semaines unitariennes de Nantes" sur le site de l’AFCU

Lire la Bible d’une façon "non religieuse" avec le pasteur Roger Parmentier. Session d’étude en Ariège, voir l’annonce dans les Actualités unitariennes du mardi 21 avril 09

Les nouveaux prêtres de l’Eglise catholique arrivent en courant, mis en ligne dans les Actualités unitariennes du vendredi 24 mai 09.

Libres propos
"Les bases de ma foi" par Michel Jamet, mis en ligne dans La Besace des unitariens du vendredi 24 avril 09 ;
"Un chrétien unitarien" par Jean Pierre Marie Babin, reproduction d’un article de son site "Chrétiens unitariens 44".

Message d'envoi
le jeudi 23 avril 09 par Jean-Claude Barbier
 


Avec ce bulletin, la région de Nantes est à l’honneur avec un article à la Une d’un prédicateur de l’ERF pour la zone de Saint-Nazaire, Charles Nicol, déjà auteur d’un Libre propos " prier dans l’unité " publié dans le n° 89, mars 2009), et deux libres propos d’unitariens nantais, Michel Jamet et Jean-Pierre Babin. Ce n’est pas la première fois que Nantes se distingue puisque l’article à la Une du mois de décembre 2008 (n° 86), "Quand le fils de l’homme viendra dans sa gloire ..." était signé de Jacques Musset, figure éminente de la mouvance nantaise de Marcel Légaut.

C’est donc tout naturellement que nous vous convions à notre Deuxième semaine unitarienne de Nantes qui, au début du mois d’août, vous propose une formule estivale et conviviale à tarif très économique.

n° 92, juin 09 – le testament de Jésus

Article à la Une :
" Le testament de Jésus selon l’évangile de Jean ", prédication de Didier Travier au culte du dimanche 24 mai 2009 au temple de l’Eglise réformée du Mans, d’après lectures de 1 Samuel 21, 2-16 (1-7), 1 Jean 4, 11-16, Jean 17, 11-19, mis en ligne dans les Actualités unitariennes du 27 mai 09.

Libres propos

" à propos du groupe Yahoo Unitariens francophones " (Nicolas Semaille, Bruno Cadez), mis en ligne le 27 mai 09 dans la Besace des unitariens.
" rétribution " par Michel Théron,
mis en ligne le 27 mai 09 dans La Besace des unitariens.

Message d'envoi
le 26 mai 09 par Jean-Claude Barbier 

Après la prédication du mois dernier de Charles Nicol, voici celle de Didier Travier, lui aussi prédicateur laïc de l’Eglise réformée de France (ERF). Nous ne pouvons que féliciter ces prédicateurs de la qualité de leur intervention qui augure bien du futur du christianisme. Oui, nous avons désormais des laïcs – et pas seulement des clercs – tout à fait capables d’animer les Eglises locales. Nous savons aussi que, au sein des diocèses catholiques, des laïcs ont été également formés.
Nous assistons à l’émergence d’une génération pour qui l’étude des textes se fait d’une façon intelligente, avec intuition et cœur mais aussi avec raison et en tenant compte du progrès des connaissances en la matière. Le Siècle des Lumières l’avait été pour les seules élites intellectuelles ; aujourd’hui, c’est tout un peuple chrétien qui sort de l’ombre, avec ses laïcs en tête. Que nous soyons protestants, catholiques, orthodoxes ou unitariens, chérissons nos Eglises locales et faisons les vivre pour qu’elles brillent d’intelligence et d’ouverture à autrui.

 

Repost 0
Published by la Correspondance unitarienne - dans CU récapitulatifs annuels
commenter cet article
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 15:16

"Au nom de l’Evangile, crions, supplions ! ", par Philippe de Briey (catholique, Belgique), envoyé à la Correspondance unitarienne le 27 mars 09


Comme beaucoup de catholiques, j’ai mal à mon Eglise, plus que jamais… Mais que faire ? sinon crier que nous avons mal, très mal ! Le crier d’abord à Dieu dans la prière, c’est essentiel, Le supplier de nous apporter Sa Lumière et Sa Force. Mais le crier aussi à tous nos frères et sœurs, aux prêtres et aux évêques, et au pape aussi, via le nonce ou le cardinal. Les supplier de nous écouter. Qu’ils se rendent compte que le problème de communication n’est pas uniquement imputable aux médias ou à un monde qui refuse les exigences de l’évangile (même s’il y a sans doute beaucoup de cela dans la dernière question du Sida).

Car la crise actuelle n’est-elle pas le symptôme et la conséquence d’une crise bien plus profonde et ancienne ? Vatican II avait ouvert des portes, mais elles se sont refermées petit à petit, en posant un tabou sur quelques grandes questions pendantes, telles que :

- la possibilité égale pour les femmes d’accéder à tous les ministères ;

- la possibilité d’être prêtre et marié, comme dans les autres Eglises ;

- l’excommunication infligée aux divorcés remariés ;

- la possibilité pour tous, y compris évêques, théologiens, prêtres, d’exprimer des opinions différentes, notamment en matière de bioéthique (contraception par des moyens " non naturels ", préservatifs, avortement et euthanasie dans certains cas, etc.) ;

- la recherche avec nos frères protestants et orthodoxes de " ce que l’Esprit dit aux Eglises " ;

- un fonctionnement plus collégial et plus démocratique.

 


L’idéal serait un concile Vatican III ou à défaut, des Etats généraux des catholiques d’Europe. Mais en attendant que la hiérarchie catholique en comprenne l’urgence, et pour qu’elle puisse la constater clairement, ne devrions-nous pas organiser sans attendre un grand débat du peuple chrétien ? Si pas au niveau européen, au moins au niveau francophone (Belges, avec si possible les Français et les Québécois).

On nous dira sûrement : " vous voulez provoquer un schisme ! ". Mais non, nous voulons au contraire l’éviter et tenter de stopper l’hémorragie actuelle, l’abandon silencieux de tant de jeunes, et même d’adultes, femmes, divorcés remariés, personnes fort engagées dans la société ou dans la recherche intellectuelle, etc. etc. Stopper aussi la perte considérable de crédibilité de notre Eglise catholique dans le monde d’aujourd'hui.

Ceux qui, parmi nous, ont peur de ces grands changements inéluctables, respectons-les, mais nous ne devrions pas permettre qu’ils imposent leur opinion à toute l’Eglise, car il s’agit de l’Evangile, qui est Amour, tolérance, humilité, compassion, considération et confiance égale pour tous, respect de la conscience de chacun, et par conséquent refus du juridisme, des jugements, des castes, des exclusions...

Prions Jésus Christ de nous aider à agir calmement, mais obstinément et avec amour pour notre Eglise, mais aussi pour le monde qui a tellement besoin d’une BONNE nouvelle : d’être sauvé, plutôt que toujours condamné ! Remplissons donc les boîtes aux lettres de nos évêques, du nonce, du cardinal ! Plus nous serons nombreux à crier et à supplier, plus on finira par nous entendre, même à Rome.

La goutte d’eau qui fait déborder le vase par Hervé Le Duc (Angers), envoyé à la Correspondance unitarienne le 5 mars 09, suite au billet de Michel Théron paru dans l’hebdomadaire Golias et reproduit dans les Actualités unitariennes le vendredi 20 mars sous le titre " La logique des principes absolus, la folie d’un pape ",

Pour mon épouse et moi, cette phrase est LA goutte d'eau ; celle qui fait, avec la violence d'un tsunami, déborder le vase. Comme beaucoup d'autres, nous avons été baptisés (à un âge où les choix sont bien loin de pouvoir être exprimés) au sein de l'Eglise de Rome. Aujourd'hui, nous pensons très sérieusement à faire une demande auprès de cette dernière afin, premièrement, de nous faire débaptiser et deuxièmement, que nos noms ne figurent plus sur ses registres.

L'Eglise de Rome est pour nous une organisation politico-socio-financière à laquelle non seulement nous ne souhaitons plus nous référer d'une quelconque manière, mais à laquelle, désormais, nous refusons la moindre des cautions.

Et pour ma part, je ne puis que remercier, et le mouvement unitarien, et la Libre pensée chrétienne
(site) d'avoir, ces dernières années, éclairé ma petite lanterne et considérablement fait progresser mon humble réflexion. Paix et Bien à vous tous !

 

Repost 0
Published by Hervé Le Duc, Philippe de Briey - dans CU 2009 - articles
commenter cet article
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 15:05

envoyé à la Correspondance unitarienne le jeudi 26 mars 09.

La Trinité ? C’est pour moi tout au plus une station de métro ...

Le Père
 ? qui aurait " livré " son Fils, qui aurait sacrifié un innocent pour donner la vie sauve (et éternelle, en plus) à d’abominables gredins qui pullulent depuis l’origine ? Je n’aurais pas aimé avoir un père aussi injuste et cruel ! Le mien se serait mis en quatre pour que je sois épargné par les maladies, les méchancetés, les malheurs ...

Le Fils
 ? En avoir fait le " Dominateur " céleste, lui qui dénonçait les tyrans chefs des nations ? En avoir fait le " Messie " rétablissant la monarchie sacerdotale et la " charia " politico-religieuse juives, c’est n’avoir rien compris à ses propositions. Et le Curios, à l’image des empereurs grecs et romains autocrates disposant de vie et de mort (et ne se privant pas de cette dernière), donner ce titre à Jésus, c’est lui faire injure ...

L’Esprit 
? Si c’était celui qui inspire sages et prophètes, ce serait magnifique. Mais le " Saint Esprit " qu’évoque le livre des Actes des Apôtres, c’est plutôt celui qui fait adhérer avec enthousiasme au " kérygme " mythologique exaltant élaboré par les " Hellénistes " (Actes 6-8) dès la mort de Jésus et mis à la place du projet grandiose de Jésus… Quelle erreur ! Quelle horreur !

En plus de la Trinité, deux " Dieux " ?

Un de mes amis dominicains (quelques peu protestantisant, il est vrai) m’a raconté l’histoire vraie suivante. Un aumônier de scouts célèbre la messe en plein air dans une forêt. Survient un violent coup de vent qui emporte l’hostie consacrée. L’aumônier bouleversé appelle à l’aide pour qu’on retrouve d’urgence la précieuse hostie, en criant : " Le bon Dieu, le bon Dieu ". Un jeune scout, levant les bras et se remémorant son catéchisme, lui répond : " Le bon Dieu est au ciel ". L’aumônier contrarié lui répond ! : " Mais non, pas celui-là, l’autre… ".

On nous avait déjà imposé la très étrange " Trinité " avec trois personnes divines. Où allons-nous s’il en surgit une quatrième ?

P.S. : On se souvient que les calvinistes des origines, pour polémiquer contre la notion catholique de transsubstantiation, évoquaient un " Dieu de farine ".

Roger Parmentier est pasteur de l'ERF. Voir ses publications dans la rubrique "les protestantismes" sur le site des Actualités unitariennes.

Repost 0
Published by Roger Parmentier - dans CU 2009 - articles
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 12:07

" Sobre la verdadera solución de Miguel Servet al misterio de la Trinidad " / à propos de la véritable solution du mystère de la Trinité proposé par Miguel Servet, par Daniel Moreno, publié par l’Institut des études sijenenses " Miguel Servet " (dont il est conseiller titulaire) en novembre 2008, 126 p. (lien)

Le livre, préfacé par Sergio Baches Opi, comprend une première approche du rôle joué par le jeune Michel Servet comme penseur, plein d’audace et de naïveté, mais aussi dans le même temps, comme un symbole de la liberté de pensée. Après un examen attentif du contenu de chaque livre / chapitre des "Erreurs de la Trinité" publié par Michel Servet en 1531, et au-delà de la polémique de M. Servet avec les autres théologiens, D. Moreno expose le système téologique que le jeune théologien met en place, son originalité, et son aproche des premières sources chrétiennes. M. Servet renouvelle ainsi l'interprétation traditionnelle de la Trinité, ce qui ne manqua pas de provoquer la polémique. Selon le Dr Moreno, le projet de Michel Servet n’est pas tant que de critiquer la Trinité que de la comprendre correctement.

Le 5ème chapitre relate les répercussions que le livre eut à Bâle et à Strasbourg, jusqu’en Espagne. Le 6ème cite les principales sources utilisées par M. Servet.

En conclusion, l’auteur estime que M. Servet fut un chercheur de la vérité qui resta incompris. Il essaya d’opposer une métaphysique "de l’être", telle que lui la pensait, à une métaphysique "du faire" qui était l’apanage de ses collègues.

Daniel Moreno, né à Pozo Alcón, Jaén, en 1961, a soutenu une thèse à l’Université de Salamanque sur George Santayana. Il est professeur de philosophie à l’Institut d’Education " Miguel Servet " pour le Secondaire de Zaragosse.

Repost 0
Published by Daniel Moreno - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 11:02

Michel Servet en France, l’exil forcé d’un penseur aragonais " par Juan Antonio Cremades Sanz Pastor, édité par la Justicia de Aragon (dans la collection de cet institut "El Justicia de Aragón"), avec un prologue de D. Fernando García Vicente, titulaire de cette institution.

La première partie reprend le discours d’entrée de l’auteur à l’Académie aragonaise de Jurisprudence et de législation et porte sur le procès contre Michel Servet à Paris (en annexe les actes de ce procès et la sentence d’audience).

La seconde partie reprend la leçon magistrale prononcée en 2008 au siège de l’Institut des études sijenenses " Miguel Servet " sur la prétendue nationalité française de Michel Servet (en annexe les "lettres patentes" du roi Henri II autorisant à ce dernier la libre disponibilité de ses biens).

Enfin une troisième partie est consacrée à l'érection de la statue de Michel Servet en face de la mairie du XIVème arrondissement à Paris (ex place Montrouge) et reprend les informations du Dr. Fernando Solsona sur la présence de Michel Servet en France.

Repost 0
Published by Juan Antonio Cremades Sanz Pastor - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 09:57

Michel Servet (1511-1553), Au risque de se perdre, par Pierre Domeyne, aux éditions L’Harmattan, Paris, collection " Religions et spiritualité ", paru en septembre 2008, 184 p., 17 euros, en vente sur le site de L’Harmattan (lien) et en librairie

Présentation du livre par l’éditeur 
en 4ème page de couverture

" Il existe en France beaucoup de rues, avenues ou places dédiées à Michel Servet, mais peu de gens, en dehors des spécialistes en histoire religieuse, savent qui était cet Espagnol de la première moitié du XVI° siècle, devenu au cours des siècles une icône des victimes de l’intolérance et du fanatisme.

Le but de cet ouvrage est de faire connaître cet humaniste, médecin et théologien, qui fut brûlé vif comme hérétique, à Genève, en 1553, et d'essayer de comprendre pourquoi cet homme courageux et fantasque* a été condamné à ce supplice atroce, à quarante-deux ans. Qu'avait-il dit, écrit ? Comment en pleine renaissance humaniste, au coeur de la Réforme, une effroyable machine théologique et policière a broyé cet homme ?"
* est-ce le mot adéquat ?


Et de l’auteur :

" Professeur de lettres classiques et animateur culturel à Vienne (Isère), Pierre Domeyne a d’abord participé à de nombreux ouvrages collectifs sur le cinéma, puis travaillé sur l’histoire locale. Passionné par l’histoire religieuse et par l’interprétation de la Bible, un travail de plusieurs années l’a conduit à retrouver la trace de Michel Servet à Vienne, où ce dernier vécut douze ans, et à proposer une synthèse de la vie et de l’œuvre de ce grand personnage de l’histoire religieuse "

Pierre Domeyne est l'auteur  de Jonas à livre ouvert paru en 2007 aux éditions J.P. Huguet et dont nous avons rendu compte sur le site des Actualités unitariennes le mercredi 14 mars 2007 sous le titre "Jonas pour tous" (lien)

Cet article a été publié dans les Actualités unitariennes du lundi 29 septembre 2008 et déplacé ici

Repost 0
Published by les éditions L'Harmattan - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article