Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 17:59

suite des articles précédents et fin de la conférence.


Pour conclure je souligne ce qui me semble être l’impasse et l’intuition de Michel Servet. Son impasse tient à son excès d’idéalisme. Il s’est avancé sur la voie du syncrétisme, ce qui ne pouvait que décevoir tout le monde. On ne peut pas faire avancer les choses entre tenants de diverses traditions en rognant sur ce qui fait l’identité des uns et des autres. Parce qu’alors plus personne ne s’y retrouve. S’il fut hérétique aux yeux des catholiques, des luthériens et des réformés de son temps, nul doute qu’il ne soit apparu comme tel aux yeux de ceux-là même qu’il voulait séduire, les juifs et les musulmans.

 

"Un hérétique total", a écrit Jérôme Friedman. Mais il se pourrait bien que les hérétiques aient parfois de géniales intuitions. Un maître juif, Nahman de Breslaw, a eu ce mot superbe: « L’hérésie vient au monde à cause des Sages qui ne renouvellent pas leur enseignement ». Ce qui est chez Servet prodigieusement neuf, c’est qu’il est le premier à s’engager sur le terrain inter religieux. Il est le premier à essayer de le penser. Dans une Europe du XVe siècle centrée sur elle-même et sur sa propre crise spirituelle, il incarne une problématique liée déjà à un processus de mondialisation économique et culturelle. Et il me semble que cette intuition-là (totalement incomprise de sa génération et même de son défenseur posthume Castellion) nous interroge cinq siècles plus tard.

 
J’ai la conviction que l’une des tâches les plus urgentes pour les théologiens de notre siècle qui commence, consiste à se tenir sur les frontières qui séparent les trois monothéismes et à penser en profondeur ces frontières. Je n’ai pas besoin d’invoquer l’actualité pour justifier cela. L’essentiel aujourd’hui, c’est que chrétiens de diverses obédiences, juifs et musulmans, nous parvenions ensemble à désactiver ce que nos identités peuvent avoir de potentiellement destructeur tout en ne les reniant pas. Les enjeux sont énormes et la survie de notre civilisation est à ce prix.


Je vous remercie.
 

Fin


dialogue_interreligieux.jpg

illustration de la page sur Facebook "Soyons acteurs d'un véritable dialogue inter-religieux" (lien)

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Schmid - dans (hist) SERVET Miguel
commenter cet article

commentaires