Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 10:04

suite des articles précédents


4° - la promotion des langues locales pour les prêches et la lecture de la Bible


Wyclif_John_Gospel.jpgLes cathares utilisaient une Bible traduite en occitan.


Pour ses prêches, Pierre Valdo utilise le franco-provençal de la région lyonnaise (constitutif de l’Arpitanie) et les vaudois traduisent plusieurs livres de la bible en provençal en 1180. Pierre Valdo paie de sa poche ces premières traductions. Précisons que l’Eglise n’autorisait alors que les bibles reproduisant la Vulgate de saint Jérôme en latin.


A partir de 1378, John Wyclif et ses amis d’Oxford commencent la traduction de la Vulgate en anglais ; la première bible en anglais paraît en 1388.


La langue tchèque doit à Jan Hus sa diacritique (le háček), à savoir les signes sur les consonnes afin de rendre compte de sons dont la prononciation s’avère complexe, par exemple le « č » rend compte du son « tsch ». Il s’ensuit une économie de lettres lorsqu’on écrit, et donc une économie de parchemin, support qui coût alors cher. Les Tchèques ont fait de lui le héros de leur nation face à l'oppression catholique, impériale et allemande : il est officiellement commémoré le 6 juillet, jour de sa mort sur le bûcher, par un jour férié.

 

illustration : page de la bible en anglais de John Wyclif

 

Par la suite, les réformateurs protestants seront tous de grands traducteurs de la Bible.

 

L'Eglise doit être proche du peuple, dans le peuple, du peuple ...

 

Le latin représente alors la dimension internationale et universelle de l'Eglise, en quelque sorte la mondialisation de l'époque du point de vue de Rome. Se référer aux langues locales, c'était risquer de rompre cette unité linguistique. Il faudra attendre Vatican II pour que la liturgie catholique s'émancipe de cette obligation du latin.

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans sur les Réformateurs
commenter cet article

commentaires