Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 01:22

Notes de lecture de Jean-Claude Barbier à partir du Dictionnaire de philosophie de Christian Godin, 2004, Fayard / éditions du Temps, 1534 p.

 

Le transcendantalisme (ou transcendentalisme) met l'accent sur le pouvoir qu'a l'esprit de connaître indépendamment de l'expérience. En cela il s'oppose à l'empirisme. Le transcendant dépasse l'ordre naturel (physique) et ordinaire (humain) des choses ; il est à la fois extérieur et supérieur. La métaphysique est la science des transcendantaux.

 

Dans la philosophie médiévale, chez les scolastiques, le transcendantal est une entité qui, par-delà les catégories d'Aristote et antérieurement à elles, s'applique à tous les êtres : l'Être, le premier des transcendantaux, puis les "convertibles" que sont l'Un, le Vrai, le Beau, etc. La signification de ces termes dépasse toutes les catégories, ceux-ci sont transgénériques et universels.  

Leibniz (1646-1716) parle des nombres transcendants (comme pi) et des fonctions transcendantes lorsque celle-ci ne peut être exprimée par un nombre fini d'opérations algébriques effectuées sur la variable.

G. Berkeley (1685-1753) parle de maxime transcendantale lorsque celle-ci domine les sciences particulières.

Kant (1724-1804) qualifie de transcendant tout ce qui dépasse les limites de l'expérience, donc d'une connaissance possible. Le criticisme kantien est un transcendantalisme qui, contrairement à la tradition médiévale, est centré sur le sujet.

Ralph Waldo Emerson (1803-1882), philosophe américain, fonde un système un système idéaliste, mystique et panthéiste qu'il nomme le transcendantalisme.

Henry Thoreau (1817-1862), fut aussi un transcendantaliste américain qui prôna un retour à la Nature.

H. Cohen (1842-1918), néokantien, a adopté et pratiqué la méthode transcendantale qui consiste à rechercher les conditions de possibilité de la connaissance scientifique.

Johann Gottlieb Fichte (1762-1814), philosophe allemand, est connu pour son idéalisme transcendant et absolu qui influença ses compatriotes Schelling (1775-1854) et Hegel (1770-1831). Disciple émancipé de Kant, il conçut un idéalisme absolu où le moi justifie l'existence du monde et son sens (Théorie de la science, 1801-1804).

Husserl (1856-1939) qualifie l'ego lui-même, la subjectivité, de transcendantal, lorsqu'il a opéré la réduction et modifié son regard naturel sur le monde. Par l'expérience transcendantale, la conscience saisit sa propre réalité transcendante par un retour sur soi, faisant abstraction de toutes les donénes empiriques.

Bergson (1859-1941) utilise le verbe "transcender" dans le sens de surmonter, surpasser, outrepasser les cadres naturels et ordinaires

Heidegger (1889-1976) renvoie la transcendance au caractère propre à l'existant dont la conscience est hors de soi, non définie par une essence

d'une façon générale, la phénoménologie qualifie de transcendant ce vers quoi la conscience se projette, mais elle ôte à la transcendance toute dimension métaphysique en l'assimilant à l'extériorité ; dès lors, pour la conscience, l'objet et autrui sont transcendants.

Jean-Paul Sartre (1905-1980) désigne par transcendance le mouvement de la conscience qui la conduittoujours au-delà d'elle-même et de ce qui est, cet au-delà restant dans le cadre immanent de notre monde. Ainsi la conscience totalisatrice ne saisit-elle pas l'objet tel qu'il est mais l'apréhende dans son incomplétude en le dépassant vers ce qu'il n'est pas (détotatlisation totalisatrice). D'une façon générale, chez les existentialistes, la transcendance dénote l'intentionalité de la conscience, son surgissement, sa puissance négatrice.

Jean Wahl (1888-1974) propose le terme de "transascendance" (au-delà de ce qui est ascendant) pour désigner le mode d'être propre de la conscience qui, d'un point de vue phénoméménologique ou existentialiste, atteint un être autre d'une puissance supérieure et dépasse le monde tout en ne lui échappant pas. L'individu peut ainsi s'arracher à sa finitude. Inversement, il forge aussi le concept de "transdescendance" pour désigner le mouvement de transcendance vers la naturalité et la corporéité, l'humus de l'existant humain.

 

ralph_waldo_emerson_bis.jpegLe transcendantalisme américain (avec Ralph Waldo Emerson - portrait ci-joint - et  Henry Thoreau) est influencé par la pensée allemande (Hegel, Schelling), en réaction contre le matérialisme et l'utilitarisme des Lumières, déjà très présents aux Etats-Unis à cette époque. Elle est une forme d'idéalisme intuitionniste pensant le divin, la nature et l'homme dans leur unité panthéiste. L'univers est conçu par Emerson comme le corps de l'esprit divin infini, une "surâme" (oversoul) qui partout se diffuse et le vivifie. Dans le domaine de la philosophie pratique, le transcendantalisme se présente comme un individualisme libertaire rejetant le conformisme social au profit de valeurs idéales.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier d'après Christian Godin - dans (hist) EMERSON Ralph Waldo
commenter cet article

commentaires