Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 16:17

suite de l'article précédent et fin.


Par contre, le parti majeur continue sa route. Jean Černy, entreprend, à Mlada Boleslav (Jungbunzlau), de rassembler les Acta Unitatis fratrum (qui seront publiés en 1551). La mouvance compte alors dans ses rangs « l’humaniste » Jan Blahoslav (1523-1571), qui sera nommé deuxième évêque de Moravie, aux côtés de Matthias Červenka, par le synode de Sležan (23 août 1557).


Durant la seconde partie du XVIème et au XVIIème siècle, les frères des deux partis, qui se sont propagés aussi en Pologne et en Allemagne, se rallient en masse aux Réformes luthérienne ou calviniste. Le coup de grâce est donné par la défaite des protestants face aux catholiques à la bataille de la Montagne blanche (novembre 1620) près de Prague et la fin de la liberté religieuse en Bohème qui s'ensuivit.


En 1722, le comte Nikolaus-Ludwig von Zinzendorf, piétiste fervent, accueille sur ses terres de Saxe des Frères de Bohème persécutés. Ceux-ci y fondent le village de Herrnhut. Ce sera le début d’un renouveau et celui d’une nouvelle étape, celle de l’Eglise morave proprement dite *, dont le comte protecteur sera le premier évêque en 1737.

* Alors que la Bohème correspond à la partie occidentale de la République tchèque, la région de Prague ; la Moravie est une région de la partie orientale avec Brno comme capitale régionale ; l'Unité des Frères s'y était diffusée.

 

En 1741, les Frères moraves débarquent en Nouvelle Angleterre et fondent Nazareth et Bethlehem en Pennsylvanie. Missionnaires très actifs, très ouverts à l'oecuménisme, ils se répandent dans le monde entier ( lien).

 

Depuis 1921, l'Eglise des Frères moraves a repris son nom d'origine : " l'Eglise de l'Unité des frères "


image001-copie-1.jpgSur place, en République tchèque, l’Eglise évangélique des Frères tchèques (en tchèque, Českobratrská církev evangelická) ( lien) compte 117 212 membres selon le recensement de 2001. Elle est l'héritière de l'Église évangélique luthérienne et de l'Église réformée (calviniste), les deux seules Eglises protestantes autorisées dans le royaume de Bohême par l'Édit de tolérance de 1781 de Joseph II d'Autriche qui accorda aux protestants et aux orthodoxes la liberté de culte et leur restitua la totalité de leurs droits civiques. Les Églises fusionneront en décembre 1918 peu après la déclaration d'indépendance de la Tchécoslovaquie. La nouvelle Église se considère alors comme la continuatrice, non seulement du message évangélique de Martin Luther et Jean Calvin mais aussi de leur prédécesseur tchèque, Jan Huss, inspirateur de l’Église hussite et du mouvement des Frères tchèques.


Logo de l'Eglise : on y recoannaît la Bible ouverte (signe de la tradition protestante) et le calice (symbole de la communion sous les deux espèces revendiquée par les hussites).

 
Sources :


Encyclopédie Universalis, article "Frères Moraves" par Michel Laran (maître de recherche au CNRS), chap. I - De la Bohême à la Pologne (XVe-XVIIe s.) ( lien)

« l'Unité des Frères moraves », La Tour de Garde * du 15 décembre 2003 ; article repris le 15 septembre 2009 par Fabien Girard sur son site « Liberté de croyance, blog consacré à la liberté de croyance et l'anti-trinitarisme autour de Michel Servet et Sébastien Castellion » : « L'Unité des Frères moraves : l'antitrinitarisme d'avant la réforme » ( lien) **
* revue éditée par les témoins de Jéhovah.

 

ndlr - nous remercions Fabien Girard, participant à notre forum "Unitariens francophones", d'avoir attiré notre attention sur l'existence de ce mouvement peu connu et souvent confondu avec les Frères moraves (ceux-ci ne venant que bien après, à partir de 1722).

 

Daniel S. Larangé, La Parole de Dieu en Bohême et Moravie. La tradition de la prédication dans l’Unité des Frères de Jan Hus à Jan Amos Comenius *, Paris, L’Harmattan, 2008 (Spiritualité & Religions).

* Jan Amos Comenius, né en 1592 en Moravie, mort à Amsterdam en 1670.

 

Joseph Macek, Jean Hus et les traditions hussites, Plon, 1973 - chapitre V, section 5 "Pierre Chelčický" et section 6 "l'Unité des Frères".


Victor-L. Tapié, Une église tchèque au XVe siècle : l'Unité des Frères, Librairie Ernest Leroux, 1934.


Sur Petr Chelčický (1380 – vers 1460),

Voir sur le site de Radio Praha l’entretien (traduit en français) de l’historienne Klára Kavanová par Jaroslava Gissübelová, à l’occasion du 630e anniversaire de sa naissance et de l’inauguration du musée qui lui est consacré dans son village de naissance, Chelčice ( lien).
Encyclopédie Universalis, article de Bernard Roussel (professeur à la faculté protestante de théologie de Strasbourg) sur « CHELCIKY PETR (1380 env.-1467) », (lien)


Sur Luc de Prague (1458-1528),

voir l’article de Bernard Roussel (professeur à la faculté protestante de théologie de Strasbourg) dans l’Encyclopédie Universalis « LUC DE PRAGUE, tchèque LUKÁS PRAZSKY (1458-1528) » (lien).

 

Sur Jan Kalenec ( - 1524),
Waclaw Urban, "Jan Kalenec", dans le tome VI de la Bibliotheca dissidentium ; répertoire des non-conformistes religieux des seizième et dix-septième siècles ; édité par André Séguenny ; textes revus par Jean Rott ; édité par Verlag Valentin Koerner ; Baden-Baden, en décembre 1985 ; versions en anglais et en italien.

 

Sur les Frères moraves (depuis 1732),

" L'Unité des frères fête ses 550 ans ", par Jaroslava Gissübelová sur le site de Radio Praha, le 13 juin 2007, version en français (lien)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans sur les Réformateurs
commenter cet article

commentaires