Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 10:25

IX. Services liturgiques

115. Lesquels de nos sacrements sont basés sur l'enseignement de Jésus ? - Deux de nos sacrements sont basés sur l'enseignement de Jésus : le baptême et le repas du Seigneur.

116. En plus du baptême et du repas du Seigneur, est-ce que d'autres célébrations liturgiques sont célébrées ? - En plus du baptême et du repas du Seigneur, les célébrations liturgiques suivantes sont célébrées : la confirmation, le mariage et les obsèques.

117. Quel effet attribuons-nous à ces célébrations liturgiques ? - Nous attribuons à ces célébrations liturgiques un effet fortifiant pour notre vie morale et religieuse. Les services sont des ressources nous rappelant nos devoirs et l'appel à suivre l'exemple de Jésus et à faire de bonnes actions.

118. Qu'est-ce que le baptême ? - Le baptême est le sacrement par lequel nous devenons les membres de l'Église chrétienne. Dans le sens strict du mot, le baptême ne fait de personne un chrétien. Le baptême est simplement une expression solennelle des parents et des parrain et marraine du témoignage de leur foi chrétienne et de la volonté que leurs enfants grandissent et vivent également dans cette foi.

119. Quand devons-nous baptiser ? - Jésus n'a pas prescrit de temps spécifique où nous devons être baptisé. Il y a longtemps les chrétiens étaient baptisés quand ils pouvaient professer leur foi. Aujourd'hui la coutume est de baptiser les enfants dans leur petite enfance.

120. Si quelqu'un meurt sans baptême, est-il condamné ? - Si quelqu'un meurt sans baptême il n'est pas condamné parce que le baptême lui-même n'est pas rédempteur.

121. Peut-on négliger le baptême ? - On ne peut pas négliger le baptême et cela n'est pas l'habitude des gens qui respectent l'enseignement de Jésus et les sacrements de l'Église.

122. Quand exprimons-nous notre connaissance de ce que c'est le baptême exige de nous ? - Nous exprimons notre connaissance de ce que le baptême exige de nous à l'occasion de la confirmation.

123. Qu'est-ce que la confirmation ? - La confirmation est l'expression de notre persévérance dans la foi d'unitarien. Par la confirmation nous devenons les membres indépendants de l'Église et nous assumons la responsabilité devant Dieu pour tous nos actes et notre fidélité.

124. Comment la confirmation est-elle achevée ? -  La confirmation est achevée par le repas du Seigneur à laquelle nous participons pour la première fois.

125. Qu'est-ce que le repas du Seigneur ? - Le repas du Seigneur est la liturgie par laquelle nous nous rappelons la vie et la mort de Jésus et par laquelle nous sommes encouragés à suivre son exemple.

126. De quelles sources connaissons-nous l'histoire du repas du Seigneur ? - Nous connaissons l'histoire du raps du Seigneur par les Évangiles et I Corinthiens. 1 Corinthiens 11, 23-26

127. Pourquoi appelons-nous ce service le repas du Seigneur ? - Nous appelons ce service Repas du Seigneur parce que Jésus l'a d'abord observé à l'occasion d'un dîner.

128. En quoi consiste le repas du Seigneur ? - Le repas du Seigneur consiste en pain et en vin.

129. Qu'entendons-nous par l'expression : " ceci est mon corps, ceci est mon sang ? " - Par l'expression : "Ceci est mon corps, ceci est mon sang", nous voulons dire que le pain symbolise le corps de Jésus et le vin symbolise le sang de Jésus.

 

Les catholiques romains enseignent que le pain et le vin se changent littéralement en corps et en sang de Jésus après la bénédiction du prêtre. Selon cet enseignement, "Ceci est mon corps, ceci est mon sang" signifie que le corps et le sang de Christ sont littéralement présents. Donc, on donne l'eucharistie seulement sous une espèce : l'hostie. Les orthodoxes enseignent aussi que le pain et le vin sont vraiment le corps de Jésus et le sang, qui sont distribués sous deux espèces. Selon les luthériens de la confession d'Augsbourg, dans l'hostie et le vin, le corps et le sang de Christ sont présents. Les réformés enseignent que les fidèles reçoivent le corps et le sang de Christ spirituellement dans le pain et le vin.

130. Quelles sont les exigences pour recevoir le repas du Seigneur ? - Les unitariens confirmés, qui gardent la mémoire de Jésus avec respect, peuvent recevoir le repas du Seigneur.

131. Qui ne peut pas recevoir le repas du Seigneur ? - Les malades mentaux, les ivrognes et les enfants ne peuvent pas recevoir le repas du Seigneur, parce qu'ils ne peuvent pas distinguer ce rite d'un repas commun.

132. Où recevons-nous le repas du Seigneur ? - Nous recevons d'habitude le repas du Seigneur à l'église, où les membres de la congrégation reçoivent l'encouragement d'amour filial et de l'harmonie avec ses prochains par la participation dans le partage du pain et du vin dans commun. Pour ceux qui sont indisposés ou malades et pour ceux qui ne peuvent pas aller à l'église, le pasteur peut leur apporter le repas du Seigneur dans leurs maisons.

133. Les pécheurs peuvent-ils recevoir le repas du Seigneur ? - Les pécheurs peuvent recevoir ce repas et ne sont pas exclus de la table du Seigneur, parce que le souvenir de Jésus peut les réformer.

 

134. Combien de fois par an les unitariens reçoivent-ils le repas du Seigneur ? - Les unitariens reçoivent le repas du Seigneur quatre fois par an : pendant les fêtes de Noël, de Pâques, de la Pentecôte et de la fête des moissons. En plus des fêtes énumérées, les unitariens peuvent le recevoir à des occasions comme les dédicaces d'église et les synodes.

 

135. Comment devons-nous préparer à devenir des invités dignes pour le repas du Seigneur ? - Pour devenir les invités dignes du repas du Seigneur, nous devons nous préparer intérieurement et spirituellement. Nous devons rendre grâce à Dieu qu'Il nous ait créés, non seulement avec la vie physique, mais spirituelle aussi. Nous devons nous rappeler de Jésus avec des sentiments de respect et d'amour. Nous devons avoir une attitude de bonne volonté et d'amour pour notre prochain qui est aussi enfant d'un Dieu. En nous repentant de nos erreurs et de nos péchés, nous devons promettre que dans l'avenir nous essayerons de mieux préserver la pureté de nos coeurs et de vivre une vie digne de Dieu et de nous. Toutes ces démarches réunies forment notre auto-examen, sans lequel notre participation à ce repas est inutile.

(1 Corinthiens 11, 28-29)

 

Quant à l'apparence extérieure, nous notons que Dieu ne considère pas notre apparence. Néanmoins, conformément aux bonnes manières, nous devons participer au repas du Seigneur propre et bien habillé. Pour maintenir le déroulement de la liturgie, nous devons observer la chose suivante : quand le ministre a fini son sermon et la prière du Repas, les membres masculins de la congrégation se réunissent dans le choeur de l'église, où ils sont debout côte à côte. Alors le ministre donne un morceau de pain à chacun dans l'ordre dans lequel ils sont debout, que les membres prennent d'habitude avec leur main droite pour manger. Après cela le ministre prend le calice avec le vin et le donne à chacun. D'habitude le calice est pris et bu avec la main droite. Quand le ministre a distribué le pain et le vin à tous ceux qui sont debout autour de la table, il offre une prière courte. Après cela, ceux qui ont reçu le Repas retournent à leurs places sans bruit et sans précipitation.

 

Si la congrégation est grande et que les hommes ne peuvent pas tous communier en même temps, d'habitude les membres plus vieux se réunissent d'abord. Après les aînés, ceux qui sont plus jeunes se rassemblent et reçoivent le Repas. Après les hommes, les femmes se réunissent pour le Repas en un ou deux groupes, selon leur nombre. Ceux qui l'ont reçu restent dans l'église jusqu'à ce que toute la congrégation ait reçu le pain et le vin, et attendent que les célébrants partent pour partir à leur tour afin de ne pas déranger la liturgie.

 

136. Est-ce que vous êtes prêts pour le repas du Seigneur ? - Nous sommes prêts à prendre le repas du Seigneur et à témoigner de nos croyances ainsi. En même temps, nous remercions Dieu, notre Père providentiel, d'éclairer notre raison et de nous donner ce temps où nous sommes devenus capables de connaître la vérité de la religion unitarienne et nos devoirs moraux et religieux, par lesquels nous travaillons pour notre bonheur terrestre et notre salut. Nous sommes confiants fermement en un Dieu éternel, notre Père providentiel. Soyez la Gloire en son nom pour toujours et jamais. Amen.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascal Acker pour la traduction - dans les catéchismes
commenter cet article

commentaires