Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 16:12

Communication de Ferenc Mikò à la conférence internationale de Saluzzo (Italie) sur Giorgio Biandrata, les 21-22 mai 2010, extraits en traduction libre par Jean-Claude Barbier

saluzzo_participants_5.JPG[…] Je viens d'une région, la Transylvanie, où, aujourd'hui encore, nous gardons une foi ancienne appelée l’unitarisme. Une petite région où l'on pratique la liberté religieuse depuis 1568, où nous conservons les premières idées anti-trinitaires, qui ont été celles de théologiens bannis à leur époque pour leur esprit ouvert, tels que Biandrata, Sommer ou Paléologue. Dans un environnement politique et spirituel très particulier des idées nouvelles et radicales purent se développer ; des livres furent écrits. Nous, unitariens de Transylvanie, nous avons pu prêcher et vivre la liberté de pensée, la tolérance entre les différentes religions et les comportements. Nous sommes très fiers de ce patrimoine.

 

révérend  F. Miko visitant la Casa  Cavassa à Saluzzo en compagnie d'une guide touristique de la Ville.

 

Ministre du culte et enseignant, lorsque je parle de nos racines à des enfants unitariens, j’y inclus les théologiens étrangers qui nous ont apporté ces nouvelles idées. Nous ne pouvons pas les oublier. Bien sûr, nous parlons de Ferenc Dávid comme le fondateur de notre Eglise. Il fut une grande personnalité charismatique et convaincante, mais il ne put atteindre un tel niveau qu’avec l’aide de théologiens de l’Europe occidentale, et je pense d’abord à G. Biandriata. Même s’il ne fut pas le premier des anti-trinitariens, il apportait avec lui des éléments décisifs : le livre de Michel Servet, qui avait disparu à cause de la censure mais dont il possédait un exemplaire, son expérience polonaise où il contribua à l’organisation d’une nouvelle Eglise, et son talent de diplomate pour la faire accepter aux autorités publiques. Sous sa sage influence, la principauté de Transylvanie est devenue une île de liberté religieuse dans une mer d’intolérance.

 

Après quatre siècles d’existence, nous pouvons dire que notre Eglise doit beaucoup au travail de G. Biandrata. Sa théologie rationnelle, mais aussi sa politique et sa diplomatie, ont aidé le Prince et les théologiens locaux à construire une nouvelle Eglise très particulière. Il n’apporta pas lui-même d’idées inédite, mais il nous enseigna comment mettre en doute les croyances établies et comment penser d’une façon rationnelle et en tirer de nouvelles idées. Il contribua à rééditer le livre de M. Servet, à l’organisation de notre Eglise, à la protéger contre les sectes. Il fit venir des théologiens célèbres au collège de Kolozsvar que F. Dávid avait fondé. Dans les dernières années, il fut en désaccord avec F. David sur des questions théologiques. De par son influence sur le gouvernement, il stoppa le développement théologique de notre Eglise, lui évitant ainsi de devenir anabaptiste et de disparaître à coup sûr. Grâce à lui, nous avons survécu en tant qu’Eglise et, avec le martyr de F. David, nous avons gardé la conscience de nous-mêmes (With the help of Biandrata we remain a Christian church, and with Dávid’s martyr we got self-consciousness).

Partager cet article

Repost 0
Published by Ferenc Miko - dans (hist) BIANDRATA Giorgio
commenter cet article

commentaires