Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 12:43

suite des pages précédentes

 

vaudois-histoire-eglise_monastier_1847.gifL’émigration après la révocation de l’édit de Nantes (1685)


Par l’édit de Fontainebleau en date du 18 octobre 1685, Louis XIV révoque celui de Nantes par lequel Henri IV avait mis fin, en 1598, aux guerres de religion en France. Les protestants doivent se convertir au catholicisme. en A partir de janvier 1686, les mesures de la Révocation française s’appliquent dans le Piémont : des dragonnades frappent les vallées vaudoises jusqu’en 1690. Les vaudois se réfugièrent d'abord à Genève, comme des milliers de huguenots. De là, c’est la diaspora en Suisse, dans les possessions de Berne, en Allemagne ; plusieurs centaines partant aussi en Hollande, en Angleterre, en Afrique du Sud et dans le Nouveau-Monde. Par ailleurs, plus de 300 femmes vaudoises se réfugient de l'autre côté de la frontière, dans le Queyras français, à Molines.


Les vaudois du Luberon vont fournir près du quart des effectifs des huguenots d'Afrique du Sud lors de la révocation de l'édit de Nantes qui provoque au total l'exil de plus de 200 000 huguenots. Les huguenots partis du Luberon vers l'Afrique du Sud venaient principalement des villages de Lourmarin, Saint-Martin-de-la-Brasque et La Motte-d'Aigues, tous trois martyrs lors du massacre de 1545.

 

" Histoire de l'Eglise depuis son origine et des vaudois du Piémont jusqu'à nos jours ; avec un appendice contenant les principaux écrits originaux de cette Eglise, une desciption et une carte des vallées vaudoises actuelles, et le portrait d'Henri Arnaud " par Antoine Monastier, du canton de Vaud et originaire des valéles vaudoises du Piémont. "Si ce dessein est un ouvrage des hommes, il se détruira de lui-même ; mais s'il vient de Dieu, vous ne pourrez le détruire ; et prenez garde qu'il Ne se trouve que vous ayez fait la guerre à Dieu" (Actes V, 38, 39). Tome premier, Lausanne, chez Georges Bridel, Libraire-éditeur, 1847. Pour lire l'ouvrage (lien).

 
La rentrée glorieuse (1689)


Mais les vents tournent pour la politique européenne de Louis XIV lorsqu’une intervention militaire anglo-hollandaise, composée de 20% de huguenots, met fin en 1688 à la dynastie des Stuart catholiques. Le duc de Savoie, Victor Amédée II, renverse alors son alliance et, en 1689, accorde aux vaudois un édit de tolérance et les autorise à rentrer au Piémont. Ceux-ci reviennent au pays, mais groupés et armés pour éviter une contre attaque française, et par un périple de 200 kilomètres, plein sud, le long des crêtes montagneuses. C’est la « glorieuse rentrée », scellée par le serment de Sibaud (le 11 septembre 1689) (lien)
 
La fête des Libertés (1848)


Le 7 février 1848, le duc de Savoie Charles Albert, devenu roi d’un royaume couvrant désormais toute l’Italie, octroya à ses sujets non-catholiques (juifs et protestants) une lettre patente par laquelle il leur donnait la permission de suivre des études supérieures et de pratiquer des professions libérales (médecin, avocat, etc..). Cette lettre patente ouvrait aussi les ghettos dans lesquels les vaudois avaient été enfermés et c'est à partir de cette date qu'ils purent propager leur foi et leur croyance dans toute l'Italie.


De nos jours, les vaudois fêtent cette date par des feux de joie, des cortèges et des cultes solennels. Cette date est appelée aussi "Fête des libertés". Voir pour la célébration de cette année, les photos de Giacomo Tessaro (lien).

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans sur les Réformateurs
commenter cet article

commentaires