Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 18:27

Source : Wikipédia en anglais (lien) et en néerlandais (lien).

Camphuysen.gifDirk Rafaelsz Camphuysen (ou Rafelsz Kamphuysen), est né en 1586 à Gorinchem (ville à l’est de Dordrecht, appelée aussi Gorkum), d'un chirurgien respecté et d’une mère mennonite dont le père, Hans van Mazeik, avait été décapité pour ses convictions. Sa mère mourut alors qu’il n’avait que 8 ans, et son père peu après. Comme il manifestait du talent artistique, son frère aîné, qui avait repris l’activité de son père, l’envoya apprendre le dessin auprès du peintre Dirck Govertsz. A 18 ans, il commença à étudier les langues. Il est engagé en 1608 comme tuteur  par  la « Heer van Langerak » de Leyde (Leiden en néerlandais) et se retrouve à Nieuport comme tuteur privé et secrétaire de van Gideon van den Boetzelaer. Durant ses temps de libre, il étudie la théologie à l’université de Leyde. En 1613, il épouse Anna van Alendorp. En 1614, il devient professeur à l'Ecole de latin d’Utrecht. Il remplace quelques fois le pasteur Taurinus qui exerce à la cathédrale Saint-Martin d’Utrecht (devenue protestante depuis 1580 et connue sous le nom de Domkerk après l’écroulement de la nef en 1674), puis se retrouve lui-même comme ministre en 1617 à Vleuten, près d’Utrecht. Mais il a le malheur d’adhérer aux idées des Baptistes et des Arminiens, si bien qu’il perd son emploi dès l’année suivante, en 1618.


Un ami, lui aussi peintre et pasteur, Lambert Jacobsz, l’incite à quitter carrément le ministère et à s’adonner de nouveau à la peinture, mais c’est plutôt vers la poésie qu’il se tournera. Il doit s’exiler en 1619, à l’âge de 33 ans, plus au nord, dans les Frisons. Il traduit les psaumes et ses cantiques connaîtront un grand succès. En 1625, il refuse un poste d’enseignement qui lui est proposé par le Collège socinien de Rakow, en Pologne (lequel continuera ses activité jusqu’en 1630) car sa femme ne veut pas s'expatrier. Il meurt à Dokkum comme commerçant de lin en juillet 1627.


Il laisse des peintures (de petit format) selon la mode hollandaise de l’époque : la vie rurale avec ses fermes et ses animaux, des tableaux de coucher de soleil et de clair de lune, des paysages avec le Rhin et autres cours d’eau. Il laisse aussi une œuvre théologique avec entre autres un « Compendium Doctrinae Sociniorum », mais c’est surtout grâce à ses poésies qu’il connaît la célébrité posthume. Une brochure présentant sa vie et son œuvre est publiée à Rotterdam par Barent Bos en 1683, puis à Amsterdam, par Jan Rieuwertsz en 1699 *, le troisième à Amsterdam par Marten Schagen en 1723 et enfin à Amsterdam, par Petrus Conradi en 1775.
* en 1718, Arnold Houbraken, peintre et écrivain vivant à Dordrecht (1660-1719) publie une bibliographie de lui dans De groote schouburgh der Nederlantsche konstschilders en schilderessen.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier d'après Wikipedia - dans sur le socinianisme
commenter cet article

commentaires