Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 19:10

« Traîné à son corps défendant au paradis », prédication dite le 17 octobre 2009 à la Fraternité Unitarienne-Universaliste de Paris (Unitarian Universalist Fellowship of Paris, UUFP) (lien), par Mark D. Morrison-Reed, un pasteur afro-américain de théologie chrétienne universaliste. Traduction Pascal Acker (chrétien unitarien et universaliste, France).

L'apôtre Paul s'est converti sur la route de Damas, et moi je me suis converti un jour en arrivant en retard à Buffalo dans l'Etat de New-York. Conversion : à savoir un moment précis, parfois subjuguant, qui vous amène à embrasser une foi religieuse. Qu'apporte une conversion à votre avis ?


Est-ce une prédication hors de propos dans un environnement unitarien-universaliste ? Avez-vous jamais entendu un unitarien-universaliste qui avoue avoir eu une expérience de conversion ? Avez-vous vécu une telle expérience ? Un moment que divise votre vie en un avant et un après ; un moment durant lequel il y a une transformation spirituelle ; un changement dans votre intériorité qui change votre façon de voir le monde. Un tel moment m'a saisi et, d'unitarien, je suis devenu universaliste.


J'étais à Buffalo (N.Y), à la Convention des universalistes de l'État de New York. Donna et moi sommes arrivés en retard et nous avons pris place, puis nous avons accordé toute notre attention au message d'ouverture que prononçait le révérend Gordon McKeeman sur "La persistance de l'universalisme". C'était le début de notre deuxième année de ministère. Donna et moi étions tous les deux pasteurs de la Première Église universaliste de Rochester, mais nous ne savions pas grand chose de l'universalisme sauf ce que nous apprenions sur le tas. Evidemment, j'en avais étudié l'essentiel à la faculté de théologie : comment le Père de l'Eglise Origène avait défendu le salut universel ; comment George de Benneville, fils d’un réfugié Huguenot avait été l’un des premiers à prêcher l'universalisme dans l'Amérique d'avant l'Indépendance et pourquoi certains ont appelé l'ultra-universalisme l'école de "la mort et la gloire". Cependant, ayant été élevé chez les unitariens à Chicago, les valeurs unitariennes, plutôt qu'universalistes, avaient été semées en moi. Du moins, est-ce ce que je pensais.


L'église de Buffalo, avec ses poutres en bois sculptées et ses vitraux, semble être un lieu sacré. J'été assis, regardant et écoutant à moitié jusqu'à ce que G. McKeeman dise ceci : " L'universalisme est venu pour être appelé l'évangile du succès de Dieu, l'évangile des plus grands espoirs. Pour parler de manière pittoresque, on peut s’imaginer un dernier pêcheur non repenti traîné à son corps défendant au paradis, … incapable de résister à la puissance et à l'amour du Tout-puissant." [dans L'Héritage universaliste, discours d'ouverture sur l’Histoire universaliste, Éthique et Théologie, 1976-1991 p. 49]. Quelle image ! J'ai imaginé le dernier pécheur traîné par le col au paradis. Quel dieu peut donc faire cela ?

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Mark D. Morrisson-Reed - dans sur l'universalisme
commenter cet article

commentaires