Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 00:46

Simon Sire (pasteur ERF) - Bonsoir, Je viens d’apprendre une triste nouvelle : Roger Parmentier est décédé cette nuit. Amitiés (message du 22 septembre 2012 au réseau de la Correspondance unitarienne).

Jean-Claude Barbier - Cher(e)s Ami(e)s protestants de la Correspondance unitarienne. Je partage votre tristesse en apprenant le décès du pasteur Roger Parmentier. Les Actualités unitariennes, dans leur rubrique "A contre courant, la page des prophètes" lui rendent hommage ( lien). Très fraternellement.
 

ont suivis de nombreux messages émis sur les pages Facebook d’Evangile et Liberté, du Protestantisme libéral et des Unitariens francophones, et dans le courrier reçu par le réseau de la Correspondance unitarienne

Nathalie Leroy-Mandart – Oh, non !

Gilles Castelnau - Cher ami, J'apprécie infiniment votre nécrologie de Roger et j'ai tout de suite installé un lien en 1ère page de mon site « Protestants dans la ville ». Fraternellement.
Ndlr - voir sur ce site de nombreux textes de Roger Parmentier (lien)

Florence Couprie - Merci Jean-Claude, j'apprends par vous cette nouvelle, merci de votre article. J'aimais beaucoup Roger et remercie Dieu de l'avoir rencontré. Comme beaucoup, prophétiquement il m'a bousculée. Bien fraternellement.

Maurice Causse - Merci de l'information. L'hommage est mérité. A 94 ans, la mort n'est pas triste, elle est une occasion de partage pour ceux qui restent. Pour les très vieux amis dont je suis, elle est même une préparation tonique à notre propre "délogement". La dernière livraison de la "Correspondance Unitarienne", avec la rencontre de La Raynaude, restera en témoignage d'un adieu de noble mémoire. Pour moi-même et ma famille, dont l'amitié remonte à l'Algérie, c'est aussi un rappel de sa tante Isabelle Peloux, fondatrice de la CIMADE à Alger, grande musicienne et pédagogue de génie. Nous nous sommes longuement rencontrés l'an dernier aux Journées d'Evangile et Liberté d'octobre dernier. Au culte de la "Grande Motte", on avait chanté ses cantiques. Nous n'avons pas prévu d'y aller cette année; je pense que son souvenir y sera dûment évoqué. Amicalement.

Michel Jas -  Salut Frère, tu avais l'âge de mon père.... Quand je l'ai vu le 25 Août pour une bénédiction de mariage au temple de Pamiers, il m'a dit ne pas pouvoir venir aux rencontres de la grande Motte. Il râlait contre l'ERF, sa hiérarchie et les postes vacants en Ariège... Et il m'a demandé de bien penser à lui ! Je lui ai répondu: "Tu crois à la prière d'intercession maintenant ?" , il m'a répondu : "sûrement pas ! "... On s'est embrassé, je lui ai demandé s'il n’était pas trop fatigué de prendre la route. En l'accompagnant vers sa voiture, on parlait de la recherche historique sur le catharisme, de la création du CIRCAED et du futur colloque de Mazamet, car, contre toute sa théologie, il s'intéressait néanmoins aux cathares ! Je lui ai dit "A bientôt"…
Il y a deux ans, Gwendoline Hancke, Jean-Louis Gasc et Anne Brenon, chez Roger Parmentier, pour parler des cathares : «Les cathares finalement s'inscrivent dans la droite ligne des apôtres de Jésus... Bons hommes et Bonnes Dames...Un peu comme au temps de la paix cathare, dans la maison du pasteur Parmentier, près du Mas-d'Azil, on prend le temps de laisser le coeur parler... Et çà aussi c'est de l'Histoire ! » (« Le christianisme cathare en question », lien).
La Dépêche lui avait récemment consacré un article, en date du 10 mai de cette année, intitulée « Le Mas-d'Azil. Rencontre avec un pasteur non-conformiste » (lien).

L’éditeur du site « Les cathares, images d’hérésie » (cité par Michel Jas) : « Le Pasteur Parmentier n'est plus de ce monde ! » dans la rubrique « je connais quelqu'un de formidable » : « Pour moi le pasteur Parmentier était un homme de résistance, de liberté et de Partage. Un ami impressionnant pasteur et presque athée à la recherche de l'homme Jésus et contre tous les enfermements dogmatiques et spiritualistes. Un homme de courage et de conviction un apôtre d'humanité » ( lien).


Nathalie Leroy-Mandart - Parti guetter sur d'autres horizons... (lien).
Roger Parmentier explique les cathares, archives personnelles : « A vue d'esprit », le 24.10.2008 (lien),

Richard Bennahmias - Souvenirs d'homériques engueulades. Je l'aimais bien quand même. Oui, quand même. Il émanait de lui un désir inexpugnable. " Et le Seigneur l'admit au paradis profond, car il était plus vif que méchant, dans le fond " (Georges Fourest).

Jean Hoibian - Un ami disparaît. Il croyait vraiment en l'Evangile ! J'ai beaucoup reçu de Roger malgré ses outrances. Voir sur le site de Jean Hobian, le 24 septembre, un hommage à Roger Parmentier (lien)

Hélène Lienhardt - Très triste d'apprendre ce décès. Que lui est il arrivé ? L'enterrement est sans doute prévu là où il habitait. S'il y a une cérémonie en région Île de France, merci de nous prévenir. Amitiés

Olivier et Jocelyne Breisch - Cette nouvelle nous attriste, nous avions fait sa connaissance à la GrandeMotte et mis un visage sur l'auteur de plusieurs livres que nous apprécions. bien fraternellement.

Gérard Mantion - Triste nouvelle et grande perte pour le protestantisme libéral.

Bernard Grosclaude - Très triste nouvelle ...

Régis Pluchet - C'est à la fois triste et heureux, car c'est dans l'ordre des choses. Ce qui serait vraiment triste et malheureux, c'est qu'il n'y ait pas de relève de sa trempe dans le protestantisme libéral. Il m'a accueilli une fois chez lui avec ma compagne. J'en garde un souvenir inoubliable. Merci Roger.
Il a eu la très grande gentillesse de m'offrir trois de ses livres. C'est complètement dépassé sur la forme et je crois ne pas lui faire injure de le souligner, mais c'est très intéressant sur le fond.

Michel Jas - Ces dernières années, à l'Assemblée annuelle du Désert à Mialet, il se mettait avec nous, ses collègues pasteurs, mais sans la robe pastorale (il faisait parti du groupe d'ecclésiastiques réformés qui avaient abandonné la robe vers 1968). Régis Pluchet - Il a eu bien raison d'abandonner cet uniforme noir corbeau. Il est bien dommage que des pasteurs le portent encore. Cela ne sied guère à un pasteur libéral.

Michel Jas - La tendance théologique de Roger correspond à celle de la mort de Dieu (avec ou sans guillemets à Mort ou à Dieu) associée à l'abandon du religieux ...
Samedi dernier, lors du colloque à Ventenac-Cabardès, quand j’évoquais les logia (source Q) comme source probable des Evangiles Luc et Mathieu, nos regards se croisaient avec Anne Brenon. Je suis sûr que nous pensions tous les deux à Roger Parmentier, adepte virulent de cette reconstruction … ! (lien). Régis Pluchet - La source Q est une hypothèse de travail, certes très utile, mais ce n'est qu'une théorie. Les tentatives de reconstitution ne sont pas dénuées d'intérêt, mais elles ne prouvent pas l'existence d'une source, ni d'ailleurs qu'il n'y ait qu'une seule source et fait l'impasse sur les multiples sources orales. Michel Jas - Oui d'accord avec toi Régis (je suis personnellement très sensible aux travaux de Christian-Bernard Amphoux sur le codex de Bèze qui complexifie la reconstruction en faveur des Logia) ; mais j'évoquais Roger Parmentier qui était heureux de trouver avec les logia un évangile plus didactique et politique que thaumaturgique (les miracles sont plus dans Marc) et sans croix et sans résurrection ... Il avait été fortement marqué par Jean-Marc Babut, "À la découverte de la Source : mots et thèmes de la double tradition évangélique", Le Cerf, 2007..! Roger trouvait que cela était assez convainquant pour sa militance ; il n'aimait pas que je cite les travaux du montpelliérain C.-B. Amphoux.

Emile Mihière - lettre à la famille le 25 septembre –aux enfants, petits enfants et parents de Roger. J’ai connu Roger quand il était pasteur à Montreuil et alors que moi même je débutai mon ministère protestant, également en région parisienne, à Montrouge. Puis j’ai lu ses livres et participé plusieurs fois aux stages qu’il animait au Mas-d’Azil. Je l’ai vu pour la dernière fois en août dernier et je crois qu’il nous y a livré le fond de sa pensée.
Roger était tout d’une pièce, sans fioriture ni double langage. Travailleur infatigable, il allait jusqu’au bout et en tirait les conclusions pour sa pensée et pour sa vie. Tant pis pour lui … et les autres s’il déplaisait ou scandalisait, il fallait que la vérité éclate. Bien sûr, il s’est fait des ennemis, mais il les aimait quand même !
J’ai écrit sur lui plusieurs articles dans la Correspondance unitarienne (1). Je pense qu’il manquera cet espèce de « Corps franc » dont une armée ne peut se passer (pardonnes moi, Roger, si j’emploie un terme militaire ; j’en ai pas d’autre à disposition). Comme le prophète Jésus, Roger voulait qu’on s’attache plus à son message bouleversant qu’à sa personne et j’essaierai de la mettre en pratique … et de le faire passer.
(1) « Roger Parmentier : un prophète qui comme Jésus reste bienveillant envers ses ennemis, un témoignage », article à la Une, n° 117, juillet 2012 (lien) ; « Août 2012, une semaine de stage chez Roger Parmentier, un compte rendu », article à la Une du n° 119, septembre 2012 (lien).

et du côté d’amis catholiques de la Fédération des réseaux du Parvis

Michel Roussel (au groupe des correspondants de la Fédération des réseaux du Parvis, le 25 septembre) - Je me dois de vous annoncer une bien triste nouvelle, le pasteur Roger Parmentier qui devait faire le voyage avec nous en Algérie (mais avait dû annuler pour ennui de santé) est décédé. C'est une grande figure du protestantisme et un grand spécialiste et ami de l'islam et du monde arabe qui s'éteint. Prions pour que Dieu l'accueille en son vaste paradis.

Jean Riedinger - J'assure toutes les deux semaines une émission de 3 minutes sur RCF Jéricho , radio  chrétienne de Nancy (émission par ailleurs quotidienne et assurée par des personnes de sensibilité religieuse ou spirituelles variées). Je vous envoie le texte que j'ai déjà enregistré qui sera diffusé le 1er octobre. Au moment où je l'ai élaboré et enregistré je ne savais pas que notre ami Roger Parmentier allait mourir . Je pense que ce texte est de fait de ma part un hommage à sa personne et à sa spiritualité émancipatrice

« Au cours de la messe la forme générale de la prière universelle après le Credo  est la supplication. La Constitution conciliaire l’indique clairement, tout comme la Présentation générale du Missel romain : il s’agit de prier pour les besoins de l’Église ; pour les dirigeants des affaires publiques et le salut du monde entier ; pour tous ceux qui sont accablés par une difficulté ; pour la communauté locale. » C'est de cette façon que se présente officiellement cet acte liturgique. Pourtant je vous propose une petite parabole que j'ai lu récemment et qui m'a beaucoup interrogé. Elle a été imaginée par Roger Parmentier qui est pasteur, exégète, engagé  dans les mouvements humanitaires et d'une manière générale propose des manières de comprendre la Foi pour les hommes et les  femmes d'aujourd'hui. Voici cette parabole.

« Ayant entendu les prières des chrétiens et spécialement leurs prières dites d’intercession en faveur des humains en détresse, "Dieu" leur répondit :
 « Chers enfants, il me semble que vous avez beaucoup de toupet… Vous me demandez de faire ce qui est justement de votre propre responsabilité. C’est un comble ! Vous me  demandez d’établir la paix sur la terre et la justice, de prendre soin des malades, de secourir les torturés, de donner leur pain quotidien (et l’eau potable) à ceux qui souffrent de famine, de donner un bon cœur aux enfants et aux adolescents, la générosité et la sérénité aux vieillards, du courage et de la détermination avisée aux responsables politiques, de délivrer les prisonniers, de ramener chez eux les exilés… et beaucoup d’autres choses semblables…
Mais tout cela c’est votre plan de travail, la mission que je vous ai confiée !  Pourquoi vous adresser à moi ?  C’est à vous de réfléchir et d’agir.  Pourquoi pas me demander aussi de réparer le robinet qui fuit, de changer une ampoule ou le pneu crevé ?
Si j’ai bien compris vos croyances sur la création du genre humain c'est  moi qui vous ai tout donné : une grande intelligence (que vous laissez souvent au chômage), un cœur compatissant (idem), l’esprit d’entreprise, une conscience sensible aux détresses, des mains et des bras pour agir, et tout le reste… et qu’en faites-vous ? Et vous me demandez d’intervenir ?
Dans ma grande sagesse, je sais bien que toutes ces demandes sont inspirées par de bons sentiments, de bonnes intentions… Mais vous savez bien que ça ne suffit pas. D’ailleurs vous dites vous-mêmes que "l’enfer en est pavé" (je ne sais toujours pas ce que vous appelez l’enfer à moins que ce soit ce que vous organisez pour beaucoup sur la terre ?).
Tout cela, je vous envoie régulièrement des prophètes pour vous le rappeler… Qu’en faites-vous ? Les éliminer ? Allez, un peu de courage spirituel, je vous en prie (chacun son tour) » fin de citation.
Quand nous préparerons les prières universelles avant l'offertoire, prières qui sont aussi une forme de regard chrétien sur le monde, pensons à ces reproches paternels de notre Dieu.

Gérard Warenghem - J'utilise souvent le même texte pour inciter ceux qui pratiquent la révision de vie, qui pratiquent le VOIR, le JUGER, mais qui oublient quelquefois l'AGIR ! (lien).

épilogue

Michel Jas - Annonce dans La Dépêche : « Sa famille et ses amis ont la tristesse de vous annoncer le décès le 22 septembre 2012, du Pasteur Roger PARMENTIER à l'âge de 94 ans, au Mas-d'Azil. Suivant son souhait, il n'y aura pas de cérémonie religieuse. Cet avis tient lieu de faire-part. ».

Bernard Grosclaude - J'avoue que je suis très impressionné par ce faire-part et surtout très admiratif de son contenu sobre et cohérent intellectuellement.

Lucile Blavy - C'était certainement un homme qui avait la foi. Que dois-je entendre par "Il n'y aura pas de cérémonie religieuse" - S'il y a matière à répondre dans ma question, merci de m'en expliquer le sens.

Michel Jas - Roger était un chrétien a-religieux ou "chrétien athée", disciple d'un Christ révolutionnaire... Sa tendance était, chez les libéraux, très minoritaire dans les années 90; mais lui était sympa, chahuteur et convaincu ... La dernière fois que je l'ai vu (après une cérémonie religieuse que je présidais), lui donnant le bras pour le raccompagner à sa voiture, je lui disais penser différemment de lui (je crois en Dieu, en l'au-delà, je porte la robe pastorale, je suis assez agnostique en politique, etc.), mais l'aimer et être un peu comme son fils "héritier infidèle", comme s'intitulait le livre de Claudius Vaultier .. Et je lui parlais de l'identité curieuse de cet auteur, ex-catholique libre penseur, ami de Théodore Monod et de Robert Jospin, autre vieillard partisan de "la mort" de Dieu, ou de la mort "de Dieu", qui traversait la France pour venir à Evangile et liberté... Roger Parmentier ne sera pas avec nous à La Grande Motte cette année !

Jean-Claude Barbier - Que va devenir son site des Guetteurs rebelles ? ( lien).

 

roger_parmentier_guetteurs_rebelles.jpg

 

ajouts de messages reçus après l'envoi du bulletin :

 

Farida Adjoudj (musulmane de sensibilité soufie) - Bonjour Jean-Claude, Quel émouvant hommage ! Je m´associe vivement à votre peine à tous ! Paix à son âme ... Union de pensée avec les proches ...

 

Marie-Claire Lefeuvre - Merci de nous avoir tenus au courant. Beaucoup de pasteurs perdent un allié, mais les fidèles sont souvent menés par des conservateurs et les pasteurs sont prudents pour conserver leurs postes, sans doute ...

 

Jean-Claude Widmann - Merci, Jean-Claude pour ton dernier message qui parle si bien de Roger Parmentier. C'est toi qui m'apprend la nouvelle. A qui écrire et où pour manifester ma sympathie ? C'est qu'il m'a énormément apporter et je voudrais pouvoir le dire.

 

J'ai découvert Roger Parmentier il y a plus de vingt ans, quand m'est tombé entre les mains un exemplaire de sa revue « ACTUEL, Bulletin de l'Association pour les Actualisation de la Bible ». Dans cette humble brochure ronéotypée, on trouvait divers exemples de réécritures de textes bibliques, écrits par lui-même ou par d'autres, et tout à fait réjouissants par leur langage délibérément actuel justement, par l'ouverture d'esprit dont ils témoignaient et par leur ancrage dans la réalité du moment. Aussitôt je l'ai appelé ; il n'a pas rechigné à venir dans ma lointaine paroisse pour expliquer son entreprise, tant aux catholiques qu'aux protestants [ndlr - J.-C. Widmann était alors président du conseil presbytéral de Briançon]. Par la suite, j'ai fréquenté nombre de sessions bibliques qu'il organisait l'été dans sa maison du Mas-d'Azil en Ariège, pratiquant une hospitalité simple et chaleureuse. Dans ces dernières années, on y abordait surtout la question qui lui tenait le plus à coeur : comment les « Hellenistes » (principaux écrivains du Nouveau Testament) avaient gravement déformé le message de Jésus dont il voyait la trace dans les versets évangéliques dénommés par les exégètes « source Q ». Les exposés étaient accompagnés énormément d'humour en sorte que, si l'on pouvait être en désaccord, on ne s'ennuyait jamais.
Il m'a semblé tout de suite que Parmentier était l'homme capable de nous empêcher de désespérer face au conformisme sans âge de nos Eglises protestantes, et je n'ai jamais compris pourquoi la majorité des pasteurs ont considéré avec indifférence ou dédain le combat qu'il menait. En tout cas, celui-ci lui a donné une sacrée force ! Il est resté « sur le front » toujours avec la même énergie, jusqu'à son dernier souffle. Nous sommes à présent orphelins. Qui va reprendre ce flambeau ? (message envoyé à la Correspondance uniatrienne le 29 septembre ; également mis en ligne sur le site de Gilles Castelnau, lien)

 

Roger Gau - j’ai reçu hier le n° de novembre. Je viens de le lire avec grand plaisir et je te remercie de tout ce travail. En lisant ce qu’était Roger Parmentier, je m’aperçois que nous n’avons pas en commun que le prénom. Quelle perte !Le concernant, je garde une dernière lettre qu’il m’a envoyée ; très touchante, car il m’invitait à une conférence demain lundi 1er octobre (lien), et c’était pour moi et mon épouse une grande joie de le rencontrer. Le destin en a décidé autrement.


Elisa Blandau - Je l'avais connu à Montreuil il y a une trentaine d'années, et ne peux oublier les grands moments que nous avons partagés... Je m'incline...


Nathalie Capo-Reverdin - Que sa mémoire soit bénie.


Fabien Maisonneuve - Qu'il repose dans la paix.

 

Eric Agier - C'est avec étonnement et beaucoup de bonheur que je viens de lire l'ouvrage " L'Invention du christianisme " où Roger Parmentier s'emploie à ressusciter avec vigueur le vrai message de Jésus après l'avoir dépouillé des rites et dogmes dont il fut affublé par Paul et les docteurs de l'Eglise, " qui auraient - comme il le dit - horrifié et scandalisé Jésus ".

Ce que j'admire chez lui, en plus de son érudition, c'est sa vraie passion évangélique, celle même de son Maître : " Le Royaume est aux violents ... je vômirai les tièdes de ma bouche ! ".

Sans le connaître, et à la même époque, j'ai écrit mon petit livre " Interview de Jésus-Christ " (lien) sur le même ton afin de répondre aux aspirations réelles de la nouvelle génération. Puisant aux mêmes sources historiques, notamment celle de Frédéric Amsler. Je présente aux jeunes le vrai Jésus, prophète du "royaume qui est au-dedans de vous " et non messie rédempteur.

J'aurais aimé rencontrer Roger Parmentier, mais j'apprends hélas que ce nonagénaire du même âge que moi vient de mourir. Mes condoléances.

 

Christiane et Herman Van den Meersschaut-Janssens (éditeurs de la revue belge La Libre Pensée chrétienne) - C'est avec tristesse que nous avons appris le décès de Roger Parmentier, nous nous sentions en communion avec lui, même si parfois nous le trouvions parfois un peu excessif. Je voudrais te demander, si nous pourrions reprendre de larges extraits de ton hommage à Roger pour le mettre sous ton nom dans notre courrier des lecteurs ? Cela permettrait à nos lecteurs (de la revue trimestrielle Libre pensée chrétienne) d'en savoir un peu plus sur lui dont nous avons publié l'un ou l'autre texte.

 

Paul Pistre (animateur du réseau Lettre aux catholiques amis des maçons) - Figurez-vous qu'il m'a été donné de rencontrer Roger Parmentier à Toulouse, lors d'une réunion de peu de présents, quelques jours avant son décès. Homme remarquable, même si son exégèse de Jésus, homme, fait Dieu par son entourage, reprend une vision bien connue dans l'Histoire et qui a du mal à expliquer la survie d'Institutions séculaires.

 

Régis Pluchet - Je ne sais pas comment Roger Parmentier voyait la mort en cette année 2012, mais lorsque je l'avais rencontré il y a quelques années, il m'avait assuré qu'il ne croyait pas à la vie après la mort, laissant entendre que pour lui la mort était un anéantissement complet et qu'il était très serein face à cette perspective. Je ne suis pas si sûr et serein que cela face à cette perspective, mais en tout cas, notre échange ici prouve qu'il s'est quelque peu trompé, car il vit encore dans cet échange.


Richard Bennahmias - Les colères de Roger ! saintes, parfois ... et quel extraordinaire séducteur.

 

Jean-Claude Barbier - Jean-Claude Barbier - Comment faire le deuil de nos amis ? (lien)

 

message de la famille de Roger Parmentier - Les amis de Roger Parmentier se réuniront pour avoir une dernière pensée pour lui le dimanche 14 octobre à 11 heures au Temple des Bordes sur Arize. Adresse électronique où vous pouvez envoyer vos condoléance (lien).

 

Ndlr - Voir sur le site des Amitiés islamo-unitariennes (en accueil sur celui des Etudes unitariennes), l'hommage à Roger Parmentier rendu par un groupe de 40 chrétiens français en visite en Algérie, de passage à Sétif (lien).

Partager cet article

Repost 0
Published by la Correspondance unitarienne - dans CU 2012 - articles
commenter cet article

commentaires