Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 07:48

"Petites réflexions au détour d'un chemin" par François Arnault (Béarn, France), dans les Libres propos de la Correspondance unitarienne d'avril 2010 (n° 102).

Comme tout un chacun, il m'arrive fréquemment de me poser des questions sur le sens de la vie, sur Dieu, sur l'Amour, la mort, etc. Evidemment, les plus grands philosophes tentent depuis la nuit des temps de répondre à toutes ces questions métaphysiques. Chacun peut se retrouver plus ou moins dans les écrits ou les paroles de l'un ou de l'autre. Pour ma part, si je devais résumer de la manière la plus concise qui soit, l'idée que je me fais du sens réel de nos vies, je reprendrais une définition de Théodore Monod. Selon lui, la quête de Dieu et de la vérité est comparable à une montagne unique, la même pour tous, que nous gravissons les uns et les autres par des sentiers différents. Les uns montent par ici, les autres par là, mais nous avons tous les uns et les autres l'ambition de nous retrouver au sommet, dans la lumière au dessus des nuages.

J'aime croire que Dieu, cette lumière qui nous attend tous au sommet de la montagne, a imaginé pour chacun d'entre nous un chemin idéal qui nous mènerait à Lui, mais que dans le même temps il nous laisse totalement libre de l'emprunter ou pas.

Je crois aussi que nous errons le plus souvent sur des chemins de traverses, plus ou moins éloignés de ce chemin idéal. D'ailleurs, dans la Bible, l'hébreu 'Het, que l'on a traduit par le verbe "pécher", mot qui apparaît plus de 500 fois dans l'Ancien Testament, signifie littéralement : « manquer la cible ». Quand on s'est trompé de chemin et que l'on s'éloigne dans une mauvaise direction, c'est exactement ce que l'on fait, on manque sa cible.

Toutefois, je pense aussi qu'il peut être bon de s'arrêter en route, de se retourner pour observer le chemin parcouru ou simplement pour se reposer, faire halte un moment, se rafraîchir près d'un torrent, cueillir un fruit. Si Dieu a placé autant de délices le long du parcours, sachons donc en profiter !

Certains préféreront voyager seuls, d'autres à plusieurs.

Beaucoup chemineront avec une carte et un guide de voyage et il en existe en quantité. D'autres préféreront voyager au jugé en ne se fiant qu'à leur sens de l'orientation. Peu importe, l'essentiel c'est d'évoluer au plus près de son chemin. Il paraît que d'instinct, nous pouvons savoir si nous sommes sur la bonne voie car Dieu a placé une sorte de boussole en nous. On reconnaît le bon chemin, car c'est un chemin de joie et d'Amour.

croix-de-fer-col-de-la.jpg
Je me dis que Jésus, est un homme qui a voyagé au plus près de son chemin, en toute conscience. Je crois aussi que c'est pour cela que les hommes l'ont reconnu comme Christ ; je crois surtout que finalement c'est ce que voulait son Père. Je crois tout cela, mais je ne suis sûr de rien.

Me voilà donc moi aussi quelque part sur le chemin, assis près d'un torrent, une pomme à la main et le guide de l'Oratoire du Louvre sous le bras [ndlr : paroisse ERF de Paris, de tradition libérale]. J'en ai essayé plusieurs, notamment celui que mes parents m'ont donné, traduit du latin, mais finalement c'est celui-là que j'utilise le plus en ce moment.

Je regarde vers le sommet mais je ne vois rien là haut. Ce n'est pas grave, le bonheur, il est sur le chemin ; je commence à prendre plaisir à marcher ; quant à l'ivresse des hauts sommets, on verra cela un peu plus tard, je ne suis pas pressé.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Arnault - dans CU 2010 - articles
commenter cet article

commentaires