Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 07:51

La Franc-maçonnerie est fille du christianisme ; elle n’existerait pas si Jésus n’avait pas existé. Elle a été crée par des chrétiens libres, un protestant et un anglican, dégoûtés des guerres de religion meurtrières, en Grande-Bretagne, entre soi-disant disciples du Christ. Elle proscrit donc en son sein toute controverse ou querelle dogmatique ou d’Eglise, demandant de s’en tenir seulement " à la religion dont tout chrétien convient ", en éloignant du débat toutes les croyances particulières qui divisent. Ainsi, Outre-Manche, s’achemine-t-on vers la paix civile.

Le Rite Ecossais Rectifié (R.E.R.), lui, se veut " christique ", donc ne dépendant d’aucune Eglise chrétienne (mais l’ésotérisme pourrait-il être contrôlé par l’exotérisme ?) ; rite attaché seulement à la personne et à l’enseignement authentique du Nazaréen tel que nous pouvons le retracer. C’est dire pour le Rectifié l’importance du Jésus historique.

Le Maçon de tradition appelle Dieu le G.A.D.L.U (le Grand architecte de l’Univers) ; Jésus, c’est l’Architecte du temple spirituel, jamais terminé. L’Architecte est mort, irrémédiablement, assassiné par des malveillants. Mais, en peu de temps, il aura été relevé en la personne de ses cherchants. Pour eux (c’est-à-dire entre autres les Maçons du R.E.R.), Jésus sera toujours le Frère, l’Ami et le Guide vénérés.

par Albert Blanchard-Gaillard, mai 2008

Libre propos paru dans la Correspondance unitarienne n° 82, août 2008.
Voir les sommaires de ce bulletin sur le site de La Besace des unitariens

Partager cet article

Repost 0
Published by Albert Blanchard-Gaillard - dans BLANCHARD-GAILLARD Albert
commenter cet article

commentaires