Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 08:19

Ulfilas est né en 311, benjamin d’une famille chrétienne originaire de Cappadoce qui avait été capturée par des Goths dans les années 257/8 et qui s’était retrouvée au nord du Danube. Il fut envoyé étant jeune à Constantinople pour y exercer la fonctions ecclésiastique de lecteur et se retrouva à l’âge de 30 ans, en 341, consacré évêque par le célèbre évêque arien Eusèbe de Nicomédie.

Il retourna alors en Dacie, parmi les paysans goths, en qualité de missionnaire, donc au-delà des régions de Grèce et de Thrace qui avaient déjà été évangélisées par saint André. Il inventa un alphabet (en ajoutant à l’alphabet grec des lettres runiques et romanes) et traduisit la Bible en langue goth (à partir du grec de la Septante et de celui du Nouveau Testament), hormis les livres des Rois afin de ne pas encourager les Goths dans leur humeur qu’il estimait trop guerrière !

Il resta 40 ans, jusqu’à la fin de sa vie, au service des Goths, mais après 8 à 10 ans en Dacie, il dût se replier en Moésie, au sud du Danube, sous la protection de l’empereur arien Constantin II, à la suite d’une persécution contre les chrétiens.

Il assista au concile de Constantinople en 360 où les thèses ariennes et semi-ariennes furent encore discutées, mais non rejetées (ce sera le concile de Chalcédoine en 451 qui condamnera définitivement toute velléité arienne).

Selon des sources d’information "nicéennes", l’adhésion d’Ulfilas aux thèses ariennes aurait été tardive, autour de 360 (date du concile de Constantinople). Le débat est en cours entre historiens (voir Hagith Sivan, "Ulfila’s Own Conversion," Harvard Theological Review 89 (octobre 1996): p. 373-86). Il mourut en 380/381.

L’un de ses disciples, le scythe Ausence de Durostorum sur la rive droite du Danube (actuelle Silistra en Bulgarie au sud-est de Budapest), qui sera plus tard évêque de Milan, écrivit une lettre élogieuse sur lui, laquelle lettre est considérée comme " le credo de Ulfilas " dans la mesure où elle comporte une claire déclaration des principes centraux de l’arianisme : séparation du Dieu Père et de son Fils, celui-ci ayant été créé dieu " avant la création du monde " selon le Prologue de l’évangile de Jean - donc non coexistant au Père,  en quelque sorte dieu en second, subordonné au Dieu créateur -  ; et le Saint-Esprit créé par Dieu Père à travers son Fils.

Pour l'unitarien d'aujourd'hui, cela reste de la haute envolée méthaphysique ! mais c'est assurément un mieux par rapport à la position trinitaire.

Une interrogation : le qualificatif d’apôtre qui lui est décerné, rappelle celui attribué (ou auto-attribué) à  Paul, l’apôtre des Gentils ; comment passe-t-on du statut de missionnaire à celui d’apôtre ? Les apôtres ne seraient-ils pas donc seulement et exclusivement les premiers disciples qui entouraient le rabbi Yéshoua de Nazareth ? Quant à l’auréole et à la canonisation, Ulfilas n’y a pas eu droit, tant du côté de Byzance que du côté de Rome ...  

Pour en savoir plus, voir La Cuestión Arriana http://lacuestionarriana.wordpress.com/

article publié le mardi 13 mars 07 dans les Actualités unitariennes ; transféré ici

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans sur l'arianisme
commenter cet article

commentaires