Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le calice des unitariens

chaque communauté unitarienne arbore un blason ou un logo. Voici celui des unitariens qui sont regroupés au sein de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Voir sur son site à la rubrique "le calice des unitariens"
http://afcu.over-blog.org/categorie-1186856.html


 

Rechercher

Archives

Articles Récents

31 octobre 2007 3 31 /10 /octobre /2007 11:20
Voici quelques renseignements sur la vie de notre groupement. Il se rattache à l’enseignement du soufi Inayat Khan, dont on peut dire qu’il est aussi unitarien, au sens large du terme.

De tels mouvements, religieux dans leur principe, ont du mal d’abord à se faire connaître, et ensuite à atteindre les personnes qui pourraient en bénéficier. La France est un pays frileusement laïque, où toute initiative à connotation religieuse soulève la méfiance.

Se faire connaître est pourtant une nécessité. Bien des esprits en effet tâtonnent à la recherche, parfois consciente, parfois seulement semi-consciente, d’un certain éclairement à donner à leur vie. Cependant ils se sont détournés de formes religieuses rigides qui ne leur apportaient plus rien. De même ils se sont éloignés de communautés au sein desquelles ils ne trouvaient pas ce climat de liberté ni cette parenté des esprits sans quoi toute démarche réellement sincère, profonde, et au sens large du terme, religieuse, risque de s’étioler et finit bien souvent dans le découragement.

Voici donc un bref historique des pérégrinations diverses par lesquelles sont passés les élèves d’Inayat Khan dans leurs efforts pour faire connaître son œuvre.

En 1946, les élèves de première génération étant morts ou ayant disparu, les quelques élèves – bien dispersés – de la génération suivante se sont trouvés (je parle de la France) réduits à leurs propres moyens. Ils se sont d’abord groupés autour des deux fils du Maître, Hidayat Khan, puis Vilayat Khan (plus tard Pir Vilayat). Cependant, dès 1956, l’orientation de ce dernier ne correspondant plus à ce que quelques-uns d’entre nous cherchaient, ceux-ci ont fait de leur mieux pour revenir à l’enseignement authentique du Maître, à la fois sur le plan intérieur et sur le plan philosophique et religieux.

Les difficultés n’ont pas manqué : manque de temps, manque de disponibilité des uns et des autres, manque de moyens en général, car tout se fait chez nous dans le bénévolat. La plus grande difficulté fut d’organiser des réunions régulières, et de faire connaître, surtout par le bouche-à-oreille, que cet enseignement soufi continuait à vivre. Il y a fallu quarante ans.

Actuellement, nous pouvons tenir trois séminaires par an, l’un au printemps, l’autre en août et le troisième à l’automne, qui accueillent une vingtaine de personnes francophones de divers pays. Deux fois par mois un groupe de huit à douze personnes se réunit dans la banlieue parisienne pour écouter les enseignements d'Inayat Khan, les commenter et les discuter dans une ambiance de bonne volonté, d'ouverture et de compréhension mutuelles. Des méditations et des prières en commun ont lieu à ces occasions. Une aide individuelle est aussi apportée par des seniors à ceux qui la désirent.

Depuis quelques années, notre site Internet http://www.soufi-inayat-khan.org offre un éventail étendu, sujet par sujet, des enseignements du Maître et de ses deux élèves Sharifa Goodenough et Nargis. Mais ce n’est pas un forum de discussion, l’expérience ayant montré le peu de motivation général des correspondants, qui cherchent davantage à " tchatcher " de manière superficielle " à propos " de spiritualité qu’à s’engager dans une démarche vraie.

Comme vous voyez, c’est peu. C’est au moins quelque chose. Ce serait probablement plus facile si, comme dans d’autres pays d’Europe, la religion avait meilleure presse.

J’espère que ces quelques précisions pourront intéresser les lecteurs de la Correspondance unitarienne, à laquelle je souhaite fraternellement bon vent, des lecteurs attentifs et une diffusion croissante.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Guillaume - dans CU 2007 - articles
commenter cet article

commentaires